Blogue

19 novembre 2021

Les magasins à grandes surfaces américaines déposent leurs résultats

Par PRATTE

Marchés en bref

Les trois principaux indices ont clôturé sans direction lundi alors que les investisseurs attendaient une panoplie de résultats trimestriels provenant des magasins à grande surface. Le Dow a chuté de 12,86 points, le S&P 500 a clôturé à l’équilibre tandis que le NASDAQ reculait de 0,04 %.

« L’évolution des prix d’aujourd’hui sur le marché obligataire est un indicateur de la fluidité réelle de l’histoire de l’inflation », a déclaré Charlie Ripley, stratège senior en investissement pour Allianz Investment Management. « Bien que la Fed n’ait pas pleinement indiqué quand la politique va aller de l’avant, les marchés continuent de s’adapter et à se positionner où ils s’attendent à ce que la politique de la Fed se concrétise »

Wall Street a clôturé la séance de mardi en hausse, encouragée par les excellents résultats trimestriels provenant de Walmart et Home Depot permettant ainsi de conclure que les Américains ont continué à courir les magasins malgré la hausse des prix. Le Dow avançait de 0,15 %, le NASDAQ prenait 0,76 % et le S&P 500 gagnait 0,39 %.

Selon les derniers chiffres, les ventes au détail d’octobre démontrent que les consommateurs ont augmenté leurs dépenses. Les ventes en octobre ont bondi de 1,7 % depuis septembre. Même en tenant compte de l’inflation, « ce sont quand même des chiffres très forts », a estimé Gregori Volokhine, gestionnaire de portefeuilles chez Meeschaert Financial Services. « C’était suffisant pour mettre le marché dans le vert parce qu’on voit que les gens continuent à dépenser », a expliqué Kim Forrest, responsable de l’investissement au sein de la société de gestion Bokeh Capital Partners.

Ces résultats démontrent que certains détaillants parviennent à surmonter les différents obstacles liés à la pandémie, soit les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la pénurie de main-d’œuvre et une hausse de l’inflation.

Les indices ont marqué une pause mercredi, car les investisseurs se montrent soucieux des pressions inflationnistes. Le Dow a clôturé en baisse de 0,58 %, le NASDAQ reculait de 0,33 % alors que le S&P 500 perdait 0,26 %.

Le titre de Rivian, qui a fait une entrée spectaculaire à la bourse la semaine dernière, chutait de 15 % après avoir enregistré plusieurs séances à la hausse, dont celle de mardi (15,16 %). L’action de Target (-4,73 %) a également terminé la séance en baisse malgré de bons résultats trimestriels, alors que les investisseurs se montrent inquiets suivant la déclaration de la compagnie indiquant que la hausse de ses coûts était plus forte qu’anticipée.

Le pétrole a poursuivi sa chute jeudi suivant un rapport de Reuters selon lequel les États-Unis demandaient aux principaux consommateurs de pétrole, comme la Chine et le Japon, d’envisager une libération coordonnée des réserves de pétrole pour faire baisser les prix. « Mercredi était seulement la deuxième fois que le WTI clôturait en dessous de 80 dollars le baril depuis un mois, plombé par des spéculations sur les réserves stratégiques américaines », commente Jim Reid, analyste chez Deutsche Bank.

Malgré cette baisse, le prix du baril de pétrole demeure en hausse, enregistrant des gains de 55 % pour le Brent européen et de 60 % pour le WTI américain depuis le début de l’année.

Wall Street a débuté la séance de jeudi à la hausse, soutenue par des gains de Nvidia (+8 %), le fabricant de puces le plus valorisé au monde, qui a publié des résultats meilleurs que prévu au troisième trimestre et a offert des perspectives positives.

Le commerce de détail poursuivait sa publication de rapports trimestriels. Les actions de Macy’s et Kohl’s ont démarré la journée en bondissant respectivement de 11 % et 5 %. La majorité des grandes surfaces américaines ont enregistré des gains de ventes dans les magasins comparables par rapport à l’année précédente tandis que les investisseurs se sont montrés optimistes à l’approche de la saison des achats des Fêtes.

Walmart

La compagnie a déposé mardi de bons résultats trimestriels. Son chiffre d’affaires a progressé de 4,3 % à 140,5 milliards de dollars, en revanche le bénéfice net du groupe a reculé de 40 % à 3,1 milliards de dollars. La vente des aliments a progressé de 10 % lors du dernier trimestre et l’entreprise entame son trimestre le plus lucratif.

« Nous voulons que les prix restent bas », a affirmé M. McMillon lors d’une conférence téléphonique en soulignant que les coûts de l’entreprise avaient augmenté plus que ses prix sur la période. Le groupe a « suffisamment de flexibilité » pour décider comment gérer l’inflation, a-t-il noté. Il a par exemple offert moins de promotions. « Pour la suite, nous avons les effectifs, les produits et les prix pour livrer une excellente saison des Fêtes à nos clients et membres », a assuré M. McMillon. La hausse des prix du carburant demeure « une source d’inquiétude, pas seulement (aux États-Unis) mais partout », a estimé le patron de Walmart.  

« Walmart entame son trimestre le plus important avec une forte dynamique, ce qui est de bon augure pour les vacances. Les stocks sont supérieurs d’environ 11,5 % à ceux de l’année dernière, ce qui indique que l’entreprise est bien préparée pour les ventes saisonnières. Pendant ce temps, une demande ferme et des prix compétitifs pourraient aider Walmart à vendre grâce à cet inventaire, réduisant ainsi le besoin de démarques après les vacances. » a dit Jennifer Bartashus, analyste de détail.

Malgré de bonnes prévisions pour les prochains trimestres, le titre de Walmart reculait de 2,55 % mardi, après que le géant de la vente au détail ait signalé qu’il se préparait à une pression accrue des difficultés entourant le transport de la marchandise. Son titre a enregistré des gains de 2 % seulement depuis le début de l’année.

Walmart inc. a pris du retard sur Home Depot inc. en matière de valeur marchande malgré des revenus beaucoup plus élevés. À la clôture de lundi, Walmart n’avait progressé que de 1,9 % cette année, contre une augmentation de 50 % de Target, de 38 % de Costco et de 34 % de Kroger. L’indice S&P 500 a bondi de 25 %. Amazon.com inc. a augmenté de 8,9 %, donnant au détaillant en ligne une valeur marchande de 1,8 billion de dollars.

Home Depot

L’entreprise a dévoilé de solides résultats trimestriels avec une progression de près de 10 % de ses ventes au troisième trimestre et une hausse de 20 % de son bénéfice net. Home Depot a enregistré un chiffre d’affaires de 36,82 milliards de dollars en hausse de 9,8 % comparativement à l’année dernière.

La priorité pour Home Depot lors du dernier trimestre a été de demeurer flexible pendant une période d’extrême volatilité dans le secteur de la vente au détail. « En fin de compte, c’est ce qui nous a permis de répondre à la demande élevée de rénovation domiciliaire qui persiste », a déclaré le directeur général Craig Menear dans le communiqué.

La forte demande pour les produits de rénovations s’est poursuivie lors du dernier trimestre alors que le détaillant se prépare pour la période des Fêtes. Les dirigeants de Home Depot ont déclaré aux analystes que la croissance des ventes des magasins comparables pour les deux premières semaines du quatrième trimestre fiscal était légèrement supérieure au niveau du troisième trimestre.

Son titre a accumulé des gains de 40 % depuis le début de l’année et a clôturé la journée en hausse de 6,3 %.

Inflation Canada

L’inflation au Canada a atteint son plus haut sommet en deux décennies atteignant 4,7 % pour le mois d’octobre. La hausse des prix de l’essence, qui ont augmenté de 41,7 % par rapport à octobre 2020 et celle des aliments qui a gagné 4 %, a contribué aux pressions inflationnistes. En effet, le prix de la viande a gagné 9,9 % sur un an tandis que le bacon (+20,2 %) est devenu tout particulièrement coûteux, tout comme le bœuf frais (+14 %).

« Les prix des denrées alimentaires ne vont pas baisser et cela va mettre à rude épreuve les budgets des consommateurs, les budgets des ménages, qui ont déjà connu des difficultés cette année » a affirmé l’économiste Tu Nguyen, du cabinet comptable RSM.

Le rapport sur l’inflation de mercredi marque le septième mois consécutif avec une inflation supérieure à 3 % et vient s’ajouter aux inquiétudes croissantes que la pression sur les prix puisse devenir plus accentuée que prévu.

« La pénurie de main-d’œuvre qui a nui à la production, les défis persistants liés à la chaîne d’approvisionnement et les augmentations des prix des aliments pour le bétail continuent de contribuer à la hausse des prix de la viande », a noté Statistique Canada pour expliquer ce phénomène.

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS