Blogue

30 octobre 2020

Les entreprises technologiques dévoilent leurs résultats

Par PRATTE

 

Marchés en bref

Les marchés ont vécu un début de semaine difficile en ce lundi alors que les États-Unis ont connu leur plus haut taux de cas quotidiens de coronavirus. La baisse des marchés est survenue après le dévoilement de données compilées par l’Université Johns Hopkins qui démontre que les cas quotidiens de coronavirus aux États-Unis ont augmenté en moyenne d’un nombre record de 68 767 personnes au courant des sept derniers jours. Seulement dimanche, plus de 60 000 cas ont été signalés alors que le pays a connu plus de 83 000 nouvelles infections vendredi et samedi après des épidémies, dépassant ainsi le record précédent d’environ 77 300 cas établi en juillet.

Le Dow a dégringolé tout au long de la séance, enregistrant sa pire chute depuis septembre. L’action a perdu plus de 900 points pour finalement terminer en baisse 650 points. Le NASDAQ a clôturé en baisse de 1,64 % et le S&P 500 de 1,86 %. Le titre de Royal Caribbean a perdu plus 9,7 % et Delta a chuté de 6,1 %. Norwegian Cruise Line a clôturé en baisse de 8,5 %, United Airlines a glissé de 7 % tandis qu’American Airlines a reculé de 6,4 %.

« Cette chute, quelle qu’en soit la raison, était anticipée. C’était le consensus que nous allions avoir un recul avant les élections. Un certain nombre de stratèges l’ont suggéré. Les indicateurs techniques indiquaient que nous allions l’avoir », a déclaré à CNBC Quincy Krosby, stratège en chef du marché de Prudential Financial.

Les marchés ont ouvert en légère hausse mardi ; le Dow gagnait 19 points, le NASDAQ augmentait de 0,4 % et le S&P 500 de 0,1 %. « La COVID-19, l’absence d’un plan de relance aux États-Unis et la nervosité liée à l’élection présidentielle américaine ont un effet cumulé sur le marché », résume Quincy Krosby de Prudential.

Les titres technologiques ont terminé la séance dans le vert ; Facebook et Amazon ont tous les deux clôturé avec des gains de 2 %, permettant au NASDAQ de terminer en terrain positif. «L’idée qui soutient le NASDAQ c’est que si la croissance flanche à cause de la COVID, le marché s’appuiera sur la solidité des entreprises technologiques » note Quincy Krosby de Prudential Financial. 

Le Dow a clôturé en baisse de 222 points, le S&P perdait 10 points tandis que le NASDAQ a terminé avec un gain de 72 points. Le Dow a clôturé en baisse de 222 points, le S&P perdait 10 points tandis que le NASDAQ a terminé avec un gain de 72 points. Le fabricant américain de processeurs graphiques Advanced Micro Devices (AMD) a annoncé l’achat de son rival Xilinx, une transaction évaluée à 35 milliards de dollars. Ensemble, les deux groupes « tireront profit des opportunités émergeant des segments de croissance les plus importants du secteur, des centres de données aux jeux, en passant par les ordinateurs personnels, les communications, l’automobile, l’industrie, l’aérospatiale et la défense », souligne un communiqué. Le titre de Xilinx a clôturé la séance en hausse de 8,56 % tandis qu’AMD perdait 4,07 %.

Les marchés ont débuté la séance de mercredi en baisse. La hausse des cas de coronavirus cause une certaine inquiétude face à un nouveau ralentissement économique. Le titre de GM a bondi de 7 % après la publication de ses résultats trimestriels, meilleurs qu’anticipés. Wall Street a chuté en fin de journée mercredi, alors que les trois principaux indices ont enregistré leur plus forte baisse journalière depuis juin. Le Dow a clôturé en baisse de 3,4 %, le S&P a chuté de 3,5 % et le NASDAQ a reculé de 3,7 %.

« De nombreuses incertitudes ont ébranlé les marchés cette semaine. Tout d’abord, le retour d’un confinement en Europe et une hausse des cas records aux États-Unis. Puis, les élections américaines qui sont dans moins d’une semaine. Enfin, le stimulus budgétaire discuté majoritairement au courant du mois d’octobre, qui avait donné du vent dans les voiles aux indices, ne sera finalement pas approuvé avant les élections. Ces craintes s’ajoutent à un climat économique difficile dû à la pandémie faisant ainsi augmenter la volatilité sur les marchés. Ceci explique donc cette soudaine chute des marchés. Toutefois, nous sommes d’avis qu’une stabilisation des marchés sera probablement au rendez-vous après les élections » explique notre gestionnaire de portefeuilles Philippe Pratte.

Le Dow a connu sa pire séance depuis juin, perdant plus de 900 points et terminant en baisse pour une quatrième séance consécutive.

Wall Street a ouvert sans direction jeudi. Toutefois, le S&P 500 et le NASDAQ sont parvenus à ouvrir en légère hausse grâce à des gains des titres technologiques et des données économiques meilleures que prévu aux États-Unis. Facebook gagnait 3,5 %, Alphabet augmentait de 0,7 % tandis qu’Amazon et Apple avançaient de 1 %. Les marchés ont finalement clôturé en hausse, attribuable à cette montée des titres technologiques.

Les marchés ont ouvert en baisse vendredi ; le Dow reculait de 5,9 %, le S&P 500 de 4,5 % et le NASDAQ en baisse de 0,8 %.

Microsoft

L’entreprise a déposé ses résultats trimestriels mardi, surpassant les attentes en ce qui a trait à ses revenus et à ses ventes. En effet, ses trois segments de base ont fortement augmenté face à la demande de services cloud et de jeux vidéo durant la pandémie COVID-19. Microsoft a publié mardi un bénéfice fiscal du premier trimestre de 13,9 milliards de dollars, soit 1,82 dollar par action, contre 1,38 dollar par action il y a un an. Les revenus ont atteint 37,2 milliards de dollars, contre 33,06 milliards de dollars il y a un an. Selon FactSet, les analystes s’attendaient à un bénéfice moyen de 1,54 $ par action sur un chiffre d’affaires de 35,76 milliards de dollars.

L’entreprise a également annoncé une croissance rapide d’Azure qui a augmenté de 48 %, contre 47 % au trimestre précédent alors que les analystes s’attendaient à une croissance d’environ 44 %. La division Xbox a également augmenté ses revenus de 30 %. La nouvelle console est attendue le 10 novembre.

« Les entreprises sont en train de réaliser une transition de la gestion du télétravail à cause de la COVID-19 au renouvellement de leurs plans de transformation numérique, avec une attention donnée au travail hybride » des employés, a commenté Patrick Moorhead, de Moor Insights and Strategy. « Et Microsoft profite de ce phénomène ».

« La demande pour notre offre de “cloud” a démarré en force pour le début de l’année fiscale : notre cloud commercial a généré 15,2 milliards de revenus, en hausse de 31 % sur un an », a déclaré Amy Hood, la directrice financière de la société de Redmond, citée dans le communiqué. Le titre de Microsoft a accumulé des gains de 35 % depuis le début de l’année alors que son titre a clôturé la séance de mercredi en baisse de 5 %.

Pinterest

Le titre de Pinterest a connu une bonne semaine après avoir déposé des résultats trimestriels meilleurs que prévu. Son titre gagnait plus de 38 % jeudi à l’ouverture des marchés, propulsant les autres titres technologiques dans sa lancée. L’entreprise a ajouté plus de 26 millions d’utilisateurs quotidiens actifs lors du dernier trimestre. En juillet dernier, la campagne #StopHateForProfit a encouragé les marques à suspendre leur publicité au courant du mois afin de protester contre la gestion controversée de Facebook quant à la haine et la désinformation sur sa plateforme. Ceci a permis à Pinterest d’augmenter ses revenus publicitaires.

Pinterest a enregistré un chiffre d’affaires total de 443 millions de dollars au troisième trimestre, soit une augmentation de 58 % d’une année sur l’autre. La société prévoit que son chiffre d’affaires du quatrième trimestre augmentera de 60 % comparativement à l’an passé. En effet, les utilisateurs de la plateforme sont de plus en plus actifs, surtout en ce qui concerne la recherche d’inspiration pour leurs rénovations et la création d’espace de travail à la maison. Pinterest a également bénéficié de la sortie du fameux iOS 14 alors qu’environ 4 millions de personnes utilisaient Pinterest « comme source d’inspiration pour des filtres d’arrière-plan personnalisés ».

L’action a enregistré des gains de 136 % depuis le début de l’année et plus de 106 % dans les trois derniers mois.  

Apple

Les ventes de la compagnie ont baissé de 20 % par rapport à la même période l’an dernier. Les revenus des Mac et des iPad ont tous deux dépassé les attentes des analystes, dû au télétravail pendant la pandémie. Dans l’ensemble, les revenus Mac ont augmenté de 28 % d’une année sur l’autre et les revenus iPad ont augmenté de 46 % par rapport au même trimestre de l’année dernière. Son chiffre d’affaires global a enregistré des gains de 1 % tandis que son bénéfice net a reculé de 7,4 % en un an.

« Malgré les impacts toujours en cours de la COVID-19, Apple est en plein milieu de la période de lancement de produits la plus prolifique de son histoire », a réagi le patron du groupe, Tim Cook, dans un communiqué. « Les premières réactions à nos tout nouveaux produits, au premier rang desquels notre gamme d’iPhone pouvant utiliser les réseaux 5G, sont incroyablement positives », a-t-il ajouté.

À la suite de l’annonce, le titre reculait de 4 % lors des échanges après séance et a ouvert en baisse de 3,5 %.

Alphabet

La compagnie a dévoilé des résultats trimestriels au-dessus des attentes faisant bondir son titre de 6 % après la fermeture des marchés. Alphabet a enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 14 % comparativement à l’an dernier tandis que son bénéfice net par action est ressorti à 16,40 dollars au lieu des 11 dollars estimés par les analystes.

« Nous nous attendions à une reprise des recettes publicitaires sur tous les segments, et elles ont dépassé nos estimations », a commenté l’analyste Nicole Perrin du cabinet eMarketer. « C’est particulièrement vrai de YouTube, dont les revenus publicitaires ont progressé de 32 % sur un an. Cela augure du retour des marques et montre que le désir des annonceurs pour la vidéo ne faiblit pas. On observe aussi des augmentations notables dans les dépenses en pubs politiques pendant le trimestre écoulé ». Son titre gagnait 7 % à l’ouverture des marchés vendredi.

Amazon

L’entreprise a triplé son bénéfice net à 6,3 milliards lors du troisième trimestre alors que son chiffre d’affaires a bondi de 37 %. Les ventes en ligne de ses articles ont augmenté de 38 % tandis que la vente d’articles d’entreprises tiers utilisant sa plateforme a augmenté de 55 %. La compagnie a ajouté plus de 400 000 emplois depuis le début de l’année et son PDG Jeff Bezos a pris l’opportunité de rappeler aux entreprises américaines d’augmenter leur salaire minimum.

« Nous voyons plus de clients qu’habituellement qui font leurs achats de Noël beaucoup plus tôt, ce qui n’est que l’un des signes que ce sera une saison des fêtes sans précédent », a déclaré le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, dans un communiqué.

Son titre a accumulé des gains de 74 % depuis le début de l’année et a ouvert la séance de vendredi en baisse de 2,2 %.

Facebook

L’entreprise a dévoilé lors de ses résultats trimestriels une baisse d’utilisateurs aux États-Unis et au Canada, qui a chuté à 196 millions d’utilisateurs actifs quotidiens contre 198 millions lors du dernier trimestre. Facebook a enregistré des gains de 21,47 milliards, dont la majorité provient de ses revenus publicitaires et a dévoilé 7,85 milliards de bénéfice net. Le boycottage publicitaire de la campagne StopHateForProfit n’a pas semblé avoir d’impact sur les activités publicitaires de l’entreprise, avec des revenus publicitaires en hausse de 22 % par rapport à il y a un an.

« En outre, nous nous attendons à des vents contraires de ciblage et de mesure plus importants en 2021 », a déclaré la société dans son rapport sur les résultats. « Cela inclut les vents contraires liés aux changements de plate-forme, notamment sur Apple iOS 14, ainsi que ceux liés à l’évolution du paysage réglementaire. »

 

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

 
 

 

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS