Blogue

7 mai 2021

Semaine difficile pour le NASDAQ

Par PRATTE

Marchés en bref

Malgré un départ solide à l’ouverture lundi, les trois principaux indices ont terminé la séance en ordre dispersé. Plusieurs titres ont tout de même bien performé à la suite de l’annonce du gouverneur de New York Andrew Cuomo à l’effet d’une possible levée des restrictions dans l’État. Les actions de Royal Caribbean et d’American Airlines ont toutes les deux augmenté de plus de 1 %, Gap avançait de 7 % tandis que le titre de Macy a bondi de 8 %.

Malgré cette baisse, le S&P 500 a enregistré son troisième mois consécutif de gains en avril, gagnant plus de 5 % et désormais en hausse de plus de 11 % sur l’année. Pour sa part, le Dow a accumulé des gains de 2,7 % le mois dernier et de 5,4 % pour le NASDAQ.

« Les investisseurs se préparent pour une autre semaine de résultats bien remplie, couronnée par un rapport sur l’emploi. Compte tenu des nouvelles positives de l’économie et des bénéfices, le chemin de moindre résistance semble plus élevé », a déclaré Jack Ablin, directeur des investissements chez Cresset Capital.

En date de lundi, 87 % des compagnies du S&P 500 qui ont déposé leurs résultats trimestriels ont dépassé de 20 % les prévisions des analystes. Ainsi, le premier trimestre a été plus que bénéfique pour de nombreuses entreprises qui ont profité du déconfinement ainsi que de l’arrivée de la vaccination de masse dans plusieurs pays.

Les cours de pétrole ont également connu une bonne séance lundi, terminant en hausse, soutenue par un vent d’optimisme face à la demande. « Les prix du brut débutent la semaine en hausse après que les contrats de première échéance ont atteint leur plus haut niveau depuis mi-mars la semaine dernière », note Robbie Fraser de Schneider Electric. « Cela constitue un retournement de situation par rapport aux pertes de la matinée, où la faiblesse de la demande en Inde avait continué d’agir comme un facteur baissier », note l’expert.

Le baril de Brent de la mer du nord pour livraison en juin a clôturé à 67,56 dollars en hausse de 1,20 % tandis que le baril américain de WTI pour juin a terminé à 64,49 dollars en hausse de 1,42 %.

Pfizer a déposé mardi de bons résultats trimestriels dévoilant une hausse de 45 % de ses revenus lors du dernier trimestre et une augmentation de 45 % de ses profits. L’entreprise a indiqué qu’elle estime être en mesure de vendre 1,6 milliard de doses de son vaccin anti-COVID en 2021, ce qui équivaut à environ 26 milliards de dollars, soit bien plus que ce que Pfizer avait anticipé. En effet, cette dernière avait estimé pouvoir écouler environ 15 milliards de dollars de son vaccin en 2021. Toutefois, Pfizer a conclu plusieurs ententes depuis, notamment avec la Commission européenne, le Canada, ainsi qu’Israël afin de fournir des vaccins au-delà de 2021.

Séance difficile pour le NASDAQ mardi qui a terminé en baisse de presque 2 %, alors que de nombreux investisseurs sont sortis du secteur de la technologie. Le titre d’Apple a chuté de 3,5 %, Netflix reculait de 1,2 %, Microsoft de 1,6 %, Amazon de 2,2 %, Facebook de 1,3 % alors qu’Alphabet perdait 1,6 %.

« Les actions américaines ont faibli mardi alors que les investisseurs ont évalué les ventes massives qui sont intervenues parmi les grands noms de la technologie ainsi que les commentaires sur les taux d’intérêt de la secrétaire au Trésor américain Janet Yellen », ont souligné les analystes de la banque Wells Fargo. En effet, Janet Yellen a mis en garde les investisseurs en affirmant qu’il faudra peut-être « augmenter un peu les taux d’intérêt pour que l’économie ne surchauffe pas ».

Le NASDAQ a connu mercredi une autre séance difficile, terminant en recul de 0,37 % soit sa quatrième séance consécutive à la baisse. Amazon (-1,25 %), Microsoft (-0,53 %) et Netflix (-1,41 %) ont participé à la baisse de l’indice. Toutefois, le Dow a clôturé à un nouveau record enregistrant des gains de 0,29 % tandis que le S&P 500 est resté stable.

L’administration américaine a annoncé en milieu de journée être en faveur de la levée des protections de propriété intellectuelle pour les vaccins contre la COVID-19 faisant chuter les titres des entreprises pharmaceutiques qui produisent le vaccin. Moderna plongeait de 6,19 %, BioNtech a lâché 3,45 % et Johnson and Johnson a perdu 0,42 %.

Les trois principaux indices ont débuté la séance sans direction jeudi ; le Dow gagnait 40 points, le S&P était stable et le NASDAQ reculait de 0,5 %.

« La divergence des secteurs continue », indiquaient les analystes de Schwab. « Le marché est tiraillé entre l’optimisme de la croissance économique », qui soutient les actions de l’économie traditionnelle, « et les incertitudes à savoir quand la Fed va modifier sa politique monétaire très accommodante », ce qui plombe les actions dites de croissance, plus sensibles à la hausse des taux d’intérêt, comme le secteur technologique, soulignaient-ils.

Les actions provenant des compagnies fabricants les vaccins étaient toujours en baisse jeudi ; le titre Moderna, qui compose le NASDAQ, plongeait de 7,4 %, Pfizer perdait 2,25 % tandis que BioNTech reculait de plus de 6 %.

Les trois principaux indices ont finalement terminé la séance de jeudi en hausse alors que le Dow a enregistré un nouveau record pour une deuxième journée d’affilée. Après avoir clôturé à un nouveau sommet mercredi, la moyenne des indices provenant du secteur des transports qui compose le Dow Jones – considérée comme un baromètre de l’activité économique – a bondi de 25 % au-dessus de sa moyenne mobile de 200 jours. Cette nouvelle hausse pourrait être « perçue comme un signe de force susceptible de se poursuivre sur le marché boursier au sens large », a déclaré Gina Martin Adams de Bloomberg Intelligence.

Alors que le NASDAQ avait connu une semaine difficile, l’indice a finalement clôturé en hausse de 0,37 % tandis que le S&P 500 gagnait 0,82 %.

Les titres provenant des compagnies fabricants le vaccin ont réussi à réduire leur perte jeudi. L’action de Moderna a clôturé en baisse de -1,44 %, Pfizer de 0,99 % et son partenaire allemand BioNtech -1,62 %.

« Après la réaction de vente agressive sur les pharmaceutiques, les investisseurs ont réalisé qu’il y a une différence entre faire une proposition auprès de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et parvenir à un accord entre 160 pays », a relevé Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services, soulignant que le gouvernement allemand s’opposait à cette levée des brevets. « Cela a éloigné une crainte », a-t-il ajouté.

« Tout le monde vend les mêmes actions, cherchant à prendre des profits pour acheter autre chose », plutôt des titres de l’économie traditionnelle censés se valoriser avec la reprise, a estimé cette source. « Mais on commence à voir, avec les Gafa, qu’on trouve aussi de la croissance, des valorisations raisonnables et des compagnies qui vont également profiter de la reprise des activités », a souligné l’analyste. Apple, Amazon, Facebook étaient tous en hausse de plus de 1 % jeudi.

Le S&P 500 a ouvert en légère hausse vendredi, stimulé par les actions technologiques après des résultats décevants du rapport sur l’emploi d’avril. Le Dow a ouvert sans direction tandis que le NASDAQ avançait de 0,8 %.

Sell in May and go away?

En mai, la tendance saisonnière se résume par ce dicton « sell in may and go away », soit vendre nos actions en mai pour ensuite revenir dans les marchés en novembre. Plusieurs experts se sont prononcés cette semaine sur cette tendance et à savoir pourquoi cette fois-ci la stratégie pourrait être bien différente.

« Malgré la volatilité que le mois de mai peut offrir, le contexte actuel des taux d’intérêt qui sont bas, combiné aux banques centrales qui demeurent accommodatrices, ainsi qu’une inflation qui semble vouloir être temporaire, continue à nous offrir un environnement favorable. Nous utilisons toute faiblesse de marché pour investir tout en favorisant présentement une approche “buy the dip”. Toutefois, nous demeurons dans un climat hors du commun où malgré tout plusieurs opportunités se présentent. Donc, la tendance saisonnière du mois de mai n’est pas vraiment une stratégie qui sera populaire cette année », estime notre président et gestionnaire de portefeuille Philippe Pratte.

En effet, nous sommes actuellement dans un contexte oscillant entre la montée des taux d’intérêt, une économie en pleine croissance qui se sort tranquillement de l’après-COVID et les plans de relance économique. De nombreux investisseurs croient que cette fois-ci, il vaut mieux demeurer investi alors que les marchés demeurent volatils.

« Les actions ne sont pas comme les entreprises, tout comme le marché n’est pas la même chose que l’économie. Et si nous retournons en mars de l’année dernière, lorsque le marché a atteint son plus bas niveau, pensez à la gravité de la nouvelle, et pourtant les actions avaient déjà reflété cela et elles ont augmenté à partir de là. Donc, je pense que nous vivons présentement l’opposé alors que le contexte s’améliore. Ils peuvent continuer à s’améliorer un peu, sur une base fondamentale ainsi que sur le plan macro-économique. Mais les investisseurs sont plus habiles que cela. Ils en ont tenu compte et c’est pourquoi ils se sont si fortement mobilisés jusqu’à présent. Cela faisait partie de notre appel au nirvana où nous pensions que la croissance et la valeur [allaient] avoir ce mouvement crescendo où les deux travaillent ensemble et cela allait être aussi bon que possible » estime Jonathan Krinsky, de Bay Crest Partners.

« Je pense que nous devons porter une plus grande attention aux réactions des investisseurs. Ce n’est pas seulement la bonne nouvelle, mais comment les investisseurs la perçoivent et comment ils réagissent. Donc, je ne vends pas en mai, j’achète en fait et je regarde deux choses. La première est la possibilité d’acheter les choses que j’aime et qui sont en vente. Deuxièmement, j’achète aussi des titres provenant d’entreprises qui ont annoncé des nouvelles auxquelles les gens ne portent pas attention. Donc, encore une fois, nous sommes toujours dans cet environnement de sélection de titres. Il y a certainement des opportunités, mais il demeure que ce ne sont pas de pures stratégies, mais des sujets plus vastes auxquels je fais attention et je recherche ces opportunités sélectionnées dans ces sujets » estime Tiffany McGhee Fondatrice et PDG de Pivotal Advisors.

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

 
 

 

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS