Blogue

18 juin 2020

Une semaine plutôt volatile

Par PRATTE

Chers lecteurs,

Veuillez prendre note que le blogue prendra relâche durant la période estivale. Nous serons de retour en septembre. Nous profitons de l’occasion pour vous souhaiter un bel été et pour vous remercier de votre fidélité.

Contexte

Les trois principaux indices ont terminé en baisse la semaine dernière à cause, entre autres, de la crainte d’une deuxième vague d’infection du coronavirus aux États-Unis. La prise de profit par les investisseurs après le rallye des dernières semaines est une autre raison à ce recul. Ainsi, la semaine dernière, le Dow a perdu 5,5 %, le S&P 500 4,7 % et le NASDAQ de 2,3 %.

Cette semaine, Wall Street a ouvert en baisse lundi, les investisseurs étant prudents à la suite des commentaires émis par la Fed la semaine dernière. Toutefois, les trois principaux indices ont finalement terminé la séance en hausse à l’annonce de la Réserve fédérale (Fed) indiquant qu’elle achèterait la dette obligataire d’entreprise. « Que la Fed dise qu’elle va acheter un portefeuille large et diversifié de titres indique qu’elle compte toucher tous les domaines » de l’économie, explique Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services. « Cela ne va pas consister à racheter seulement la dette qui a les meilleures notations. Acheter des obligations individuellement va permettre à la Fed de canaliser beaucoup mieux son pouvoir et sa force de frappe. Des pans de l’économie autrement délaissés vont être privilégiés », note M. Volokhine.

Le Dow a terminé avec des gains de 0,62 %, le NASDAQ a gagné 1,43 % et le S&P 500 a avancé de 0,83 %. Les titres du secteur de la technologie ont fait bonne figure ; Facebook, Amazon, Netflix et Apple étaient tous en hausse de 1 %.

 

 

 

Pour sa part, Walmart (+0,29 %) a annoncé un partenariat avec la plateforme de vente en ligne Shopify (8,47 %). Cette entente a pour but d’augmenter et d’améliorer sa présence en ligne afin de mieux rivaliser avec le géant Amazon.

Mardi, le surprenant rebond des ventes au détail aux États-Unis a donné du tonus aux trois principaux indices avant l’ouverture des marchés. Selon les données publiées par le Département du Commerce, les ventes de détail ont augmenté de 17,7 % alors que les analystes avaient prévu une hausse de 8 %. Les ventes de vêtements et d’accessoires ont enregistré la plus forte hausse à 188 %. Les ventes d’accessoires de sports, de loisirs, de livres et d’instruments de musiques ont enregistré, pour leur part, une hausse de 88,2 %.

« Alors que de nombreux États ont continué d’assouplir les restrictions sur la mobilité des résidents et les activités commerciales non essentielles, diverses estimations à haute fréquence des données sur les dépenses de consommation ont indiqué une augmentation solide dans les principales catégories discrétionnaires en mai après des baisses historiques en avril », a déclaré l’économiste de Nomura Lewis Alexander dans une note datant du 12 juin.  

À la suite de cette annonce, le Dow a bondi, accumulant des gains de 835 points à l’ouverture tandis que le S&P 500 gagnait 2,8 % et le NASDAQ avançait de 2,3 %. Les titres qui devraient grandement profiter de la réouverture de l’économie ont continué de bien performer. United, Delta et American Airlines ont bondi de 6,5 % à l’ouverture tandis que Norwegian Cruise Line, Carnival et Royal Caribbean gagnaient plus de 7 %.

Cet élan s’est poursuivi tout au long de la séance permettant ainsi aux trois principaux indices de terminer la séance en hausse. Le Dow a clôturé avec des gains de 2,04 %, le NASDAQ grimpait de 1,75 % et le S&P 500 avançait de 1,90 %. Un article de Bloomberg dévoilant que le président Trump envisage de mettre en place un plan de soutien aux infrastructures américaines de 1 000 milliards de dollars a semé l’enthousiasme chez les investisseurs.

Wall Street a ouvert la séance de mercredi en hausse, alors que les investisseurs semblent vouloir se concentrer sur les bonnes nouvelles plutôt que sur les mauvaises. Le Dow gagnait 47 points, le S&P 500 augmentait de 0,3 % et le NASDAQ avançait de 0,5 %. Amazon et Netflix ont tous les deux ouvert avec des gains de 1 % alors qu’Apple grimpait de 0,6 %.

Les marchés ont finalement clôturé la séance de mercredi sans direction dans un marché très volatil. Wall Street évolue à « un niveau élevé de volatilité, où la moindre information est perçue comme une opportunité d’évoluer rapidement dans un sens ou dans l’autre », décrit JJ Kinahan, responsable de la stratégie marchés chez TD Ameritrade. Le Dow a terminé en baisse de 0,65 % après trois séances positives, le NASDAQ gagnait 0,15 % et le S&P 500 a clôturé en baisse de 0,36 %.

Norwegian Cruise Line (-8,40 %) a annoncé mercredi la suspension de la plupart de ses voyages jusqu’à la fin septembre. Cette déclaration a fait chuter son titre. Royal Caribbean (-7,15 %) et Carnival (-6,51 %) ont également terminé la séance en baisse.

Les trois principaux indices déclinaient à l’ouverture jeudi. Les investisseurs sont toujours craintifs devant la résurgence des cas de coronavirus aux États-Unis ainsi que la hausse du taux de chômage aux États-Unis. Le Dow a ouvert en baisse de 250 points, le S&P 500 reculait de 0,6 % et le NASDAQ perdait 0,1 %. « Nous restons (…) prudents face à une deuxième vague de virus aux États-Unis et à une nouvelle augmentation des cas de Covid-19 en Amérique latine, ce qui pourrait venir anéantir les espoirs suscités par l’assouplissement des mesures de confinement en Europe et en Asie », explique ainsi l’équipe de recherche et de stratégie de SPDR. Plusieurs titres ont ouvert en baisse ; Delta reculait de 1,9 %, United Airlines de 2,8 % et American Airlines de 3 %.

Le Département américain du Travail a annoncé en matinée avoir dénombré 1 508 000 nouveaux inscrits aux allocations de chômage la semaine dernière, comparativement à 1 566 000 la semaine précédente. « Alors que les demandes initiales ont diminué pour la 11e semaine consécutive après le pic de fin mars, nous avons observé la semaine dernière un rythme de déclin plus lent en pourcentage depuis le début avril, donc nous verrons si c’est là que cela se règle pour le moment », a déclaré Peter Boockvar, directeur des investissements chez Bleakley Advisory Group.

Les trois principaux indices devraient cependant clôturer la semaine en hausse. Le Dow et le S&P 500 ont accumulé des gains de 2 % depuis le début de la semaine alors que le NASDAQ a enregistré une hausse de 3,3 %.

Pétrole

Le pétrole a terminé la séance de lundi en hausse, grandement soutenue par le rebond de Wall Street. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé avec des gains de 39,72 dollars à Londres. Le baril américain de WTI pour le mois de juillet a, quant à lui, progressé de 2,4 %.

« Le marché pétrolier se demande à quelle vitesse la demande va repartir avec la réouverture de l’économie mondiale et la poursuite de l’accord sur la réduction de l’OPEP+ », indique Andy Lipow de Lipow Oil Associates. « Les investisseurs essayent d’évaluer si ces nouvelles plutôt positives vont l’emporter sur les inquiétudes liées à une deuxième vague de coronavirus, qui contraindrait la demande à prendre du recul », ajoute M. Lipow.  

Le ministre émirati de l’Énergie, Souheil al-Mazrouei, a dévoilé lundi que les bas prix du gaz et du pétrole pourraient provoquer un choc pétrolier.

« Ce contexte de prix bas du gaz et du pétrole, je ne crois pas que cela puisse durer », a dit le ministre lors d’un entretien par visioconférence, dans le cadre d’un évènement tenu par l’association US-UAE Business Council. « Si les prix du pétrole continuent à être aussi bas sur une longue période, certains producteurs ayant d’importants coûts pourraient se retirer du marché et créer ainsi un écart entre la production et la demande, au risque de susciter un bond des cours. Nous avons besoin que quelqu’un comble cet écart ou bien nous aurons un choc sur les prix », et c’est « la dernière chose que nous souhaitons. Nous avons besoin de stabilité et d’avoir des prix raisonnables et justes ». M. Mazrouei, qui estime observer de « très bons signes » relatifs à la reprise de la demande venant d’Inde et de Chine — deux des plus grands consommateurs de pétrole au monde — a affirmé que « les choses reviendront à la normale d’ici un ou deux ans […] sauf si nous avons une deuxième vague de COVID-19 ».

Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse mardi, soutenus par l’annonce de la Fed indiquant le début de son programme d’achat d’obligations d’entreprises. Mais « l’influence de la Fed pourrait s’avérer de courte durée sur les marchés du pétrole, car son intervention ne bénéficiera pas nécessairement et immédiatement à la demande mondiale » en or noir, a nuancé Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote Bank. Les pétrolières Occidental (+6,51 %), Exxon Mobil (+2,25 %) et Chevron (+3,07 %) ont tous terminé la séance de mardi dans le vert, profitant de la hausse du prix du pétrole.

 

 

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

 
 
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS