Blogue

1 octobre 2021

Le pétrole atteint les 80$ le baril

Par PRATTE

Marchés en bref

C’est sous le signe de la volatilité que les marchés ont ouvert lundi alors que seul le Dow a réussi à clôturer la séance en légère hausse de 71 points. Entraîné par le secteur de la technologie, le NASDAQ a terminé en baisse de 0,52 % alors que le S&P a reculé de 0,28 %.

L’accélération des commandes de biens durables s’est avérée bien plus forte que prévu en août aux États-Unis (+1,8 % contre +0,6 % qui était attendu) faisant ainsi bondir les rendements sur les obligations à 10 ans qui ont grimpé jusqu’à 1,51 %, leur plus haut niveau depuis la fin juin.

« Nous pensons que ces mouvements [du marché obligataire] ont déclenché une autre “Valeur Rip” sur les marchés boursiers. À notre avis, la direction des taux d’intérêt à long terme devrait rester le principal moteur des rendements du marché, de la rotation sectorielle et des performances thématiques dans les semaines à venir », a déclaré Chris Senyek de Wolfe Research dans une note aux clients.

« Il y a de nombreux signes qui montrent que l’économie va mieux, ce qui explique la hausse des rendements », a souligné Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. « Les commandes de biens durables sont ressorties très fortes, une raison de plus de penser que les rendements obligataires devrait continuer à augmenter », a assuré l’analyste.

La hausse des rendements devrait favoriser les secteurs cycliques tels que la finance et l’énergie par rapport aux secteurs de croissance tels que la technologie étant donné que leurs revenus futurs seront ajustés par rapport aux rendements plus élevés de la dette en raison de l’augmentation des taux de prêt. C’est pourquoi de nombreux titres technologiques ont terminé en baisse lundi.

Apple a clôturé la séance en baisse de 1,37 % à la suite de l’annonce de l’arrêt de la production de certains fournisseurs du constructeur informatique, mais aussi de Tesla et de nombreux fabricants de semi-conducteurs en raison d’un décret en Chine visant à économiser l’électricité.

Cette tendance s’est poursuivie mardi, les trois principaux indices américains terminant la séance en baisse. Le Dow reculait de 1,63 %, le NASDAQ chutait de 2,83 % et le S&P 500 cédait 2,04 %. « Cette liquidation aujourd’hui, provoquée par les taux d’intérêt, rappelle quel a été l’impact de la relance monétaire de la Fed, alors que la Banque centrale a signalé une réduction rapide de ses mesures de soutien », soulignait Charlie Ripley, stratégiste en investissements pour Allianz Investment Management

Les marchés étaient nerveux mardi à la suite de la déclaration du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, et de la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, qu’un défaut des États-Unis dû au non-relevé du plafond de la dette entraînerait des conséquences catastrophiques. Les risques d’un « shutdown » si un accord n’est pas conclu au sénat rapidement pourraient maintenir la volatilité sur les marchés pour les prochaines semaines.

Les démocrates et les républicains s’affrontent au congrès dans une lutte plutôt partisane alors qu’ils n’arrivent pas à s’entendre sur l’adoption d’un budget temporaire avant jeudi et à une suspension de la limite d’endettement.

Les trois principaux indices ont terminé sans direction mercredi ; le Dow gagnait 0,26 % tandis que le NASDAQ reculait de 0,24 % et le S&P 500 de 0,16 %. Les valeurs technologiques ont poursuivi leur tendance baissière, heurtées par la flambée des rendements obligataires. Facebook a terminé en baisse de 0,31 %, Alphabet (Google) reculait de 1,22 % alors qu’Amazon cédait 0,45 %.

Le président de la Fed a réitéré devant le Sénat que l’inflation pourrait durer plus longtemps qu’il l’avait anticipé provoquant ainsi une fébrilité sur les marchés. « Cela provoque une rotation sectorielle assez agressive, nous constatons donc une force (relative) dans les secteurs de la finance et l’énergie, et dans certains des secteurs industriels », a déclaré Greg Taylor, directeur des investissements chez Purpose Investments. « Mais ce que nous voyons de l’autre côté, c’est une vente assez agressive de la technologie. »

« Les derniers jours du mois de septembre coïncident aussi avec la fin d’un trimestre, ce qui conduit souvent les investisseurs à solder des positions, entraînant davantage de volatilité sur le marché », estime Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Les marchés pourraient terminer le mois de septembre en baisse après cinq trimestres à la hausse. Plusieurs facteurs économiques ont ébranlé les investisseurs durant le mois dont la fin possible des mesures de relance de la Fed, le ralentissement de la croissance et l’inflation élevée, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, une crise énergétique et les risques réglementaires émanant de la Chine.

Ouverture en légère hausse jeudi pour la dernière séance du mois ; le Dow gagnait 107 points, le NASDAQ avançait de 0,6 % et le S&P ajoutait 0,4 %. Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a déclaré mercredi soir que la chambre avait conclu un accord évitant ainsi une fermeture du gouvernement.

La tendance saisonnière habituelle en septembre s’est révélée exacte encore une fois alors que plusieurs facteurs économiques ont mis un terme à la belle performance des marchés depuis plusieurs mois déjà. Cependant, il est important de cerner quels problèmes peuvent créer un changement structurel et lesquels créent une volatilité à court terme qui peut devenir profitable pour les investisseurs.

« Septembre a été à la hauteur de sa réputation et a réduit les rendements des portefeuilles d’actions », a écrit Ed Yardeni de Yardeni Research. « Il y a eu beaucoup de craintes que des salaires plus élevés, des prix de l’énergie plus élevés et des coûts de transport plus élevés pèsent sur les bénéfices pour le reste de cette année et jusqu’en 2022. C’est certainement quelque chose que nous suivrons. Mais jusqu’à présent, les analystes restent relativement optimistes », a-t-il ajouté.

Les trois principaux indices ont terminé la séance de jeudi en baisse, concluant le mois avec des pertes. Le Dow a perdu 4,2 % en septembre, son pire résultat de l’année 2021. Le NASDAQ a lâché 4,7 % et le S&P 500 a baissé de 5,3 %, tous deux leur pire mois depuis mars. Les pertes de septembre ont entraîné un troisième trimestre à la baisse pour les marchés alors que le Dow a enregistré des pertes de 1,9 %, tandis que le NASDAQ a perdu 0,4 %. Toutefois, le S&P 500 a conservé un gain modeste et est toujours en hausse de près de 15 % sur l’année.

 


Le titre de Bed, Bath and Beyond a plongé de 22 % jeudi, devenant la première grande compagnie à souffrir du goulot provenant de la chaîne d’approvisionnement. Lors de la publication de ses revenus trimestriels, le magasin a dévoilé un ralentissement du trafic dans les magasins et les défis incessants dus à la pandémie l’ont conduit à réduire ses prévisions, un signe inquiétant pour le secteur de la vente au détail avant la très importante saison des achats des Fêtes.

Wall Street a ouvert en hausse vendredi, alors que l’annonce d’un nouveau médicament pour lutter contre la pandémie de COVID encourage les investisseurs. En effet, le titre de Merck a bondi de 11 % après que le fabricant de médicaments a déclaré que leur traitement antiviral oral pour COVID-19 réduisait de 50 % le risque d’hospitalisation ou de décès pour les patients présentant des cas légers ou modérés.

Pétrole

Le pétrole de Brent a dépassé 80 dollars le baril lundi, soutenu par des signes que la demande dépasse l’offre et épuise les stocks. L’indice de référence international du brut a prolongé une récente série de gains pour atteindre son plus haut niveau depuis octobre 2018, tandis que le West Texas Intermediate a également grimpé. Plusieurs titres reliés au secteur ont fait bonne figure ; Exxon Mobil (NYSE:XOM) et Chevron (NYSE:CVX) grimpaient respectivement de 2,97 % et 2,36 %. Schlumberger a bondi de 4,07 % et Halliburton a grimpé de 5,43 %.

« Les gains récents du secteur de l’énergie démontrent qu’il existe des inquiétudes quant à l’offre sur les marchés du pétrole brut et du gaz naturel », a déclaré Adam Karpf, gestionnaire de portefeuille et directeur général de Gestion privée CIBC. « Nous avons dit dans le passé qu’il s’agissait vraiment d’une reprise et d’un rallye axés sur la demande avec la réouverture du commerce, et cela fait donc partie de ce qui se passe, mais je pense que la hausse la plus récente est également reliée aux problèmes d’approvisionnement. »

Les profits des dernières séances sont également attribuables à une hausse des prévisions d’une augmentation des prix de la part des banques et des commerçants qui estiment que la demande pour l’or noir devrait s’accélérer cet hiver. Le bond à 80 $ vient également ajouter une pression inflationniste à l’économie mondiale alors que les prix des matières premières énergétiques ne cessent de grimper. Le gaz naturel européen, les permis de carbone et l’électricité ont atteint de nouveaux sommets encore une fois mardi, démontrant peu de signes de ralentissement.

Si cette croissance se poursuit, il est possible que l’OPEP+ envisage d’augmenter sa production actuellement établie à 400 000 barils par jour mensuellement surtout si l’hiver apporte des températures plus froides.

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS