Blogue

23 octobre 2020

Le titre de Snapchat explose

Par PRATTE

Marchés en bref

Les trois principaux indices ont débuté la semaine dans le vert alors que les investisseurs demeuraient optimistes quant à un possible accord budgétaire. Le Dow a ouvert en hausse de 100 points, le NASDAQ de 0,5 % et le S&P 500 de 0,4 %. Nancy Pelosi a déclaré au courant du week-end qu’elle accordait 48 heures à l’administration Trump afin de parvenir à un accord d’aide, et ce, avant les élections du 3 novembre. Les discussions se sont poursuivies samedi entre Mme Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Wall Street a chuté dans le rouge quelques heures après l’ouverture, les indices ont ainsi clôturé la séance à leur plus bas depuis deux semaines. Le Dow reculait de 1,44 % à 28 195,42 points, le NASDAQ perdait 1,65 % à 11 478,88 points et le S&P 500 cédait 1,63 % à 3426,92 points tandis que les onze secteurs le composant ont également terminé la journée dans le rouge.

 

 

 

 

 

 

Les trois principaux indices américains ont débuté la séance de mardi dans le vert, soutenu par un vent d’optimisme face au possible accord sur le plan de relance budgétaire aux États-Unis. Wall Street a également été encouragé par l’annonce du PDG de Moderna dévoilant que s’ils obtenaient des résultats positifs lors de leur prochain test en novembre, la société serait en mesure d’offrir un vaccin contre le coronavirus et de le rendre disponible en décembre. Toutefois, celui-ci serait strictement réservé en cas d’urgences.   

Les marchés ont clôturé la séance de mardi en légère hausse, alors que les investisseurs continuaient d’attendre la confirmation d’un accord sur le plan de relance budgétaire. « Depuis quatre ou cinq séances, le marché est en phase de consolidation en attendant davantage de clarté », note Peter Hanks de DailyFX. « L’espoir autour d’un plan de relance semble être le principal facteur pour le marché », poursuit l’expert.

Le gouvernement américain a annoncé qu’il poursuivrait Google après que la compagnie ait fait preuve d’un abus de position dominante. Toutefois, cette annonce n’a pas affecté le titre de la compagnie. Alphabet (maison mère de Google et YouTube) a clôturé en hausse de 1,37 %. Les titres provenant du secteur technologique n’ont également pas été ébranlés par la nouvelle alors que Facebook a terminé avec des gains de 2,36 % et Apple de 1,32 %. « Tant qu’il n’y aura pas d’amende d’un montant considérable (aux États-Unis, NDLR) contre les entreprises de la “Big Tech”, un changement concret dans la façon dont elles agissent ou un démantèlement, ces firmes pourront résister à ce genre d’annonces », juge M. Hanks.  

L’action d’IBM a connu une séance difficile après avoir publié des résultats trimestriels décevants, dévoilant par le fait même des revenus à la baisse, et ce, pour un troisième trimestre consécutif. Son titre a terminé la séance de mardi en chute de 6 %.

Wall Street a ouvert sans direction mercredi ; le Dow perdait 0,18 %, le S&P débutait la journée légèrement dans le vert et le NASDAQ avançait de 0,10 %. Les marchés « sont fatigués des pourparlers sur le “stimulus”, ou plutôt fatigués de toutes les fausses alarmes sur un accord possible bientôt », a affirmé pour sa part Patrick O’Hare.

 Cette mauvaise performance s’est poursuivie tout au long de la séance, les trois principaux indices ont d’ailleurs terminé dans le rouge. Le titre de Snapchat a clôturé avec des gains de 28 % après des résultats trimestriels impressionnants, permettant ainsi à plusieurs titres du secteur des médias sociaux de profiter de ce rebond surprenant. Les actions de Facebook (4,2 %), Twitter (8,4 %) et Pinterest (9 %) ont tous connu une bonne séance mercredi.

Wall Street a ouvert en légère hausse jeudi alors que les investisseurs digéraient les derniers chiffres sur l’emploi aux États-Unis. Plusieurs entreprises ont déposé de solides résultats trimestriels avant l’ouverture, permettant aux indices d’enregistrer quelques gains.

Tesla a annoncé son cinquième trimestre consécutif de gains. La société a également déclaré qu’elle prévoyait commencer la livraison de voitures provenant des nouvelles usines de Brandebourg, en Allemagne et à Austin, au Texas en 2021. Le titre de Tesla a ouvert en hausse de 3,8 %. Coca-Cola a, pour sa part, enregistré un bénéfice meilleur qu’anticipé lors du dernier trimestre, permettant à son titre de débuter la séance de jeudi en hausse de 1 %.

Les trois principaux indices ont terminé la séance de jeudi légèrement dans le vert ; le Dow gagnait 0,55 %, le NASDAQ avançait de 0,19 % et le S&P 500 de 0,52 %. Les titres des grandes banques américaines étaient en tête des gains accumulés durant la séance, soutenue par les rendements du Trésor américain à 10 ans et 30 ans qui ont atteint leur plus haut niveau depuis les quatres derniers mois. JPMorgan Chase et Morgan Stanley ont bondi de 3,5 % et 2,8 % tandis que Citigroup augmentait de 2,2 %.

Pelosi a déclaré jeudi que les discussions entourant l’accord d’un plan d’aide afin de contrer le coronavirus était « à peu près là ». Elle a également déclaré : « Si nous ne faisions pas de progrès, je ne passerais pas cinq secondes dans ces conversations. … Ce n’est rien d’autre que je pense une tentative sérieuse. Je pense que les deux parties veulent parvenir à un accord. »

Wall Street a ouvert en légère hausse vendredi alors que le titre d’Intel (-10 %) a bien malgré lui limiter les gains du Dow en début de séance. Les marchés continuaient de surveiller les résultats trimestriels publiés, qui sont pour la plupart meilleurs qu’anticipés. Sur les 135 entreprises composant l’indice S&P 500 qui ont publié des résultats jusqu’à présent, 84 % ont dépassé les estimations.

Netflix

La saison des résultats trimestriels s’est poursuivie cette semaine en commençant par Netflix qui a annoncé des chiffres assez décevants. La plateforme numérique a dévoilé avoir obtenu seulement 2,2 millions nouveaux abonnés comparativement à 6,8 millions lors du même trimestre en 2019. Ce chiffre est également en dessous du 3,2 millions estimé par les analystes. Il s’agit des gains les moins importants pour la compagnie pour un troisième trimestre depuis 2015, soit à l’époque où la société n’était pas encore active dans la plupart des pays du monde.

« La pandémie et ses conséquences continuent de rendre toutes les projections très incertaines, mais si le monde se remet en 2021 comme nous l’espérons, nous tablons sur une croissance d’un niveau comparable à ceux d’avant la COVID-19. La rétention reste solide et l’engagement par membre du foyer était en hausse sur un an », selon les dirigeants de la plateforme. « Avec 8,4 milliards de dollars de liquidités à notre bilan à la fin du trimestre plus notre facilité de crédit de 750 millions de dollars (qui n’est pas utilisée), notre besoin de financement externe diminue », ont-ils ajouté.

En effet, la plateforme aura beaucoup moins de dépenses cette année puisque la production de films et de séries a diminué depuis le début de la pandémie. Ce ralentissement signifie que Netflix n’aura pas à emprunter de l’argent pour financer la production de contenu, disposant désormais de suffisamment de liquidités pour financer ses opérations. Ainsi, la société se rapproche de plus en plus de l’autofinancement, ce qui devrait plaire aux investisseurs.

Avant la fermeture des marchés mardi, le titre avait accumulé plus de 62 % depuis le début de l’année. Toutefois, l’action reculait de 6 % après l’annonce de ses résultats trimestriels et a ouvert en baisse de 5,7 % mercredi. Son titre a finalement clôturé la séance de mercredi en baisse de 7 %.

 

 

 

 

 

Snapchat

L’entreprise a dévoilé des résultats trimestriels surprenants mardi soir, faisant bondir son titre de 20 % dans les échanges après séance. Snapchat a vu ses revenus augmentés de 52 % à 679 millions de dollars alors que les analystes s’attendaient à des revenus de 557 millions de dollars. Ces gains ont été possibles grâce à l’augmentation des dépenses des annonceurs ainsi qu’à l’utilisation accrue par les consommateurs de leur téléphone pour la messagerie et le divertissement pendant la pandémie. De plus, plusieurs utilisateurs américains ont délaissé au courant des derniers mois les applications Facebook et Tik-Tok, reconnues comme étant moins sécuritaires.

En juillet, la campagne #StopHateForProfit a encouragé les marques à suspendre leur publicité au courant du mois afin de protester contre la gestion controversée de Facebook quant à la haine et la désinformation sur sa plateforme. Le directeur commercial Jeremi Gorman a déclaré que Snap « a vu de nombreuses marques chercher à aligner leurs efforts de marketing sur des plateformes qui partagent leurs valeurs d’entreprise. Cela nous a donné l’occasion de dialoguer avec les annonceurs et les agences en temps réel pour nous assurer que nos partenaires existants ainsi que les nouveaux prospects comprennent notre offre par rapport à nos valeurs ».

Snapchat a annoncé qu’elle comptait désormais plus de 249 millions d’utilisateurs actifs quotidiennement lors du troisième trimestre, soit une augmentation de 18 % par rapport à la même période un an plus tôt. Le titre est en hausse de 74 % depuis le début de l’année et a clôturé la séance de mercredi en hausse de 28,3 %.

Chine

Alors que la majorité des économies ont durement été affectées par la pandémie, celle de la Chine a explosé en 2020. Selon les chiffres publiés lundi par le Bureau national des statistiques (BNS), le PIB du pays a bondi de 4,9 % au troisième trimestre comparativement à la même période il y a un an. Malgré que les analystes s’attendaient à un gain de 5,5 %, plusieurs secteurs ont enregistré des gains importants, tels que les ventes au détail et la production industrielle. Les gains de ces secteurs ont grandement rassuré les marchés sur le fait que la reprise est intacte. « C’est un message encourageant et plein d’espoir pour le reste du monde », a déclaré Rob Subbaraman, responsable mondial de la recherche macroéconomique chez Nomura Holdings Inc. à Singapour. « Si vous réussissez à gérer la crise sanitaire, votre économie peut se redresser. »

 

 

Si « les deux premiers mois de l’épidémie ont anéanti d’énormes quantités de richesse […] la nouvelle économie, portée par le numérique, a atteint depuis juin des niveaux inédits », relève le classement annuel du cabinet Hurun. La Chine a tranquillement réussit à contrôler la propagation du coronavirus alors qu’elle enregistre de moins en moins de cas quotidiennement. La Chine a pour objectif de rapidement remettre en place son économie et les dirigeants ont également des ambitions au niveau de l’économie mondiale

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

 
 

 

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS