Blogue

3 septembre 2021

Septembre revient en force

Par PRATTE

Marchés en bref

Les marchés boursiers ont bien commencé la semaine atteignant de nouveaux records lundi alors que le NASDAQ a grimpé de 0,90 % à 15 265,89 points tandis que le S&P 500 a terminé à 4528,79 points (+0,43 %). Le NASDAQ a donc fracassé son 32e record de l’année lundi grâce aux titres du secteur de la technologie ; Apple gagnait 3,04 %, Amazon avançait de 2,15 % et Facebook a accumulé des gains de 2,15 %. Le Dow a toutefois clôturé la séance en baisse de 0,16 %.

Les propos du patron de la Fed, vendredi dernier, ont continué de donner un élan au marché. Dans son allocution à Jackson Hole, « Jerome Powell s’est quand même montré un peu plus accommodant qu’attendu », a souligné Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

« L’idée des investisseurs est que, s’il est plus accommodant, c’est qu’il y a peut-être un ralentissement dans l’économie », a-t-il ajouté. « Et quand il y a un ralentissement, on retourne aux vieilles recettes qui marchent : cela s’appelle les grosses capitalisations technologiques ».

C’est à la baisse que les trois principaux indices ont ouvert la séance de mardi, prenant une pause après avoir atteint plusieurs nouveaux sommets. « Le marché manquait de conviction alors que les investisseurs digèrent le départ des dernières troupes d’Afghanistan, le ralentissement du secteur manufacturier en Chine, et le fait que plusieurs élus démocrates ont écrit une lettre au président Biden pour demander qu’il remplace Jerome Powell », à la tête de la Fed, estimait Patrick O’Hare de Briefing.com.

Le S&P 500 poursuit sa lancée alors que l’indice a augmenté de plus de 20 % en 2021 et a plus que doublé depuis son creux pandémique en mars 2020.

« Nous pensons que l’élan vers la réouverture et la reprise est intact et qu’il y a encore un avantage pour les actions », a écrit Mark Haefele, directeur des investissements de la gestion de fortune mondiale chez UBS, dans une note. « Le rallye du S&P 500 est soutenu par une croissance robuste des bénéfices… Avec l’élargissement de la reprise économique, nous nous attendons à ce que les secteurs cycliques, y compris l’énergie et la finance, prennent les devants. »

Les trois principaux indices ont terminé la dernière séance du mois d’août en baisse. « Après un mois très solide et plusieurs séances de records en août », a commenté pour l’AFP Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. En effet, les trois principaux indices ont enregistré plus d’une douzaine de séances records en août, un mois habituellement difficile et négatif.

Le S&P 500 a augmenté de 2,9 % pour le mois, enregistrant sa meilleure séquence de victoires depuis 2017. Le NASDAQ a gagné environ 4 % pour son troisième mois positif tandis que le Dow a pris du retard, mais a tout de même ajouté 1,2 %.

« La diminution des achats de bons du Trésor commencera probablement au 4e trimestre, mais il s’agit d’un facteur déjà pris en compte » par le marché, selon M. Cardillo. « La clé est que la Fed va attendre un certain temps avant de modifier les taux. Jusqu’à ce que cette aiguille des taux bouge, le blues de septembre ne devrait pas s’installer », a assuré l’économiste.

Le mois de septembre est historiquement difficile alors que les investisseurs surveillent de près les résultats du troisième trimestre. De plus, nombreux sont ceux qui vendent leurs actions accumulées durant l’été lors du retour au travail et sur les bancs d’école en septembre. Il sera intéressant de voir comment se comporteront les marchés en septembre avec l’arrivée du variant Delta.

« Bien que ce marché haussier se soit moqué de presque tous les signes d’inquiétude en 2021, n’oublions pas que septembre est historiquement le pire mois de l’année pour les actions », a déclaré Ryan Detrick, stratège en chef des marchés financiers de LPL. « Même l’année dernière, face à un énorme rallye, nous avons constaté une correction de près de 10 % à la mi-septembre. Ce marché haussier est bel et bien vivant et nous considérerions toute faiblesse potentielle comme une opportunité », a-t-il déclaré.

Mercredi, à la fermeture des marchés, le NASDAQ a enregistré son 33e record depuis le début de l’année terminant en hausse de 0,33 % à 15 309,38 points. L’indice a été soutenu par le titre d’Apple qui a terminé à un nouveau prix record. Le S&P 500 a, pour sa part, clôturé en légère hausse de + 0,03 % tandis que le Dow reculait de 0,14 % à 35 312,53 points.

Le titre de Netflix gagnait 2,3 % à la fin de cette séance à la suite de l’annonce de la mise en ligne de la très populaire série Seinfeld. L’ajout de l’émission devrait aider la compagnie à diminuer son taux de désabonnement alors que les séries cultes sont reconnues comme étant du « comfort food ». Le titre éprouve une année difficile, enregistrant des gains de seulement 8 % depuis janvier.

Mercredi, les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs alliés ont conclu leur dernière réunion s’entendant sur une augmentation progressive de la production de 400 000 barils par jour lors du prochain mois. L’alliance de producteurs « reste persuadée que le marché pétrolier restera sous-approvisionné jusqu’à la fin de l’année en raison de la demande croissante », explique Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank, « et qu’il aura donc besoin de l’offre supplémentaire ».

Les trois principaux indices américains ont ouvert et clôturé la séance de jeudi en hausse attendant avec impatience le rapport mensuel sur l’emploi publié vendredi. Le S&P 500 a terminé avec des gains de 0,3 % à 4 536,95, atteignant son 54e record de clôture de 2021. Le Dow gagnait 131,29 points soutenus par les titres de Walgreens et Chevron tandis que le NASDAQ avançait de 0,1 % à 15 331,18, enregistrant également un nouveau sommet.

« Le marché s’inquiète trop présentement des risques cycliques mondiaux liés au variant Delta et au ralentissement de la Chine, et nos prévisions de la Fed sont toujours plus accommodantes que celles du marché », ont déclaré les stratèges de Goldman dirigés par Zach Pandl dans une note. « Nous pensons donc qu’un nouvel allégement des actifs cycliques – des actions et des rendements obligataires plus élevés – est probablement presque terminé. »

L’action d’Apple a enregistré des gains de 0,75 % suivant l’annonce que la compagnie allait offrir des privilèges à de nombreux fabricants d’applications mobiles, qui seront exemptés de la commission facturée.  Les titres de Spotify (+6,57 % à 254,03 dollars) et Netflix (+1,11 % à 588,55 dollars), pourront désormais offrir l’abonnement direct via l’application.

Les trois principaux indices évoluaient en ordre dispersé vendredi suivant un rapport sur l’emploi aux États-Unis décevants.

« Les bonnes nouvelles ? Il n’y en a pas », a commenté, dans une note, Ian Shepherdson, économiste en chef du cabinet Pantheon Macronoeconomics. « Septembre sera sans doute faible aussi » sur le plan des créations d’emplois, a-t-il anticipé, « et on commence à être nerveux quant à la possibilité d’un rebond en octobre ».

Zoom

Le titre de Zoom, qui a connu du succès lors des premiers mois de la pandémie, chutait de 10 % lundi, et ce malgré une hausse de ses bénéfices lors de son deuxième trimestre. Les analystes estiment que l’intérêt pour la plateforme diminuera lors des prochains mois alors que plusieurs employés retourneront aux bureaux. « Nous nous attendions à ce ralentissement vers la fin de l’année, mais cela s’est produit un peu plus rapidement que prévu », a reconnu son directeur financier Kelly Steckelberg.   « Le principal problème est la vitesse à laquelle l’activité ralentit », s’inquiète Pat Walravens, analyste chez JMP Securities.

L’action avait accumulé des gains de 400 % en 2020 alors que sa plateforme était utilisée par des milliers de personnes en confinement alors qu’elle a enregistré une baisse d’environ 48 % par rapport à son sommet d’octobre. L’action de Zoom fait partie de la panoplie de titres affectés par la fin du confinement. La semaine dernière, l’action de Peloton a vécu le même scénario, son titre chutant de près de 13 % après la publication de ses résultats trimestriels.  

Malgré sa baisse de lundi, le titre de Zoom vaut trois fois plus qu’en mars 2020 soit quelques semaines avant le début du confinement. La chute du titre s’est poursuivie mardi, clôturant en baisse de 16 %.

Septembre

Le mois de septembre signifie pour les marchés la fin des vacances et le retour des investisseurs au travail. La bourse se remet en marche, fonctionnant à plein régime. Historiquement, le mois de septembre est difficile pour les marchés. Selon le ­Thackray’s 2018 Investor’s ­Guide, de 1950 à 2016, septembre a occasionné des pertes de plus de 0,5 % et n’a été positif que 43 % du temps. 

Toutefois, plusieurs analystes croient que cette fois-ci la tendance pourrait se renverser. En effet, les marchés semblent bien réagir depuis le début de l’année, et ce, malgré un contexte économique plutôt difficile combiné à un climat d’incertitude. L’indice du S&P 500 ainsi que le TSX sont tous deux en hausse de 20 %.

Cependant, l’arrivée du variant Delta pourrait déclencher de nouvelles restrictions sanitaires et ainsi affecter à nouveau les marchés. Dès le début de la crise sanitaire, les nombreuses mesures monétaires mises en place par les gouvernements ont soutenu l’économie et ont permis aux indices d’enregistrer des gains. Toutefois, la Fed a annoncé la semaine dernière vouloir mettre fin à certains programmes provoquant une certaine nervosité auprès des investisseurs.

Bref, plusieurs analystes croient que les marchés vont conserver la même attitude adoptée lors de la longue récession pandémique – en d’autres termes, de négocier, non pas sur les inquiétudes actuelles, mais en prévision d’une forte reprise économique une fois que la pandémie aura enfin suivi son cours.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

 
 
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS