Blogue

26 février 2021

L’inflation rend les marchés nerveux

Par PRATTE

Marchés en bref

Séance difficile pour les marchés lundi, en raison de la baisse des titres technologiques, jumelés à la hausse des taux sur les obligations américaines à 10 et 30 ans. Le NASDAQ a clôturé en baisse de 2,46 %, le Dow de 0,09 % et le S&P 500 de 0,78 %. Apple reculait de 3 %, en baisse de plus de 9,4 % depuis le dernier mois. Plusieurs autres titres ont connu une mauvaise séance comme Alphabet qui a reculé de 1,65 %, Amazon de 2,13 % et Tesla qui a chuté de 8,55 %.

Le taux à 10 ans sur les bons du Trésor américains a augmenté de 1,3653 % (+2,16 %) lundi suivant une hausse de 1,3925 %, dans la nuit de dimanche à lundi, soit son niveau le plus haut en un an. Plusieurs investisseurs craignent que l’augmentation du taux à 10 ans puisse apporter une hausse des taux d’intérêt, ce qui serait négatif pour le secteur technologique. 

« Si le taux à 10 ans continue de progresser, cela pourrait conduire à une correction de la Bourse » prévient Peter Cardillo de Spartan Capital Securities « L’accès facile aux liquidités et les taux bas sont toujours une bonne chose pour le marché des actions », explique M. Cardillo. « Les entreprises peuvent ainsi rivaliser pour payer les meilleurs dividendes. Mais quand cela s’inverse, cela coûte plus cher pour les entreprises d’emprunter et de financer leurs projets », ajoute l’expert.

Les marchés ont poursuivi leur tendance baissière mardi à l’ouverture, le Dow reculait de 50 points, le NASDAQ de 1,2 % et le S&P 500 de 0,4 %. Les grands noms du secteur technologique reculaient encore une fois ; Apple de 3,41 %, Amazon de 1,96 % et Alphabet de 2,35 %. « La liquidation des chouchous de la technologie et des petites capitalisations très appréciées pourrait être interprétée comme le début de la nervosité du marché », a déclaré Chris Larkin, directeur général des produits de négociation et d’investissement chez E-Trade. « Cela ne veut pas dire que les actions ont suivi leur cours, alors que c’est plutôt que certains des secteurs cycliques comme l’énergie et la finance sont plus attrayants, tandis que celui de la technologie prend une pause. »

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré mardi dans des remarques préparées pour le Comité sénatorial des banques que « les pressions sur les prix restaient essentiellement modérées et que les perspectives économiques étaient toujours très incertaines. L’économie est loin de nos objectifs en matière d’emploi et d’inflation, et il faudra probablement un certain temps pour que de nouveaux progrès substantiels soient réalisés ». « La Réserve fédérale américaine (Fed) maintiendra ses taux bas tant que l’inflation ne dépassera pas durablement 2 % et que l’économie américaine sera proche du plein emploi », a-t-il ajouté.

Le Dow a finalement clôturé la séance en hausse de 0,05 % après une chute de presque 350 points et le S&P 500 de 0,13 %. Toutefois, le recul des indices technologiques a tiré le NASDAQ vers le bas et celui-ci a terminé en baisse de 0,50 %. Tesla chutait de 2,19 %, l’action de la compagnie montréalaise Lightspeed POS a reculé de 7,7 % et celui de Shopify a cédé de 6 %.

Les dernières déclarations du président de la Fed ont rassuré les investisseurs. Ce dernier a confirmé que malgré une hausse potentielle de l’inflation, la banque centrale continuerait de soutenir le marché avec des stimuli. Suivant sa déclaration, le taux sur 10 ans a reculé et les indices ont progressé. 

Malgré un début de journée à la baisse, les trois principaux indices ont réussi à reprendre du tonus en milieu de séance.

Après avoir reculé mardi, le rendement du Trésor à 10 ans a dépassé 1,4 % pour atteindre, mercredi, son plus haut niveau depuis février 2020, rendant les investisseurs nerveux.

« La volatilité en cours de route est à prévoir, et des taux plus élevés continueront de faire baisser le risque dans les secteurs et les facteurs, mais… les baisses du marché boursier sont censées être achetées dans cet environnement », Christopher Metli, un stratège dérivé chez Morgan Stanley, a déclaré dans une note.

Au deuxième jour de son audition face aux parlementaires américains, le patron de la Fed a de nouveau rassuré les acteurs du marché en affirmant qu’il allait maintenir les taux à la baisse.

« Les secteurs de l’énergie, de l’industrie et de la finance sont soutenus par l’optimisme lié à la reprise économique, la hausse continue des prix du pétrole et l’écart de plus en plus marqué sur la courbe des taux obligataires (entre le rendement à 2 ans et à 10 ans, NDLR) », notent les experts de Charles Schwab.

Ce fut tout un rebond mercredi pour les trois principaux indices américains qui ont clôturé en hausse. Le Dow a bondi de 420 points, atteignant un nouveau sommet, soutenu par les secteurs de la finance, de l’énergie et de l’industrie. Malgré une fermeture à la baisse pour Apple, Facebook et Amazon, le NASDAQ a tout de même réussi à terminer avec des gains de 1 % tandis que le S&P 500 gagnait 1,1 %. Pour leur part, le titre de Boeing a explosé à 8,1 % alors que celui de Chevron a grimpé de 3,7 %.   

Les trois principaux indices américains étaient de retour en baisse jeudi, plongés dans un climat d’incertitude face à la hausse du taux des bons Américains du Trésor à 10 ans qui a atteint un nouveau sommet. L’indice du NASDAQ a enregistré sa pire séance depuis octobre, reculant de 3,52 %. Alphabet, Facebook et Apple ont tous chuté de plus de 3 % tandis que Tesla a dégringolé de 8,1 %. Le secteur de la technologie sera directement affecté si une hausse des taux d’emprunt survient, ce qui pourrait ainsi freiner leur croissance et leur capacité d’investir. Pour sa part, le Dow Jones a clôturé la séance en baisse de 559 points tandis que le S&P 500 reculait de 2,49 %.

« Il y a eu aujourd’hui un large mouvement d’aversion au risque qui a favorisé les prises de profits, et la source de cela remonte au moment où nous avons observé une hausse des rendements obligataires, ce matin », a souligné Scott Guitard, vice-président principal et gestionnaire de portefeuille chez Fiduciary Trust Canada, lors d’une entrevue. « Je pense que cela a pris beaucoup de gens au dépourvu. C’était un mouvement assez important. »

Le secteur de l’énergie, qui a enregistré des gains de 6,8 % cette semaine seulement, est de loin le plus grand gagnant dû à la vague de froid dans le sud des États-Unis. L’industrie et la finance sont les deux seuls autres secteurs qui ont connu une bonne semaine.

« Aujourd’hui, tout tourne autour des rendements obligataires », a déclaré Ryan Detrick, stratège en chef du marché pour LPL Financial. « Il y a eu un bon soudain dans le rendement sur 10 ans et cela a bouleversé les investisseurs, car des rendements plus élevés rendent les marchés nerveux. Pourrait-il y avoir plus d’inflation à venir que ce que la plupart pensent ? Bien que la Fed ne soit pas inquiète à ce sujet, le marché pourrait l’être. »

Le NASDAQ reprenait de la vigueur à l’ouverture vendredi, soutenu par un bond des principaux titres du secteur de la technologie, alors que le S&P 500 gagnait 0,3 %. Pour sa part, le Dow a ouvert sans direction. Les rendements des bons du Trésor ont chuté après la publication des données sur l’inflation. Le taux à 10 ans a perdu environ 5 points de base à 1,47 % après avoir dépassé 1,6 % à un moment donné jeudi.

Tesla

L’action a connu mardi sa pire séance depuis septembre avec une chute de 13 % en début de journée. Elle avait déjà reculé de 8 % lundi, heurtée dans les derniers jours par les perspectives de nouvelles mesures de relance et d’un déploiement de vaccins à grande échelle rendant ainsi les secteurs cycliques plus attrayants pour les investisseurs. Mardi, Tesla était en route vers une troisième semaine de baisse consécutive.

L’action de la compagnie a été une des plus performantes en 2020, enregistrant des gains de 700 % en seulement un an. Cet élan s’est poursuivi en 2021 alors qu’elle a atteint un sommet historique le 25 janvier dernier. Cependant, depuis ce sommet, Tesla a chuté de 28 %. « Tesla est un investissement EV (electronic vehicle) qui entre dans l’âge d’or des EV et il y a une inquiétude persistante quant au fait que le Bitcoin pourrait éclipser la croissance globale de la croissance des EV pour Tesla en 2021 et au-delà », a écrit l’analyste de Wedbush Daniel Ives dans une note aux clients.

 

Le titre était de retour en hausse mercredi, enregistrant des gains de 6,2 %. Ce revirement survient grâce à l’investissement de l’entreprise Cathie Wood d’Ark Invest qui a acquis plus de 120 millions de dollars d’actions Tesla pour le fonds négocié en bourse phare, Ark Innovation, selon le site Web de la société. Toutefois, ces gains se sont vite dissipés avec une baisse de plus de 8 % jeudi.

Le déclin de Tesla a été alimenté, en partie par le hobby d’Elon Musk qui tente de faire bouger les marchés via son compte Twitter. Il avait écrit sur Twitter récemment avoir investi plus de 1,5 milliard de dollars de Bitcoin, qui selon lui avait un bel avenir. Toutefois, les prix de Bitcoin et de Tesla ont commencé à chuter cette semaine après ses commentaires du week-end dernier selon lesquels les prix du Bitcoin et de son petit rival Ether « semblent élevés ».

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

 
 
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS