Blogue

26 mars 2021

Une semaine volatile

Par PRATTE

Marchés en bref

Wall Street a débuté la semaine en force, soutenu par une baisse des rendements des bons du Trésor et les gains enregistrés dans le secteur de la technologie. Le Dow a terminé en hausse de 0,32 %, le NASDAQ gagnait 1,23 % alors que le S&P 500 prenait 0,70 %.

« Les taux se sont repliés et les actions de la technologie ont rebondi. Cela est aussi dû à l’expiration des contrats d’options » qui a eu lieu vendredi « et qui a permis aux actions de se reprendre », a commenté Peter Cardillo, de Spartan Capital Securities. Apple a clôturé la séance en hausse de 2,83 %, Tesla avançait de 2,31 %, tandis qu’Amazon et Facebook gagnaient plus de 1 %.

« La baisse des rendements du Trésor a soulagé le secteur des technologies de l’information et d’autres actions liées à la croissance qui avaient récemment subi des pressions, alors que le secteur financier est resté à la traîne », soulignaient les analystes de Schwab.

Mardi marquait le premier anniversaire de la célèbre chute des marchés du 23 mars dernier alors que la pandémie de coronavirus avait fait dégringoler les actions de 30 %. Depuis cette journée, le S&P 500 et le Dow ont progressé de plus de 75 %. Le NASDAQ est en hausse de plus de 90 %, alors que le Russell 2000 a bondi de 126 %.

« Si l’on considère le chemin parcouru, c’est vraiment stupéfiant », a déclaré Chris Larkin, le directeur général des produits de négociation et d’investissement chez E * Trade Financial. « Le marché connaît aujourd’hui une certaine nervosité car il considère ce que signifie un retour à la normale pour des politiques monétaires faciles, un soutien fiscal et des taux d’intérêt, mais pour tout investisseur qui pense que nous sommes sur le point de chuter, il est important de se rappeler que le marché traverse des obstacles de croissance historiquement saine et il y a encore beaucoup plus de reprises devant nous. »

Les marchés ont terminé la séance de mardi en baisse, les investisseurs se montrant inquiets d’un nouveau confinement en Europe. Le S&P 500 reculait de 0,8 %, sous la pression du secteur de l’industrie et des matériaux, le Dow reculait de 308 points tirés vers le bas par le titre de Caterpillar (-3,4 %) tandis que le NASDAQ perdait 1,1 %. Plusieurs titres qui vont profiter d’une réouverture de l’économie ont souffert mardi ; Carnival reculait de 7,82 % tandis que les compagnies aériennes American Airlines et United Airlines chutaient de 7 %.

Malgré une ouverture à la hausse mercredi, les trois principaux indices ont clôturé la séance en baisse. Le Dow a terminé en recul de 0,01 % dû au recul des titres tels Norwegian Cruise Line (-4,9 %), Royal Caribbean (-1,9 %) et Carnival (-2,8 %). Le NASDAQ perdait 2,01 % entrainé par le secteur de la technologie tandis que le S&P 500 abandonnait 0,55 %. Apple, Facebook et Netflix ont tous glissé de plus de 2 %, alors que Tesla perdait 4,8 %.

« Les actions technologiques à fortes valorisations ont été mises sous pression alors que les investisseurs quittaient ces coins coûteux du marché (à la faveur) des secteurs étroitement liés à la santé de l’économie mondiale », a observé Candice Bangsund, gestionnaire de portefeuille pour Fiera Capital.

La tendance baissière des derniers jours s’est poursuivie pour Wall Street jeudi, les indices étant encore une fois incapables de se redresser. Le Dow perdait 220 points, le S&P 500 chutait de 0,5 % et le NASDAQ baissait de 0,8 %. Les titres de Microsoft, Netflix et Tesla étaient tous négatifs.

« La faiblesse des valeurs technologiques est indéniable, mais ce ne sera probablement pas une ligne droite pour ce secteur et il y aura des zigzags en cours de route », a déclaré David Bahnsen, directeur des investissements chez The Bahnsen Group. « Les valorisations des actions technologiques sont trop élevées et hurlent à une correction. »

Les indices ont également souffert des propos du président de la Fed, Jerome Powell, qui a laissé sous-entendre que la banque centrale allait graduellement retirer l’aide injectée au courant des derniers mois estimant que la reprise économique américaine progressait à un bon rythme.  

« Au fur et à mesure que nous progressons substantiellement […] nous réduirons progressivement la quantité de bons du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires que nous avons achetés », a-t-il indiqué. « Nous le ferons très progressivement au fil du temps et avec une grande transparence. Lorsque l’économie se sera presque complètement rétablie, nous retirerons le soutien que nous avons fourni pendant les périodes d’urgence », a ajouté le président de la Fed, dressant une feuille de route de l’éventuelle sortie d’une politique ultra-accommodante.

Finalement, les indices ont réussi à clôturer la séance de jeudi en légère hausse, le Dow avançait de 0,62 %, le NASDAQ, reculait de 0,12 % à 12 977,68 points tandis que le S&P 500 gagnait 0,52 %. « Sur le marché des actions, on continue de voir assurément une rotation partant des valeurs technologiques du NASDAQ vers des titres de compagnies relevant plus de l’économie traditionnelle », a noté Boris Schlossberg de BK Asset Management.

De nombreux titres ont connu un mois de mars difficile; Netflix a chuté de 6,7 % ce mois-ci, tandis que Tesla est en baisse de plus de 5 %. Le gagnant de la pandémie Zoom Video a chuté de près de 16 % en mars.

Début de séance solide vendredi, les trois indices enregistraient des gains, le pétrole rebondissait et les rendements du Trésor à long terme grimpaient sous l’optimisme quant au déploiement du vaccin et après que la Réserve fédérale a annoncé que les banques pourraient reprendre les rachats et augmenter les dividendes à partir de la fin juin. Cette nouvelle est venue soutenir les titres du secteur de la finance; JPMorgan avançait de 1,5 %, Bank of America progressait de 2 % alors que Goldman Sachs gagnait 1 %.

Pétrole

Malgré une stabilité lundi, les prix du pétrole ont chuté mardi, alors que le confinement qui est de retour dans plusieurs pays d’Europe pourrait menacer la demande pour l’or noir. « Les investisseurs craignent que la demande de pétrole ne soit confrontée à des difficultés dans les jours à venir en raison du retour des mesures contre le coronavirus dans un certain nombre de pays européens », a commenté Naeem Aslam, analyste d’Avatrade, alors qu’un confinement renforcé a été annoncé en Allemagne du 1er au 5 avril pendant le week-end de Pâques.

« La baisse a été déclenchée par la détérioration des perspectives de la demande à court terme face à des raffineries toujours entravées, un regain d’intérêt et de nouveaux verrouillages européens », a déclaré Bart Melek, responsable de la stratégie sur les matières premières chez TD Securities, dans une note. « Avec des prix cassant en dessous de la moyenne mobile de 50 jours au cours de la séance, les investisseurs plus techniques pourraient bien faire baisser encore le WTI. »

Les prix du pétrole ont chuté de presque 13 % en moins de deux semaines. « Beaucoup de blâmes sont mis sur les confinements qui font la une des journaux, mais il y a d’autres forces à l’œuvre », soulignait Matt Smith, de ClipperData.   « Le dollar est extrêmement fort et les achats de l’Asie sont à la baisse, tout cela avant le rapport hebdomadaire sur les stocks américains qui n’est peut-être pas très bon non plus », a ajouté M. Smith.  

Les prix du pétrole remontaient tranquillement mercredi, « bénéficiant d’un répit grâce aux informations rapportant qu’un navire s’était échoué et bloquait le canal de Suez », a constaté Jeffrey Halley, analyste de Oanda. « La perturbation potentielle des approvisionnements » d’or noir « fait grimper les prix des deux contrats » de référence, a-t-il ajouté. Les cours du pétrole ont profité du blocage du canal mercredi, enregistrant des gains de plus de 6 %. Le cargo de 400 mètres de longueur appelé le Ever Given s’est coincé horizontalement mardi dans la voie navigable située en Égypte à la suite de vents violents.

Le blocage du canal de Suez perturbait toujours les voies de transport jeudi, alors qu’environ 12 % des échanges mondiaux se font via ce canal. « Toutes les heures, de plus en plus de navires – y compris des porte-conteneurs, des pétroliers, des navires RoRo et des vraquiers – sont retenus en Méditerranée au nord et en mer Rouge au sud », a déclaré Jett McCandless, directeur général de société de suivi de la chaîne d’approvisionnement project44 inc. « C’est un autre coup dur pour le commerce mondial dans une année où la chaîne d’approvisionnement accumule déjà des retards. » Le prix du pétrole chutait de 6 % en milieu de séance jeudi.

Le prix du baril de pétrole reculait jeudi de 4 %, encore une fois frappé par la volatilité du marché alors que les investisseurs continuent de s’inquiéter face à une baisse de la demande. Les perspectives de reprises mondiales se sont évaporées en quelques jours seulement engendrés par l’arrivée de la troisième vague en Europe faisant craindre le retour d’un confinement plus stricte.

 

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS