Blogue

18 octobre 2019

Le début de la saison des résultats trimestriels

Par PRATTE

26 janv Fr

Le début de la saison des résultats trimestriels

Les négociations commerciales ont largement dominé les marchés dans les derniers mois. Toutefois, cette semaine les investisseurs se sont plutôt concentrés sur le début des dépôts des résultats trimestriels. Les résultats étaient très attendus par les analystes. Les grandes banques américaines ont parti le bal avec des performances surpassant les anticipations. Voici donc ce qui s’est passé sur les marchés cette semaine.

Marchés en bref

Ce fut un début de semaine difficile pour les marchés alors que ces derniers ont clôturé la séance en baisse lundi. Les investisseurs demeuraient prudents face aux discussions commerciales entre la Chine et les États-Unis, et ce, malgré un regain d’optimisme la semaine dernière. « Si on avait de vrais doutes, les marchés seraient beaucoup moins bien orientés. Ils continuent quand même à vivre de l’espoir d’un accord », observe Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services. Plusieurs titres reculaient lundi ; Boeing cédait 0,46 % et General Motors perdait 0,20 %. Après que Visa, Mastercard, eBay et Stripe ait annoncé vendredi qu’ils se retiraient de Libra, le titre de Facebook a chuté de 0,49%.

Retour à la hausse mardi pour Wall Street fortement influencé par les résultats trimestriels de certaines entreprises. Le Dow augmentait de 117,91 points, le NASDAQ grimpait de 37 points et le S&P 500 avançait de 12,99 points. « C’est une matinée chargée et, pour une fois, elle n’est pas dominée par l’actualité autour des négociations commerciales, mais par celle autour des résultats d’entreprises », observe Patrick O’Hare, de Briefing. Les trois principaux indices américains ont terminé la journée de mardi en hausse, soutenue par les résultats trimestriels de certaines entreprises. Les actions de J.P. Morgan (+3,01 %), Goldman Sachs (+0,31 %), Citigroup (+1,40 %) et Wells Fargo (+1,70 %) progressaient après la publication de leurs bulletins de santé trimestriels.

La Bourse américaine a ouvert en baisse mercredi, les investisseurs semblaient déçus de la chute inattendue des ventes au détail aux États-Unis après six mois à la hausse. « Ces chiffres confirment notre conviction que la croissance économique ralentit et pourrait tomber à 1 % en rythme annuel au quatrième trimestre, forçant la Fed à baisser à nouveau les taux d’intérêt d’un quart de point de pourcentage en décembre », affirme Michael Pearce de Capital Economics. Cette mauvaise performance s’est poursuivie tout au long de la séance alors que Wall Street a terminé en légère baisse. Le Dow reculait de 0,08 %, le NASDAQ cédait 0,30 % et le S&P 500 perdait 0,20 %.

Wall Street a ouvert en hausse jeudi, porté par l’annonce d’un accord sur le Brexit et les derniers résultats trimestriels. Le titre de Netflix poursuivait sa bonne performance avec des gains de 6 % à l’ouverture tandis que le titre de Morgan Stanley avançait de 3 %. Cependant, l’adoption du dernier texte sur le Brexit demeure incertaine. « L’approbation par le Parlement britannique est toutefois loin d’être acquise, car le (parti unioniste nord-irlandais) DUP a déjà exprimé son désaccord avec la proposition de compromis, tout comme le parti travailliste », remarque Patrick O’Hare de Briefing.

Les marchés américains ont ouvert en légère baisse vendredi. Le Dow reculait de 46 points tandis que le S&P 500 et le NASDAQ reculaient tous les deux de 0,1%.

La Bourse de Toronto était fermée lundi à l’occasion de l’Action de grâce. Le TSX a terminé la journée de mardi en légère hausse de 3,23 points, et ce, malgré une baisse des secteurs des matériaux et de l’énergie. Le secteur de la santé a clôturé la séance avec des gains de 3,2 %, aidé par le titre d’Aphria qui grimpait de 15,5 % après avoir publié des résultats trimestriels surpassant les attentes. Le titre de CannTrust a bondi de 51,7 % après que l’entreprise ait annoncé qu’elle allait procéder à la destruction de 77 millions de plantes et de produits de cannabis, dans l’espoir de se conformer à la réglementation de Santé Canada. Le TSX a ouvert en légère hausse mercredi, prenant 21 points en début de journée. Cette performance s’est poursuivie tout au long de la séance alors que le TSX a terminé en hausse pour une deuxième journée consécutive grâce en partie aux gains d’Aritzia. Le détaillant de vêtement a déposé de solides résultats trimestriels, faisant bondir son titre de 16 %. Session stable pour l’indice torontois jeudi, terminant la journée en baisse de 0,88 point. Le secteur de la santé a bondi de 3,74% à la fermeture jeudi tandis que le secteur des matériaux a avancé de 1,19%. Le TSX a ouvert en hausse vendredi, soutenu par des gains dans les titres provenant du secteur de l’énergie.

 Banques américaines

Les grandes banques américaines ont dévoilé cette semaine leurs résultats trimestriels dans un troisième trimestre marqué par des taux d’intérêt à la baisse. La Goldman Sachs a déposé des résultats mitigés alors que son bénéfice net a augmenté de 17,8 %. Son chiffre d’affaires trimestriel a, pour sa part, diminué de 5,6 %. Le titre reculait de 2,18 % à l’ouverture des marchés mardi.

La banque J.P Morgan a, quant à elle, annoncé des résultats meilleurs supérieurs aux attentes. Son résultat net a augmenté de 8,35 %, à 9,08 milliards de dollars alors que son chiffre d’affaires a progressé de 7,3 %, à 29,3 milliards de dollars, supérieurs aux 28,49 milliards anticipés. « Aux États-Unis, le produit intérieur brut a ralenti légèrement. Si la consommation reste en forme du fait d’une hausse des salaires et des dépenses à laquelle il faut ajouter un taux de chômage bas, la confiance des milieux d’affaires et les investissements ont diminués face aux risques géopolitiques, dont les tensions commerciales », a averti Jamie Dimon, également patron des patrons américains, cité dans le communiqué.

La Bank of America a annoncé mercredi une baisse de 21,3 % de son bénéfice au dernier trimestre. Cette chute est due à une dépréciation d’actifs et un litige dans l’immobilier, le tout causant une charge de 2,1 milliards de dollars. Toutefois, la banque a déposé de bons résultats trimestriels. En effet, son activité en termes d’actifs a augmenté et son chiffre d’affaires est en hausse de 0,36 %. Son titre a terminé la séance de mercredi en hausse de 1,3 %.

La Citigroup a dévoilé des résultats trimestriels qui dépassaient les attentes, annonçant ainsi une augmentation de 6,3 % de son bénéfice net. Wells Fargo a vu ses bénéfices reculés, affaiblie par les frais juridiques liés à de nombreux scandales autour de pratiques commerciales douteuses et par la baisse des taux d’intérêt.

Finalement, Morgan Stanley, la dernière des six grandes banques américaines a publié son bilan en annonçant des résultats meilleurs que prévu. La banque a enregistré un bénéfice net de 2,17 milliards de dollars, en hausse de 2,9 % sur un an, tandis que son chiffre d’affaires a, pour sa part, augmenté de 1,62 % à 10,03 milliards de dollars, nettement au-dessus des 9,6 milliards anticipés. La performance a été saluée par Wall Street, faisant grimper son action de plus de 4 % jeudi dans les échanges pré-séance.

Les investisseurs se sont tout de même réjouis de cette bonne performance des grandes banques américaines, alors que ces derniers anticipaient le pire en raison d’une multitude de facteurs négatifs pour le secteur bancaire, à commencer par les faibles taux d’intérêt. En effet, la baisse des taux par la Réserve Fédérale américaine permet aux consommateurs d’emprunter de l’argent à petit prix. Les incertitudes géopolitiques et les tensions commerciales ont refroidi les milieux d’affaires et fait diminuer les investissements.

Netflix

La société a déposé de bons résultats trimestriels réussissant à ajouter 520 000 abonnés, beaucoup mieux qu’au deuxième trimestre où la plateforme de streaming avait enregistré une perte de 130 000 abonnés. Son chiffre d’affaires a atteint les 5,24 milliards de dollars, alors que les analystes avaient tablé sur des revenus de 5,25 milliards. Ses chiffres ont été salués par les investisseurs à Wall Street à quelques semaines seulement de la mise en ligne des plateformes d’Apple TV+ et de Disney +. Toutefois, la compagnie projette entamer un quatrième trimestre plus difficile et se montrer plus prudente face à l’arrivée de nouveaux concurrents. Malgré cela, Netflix n’évoque que des « vents contraires modestes à court terme ». « Sur le long terme, nous pensons que nous allons continuer à bien grandir, grâce à la force de notre service et aux opportunités qu’offre cet immense marché », assure le groupe dans un communiqué.

« Beaucoup se concentrent sur les « guerres de la diffusion en continu, mais nous sommes en compétition avec ces plateformes (Amazon, YouTube, Hulu) ainsi que la télévision linéaire depuis plus de dix ans », a déclaré la société. « L’arrivée prochaine de services tels que Disney +, Apple TV +, HBO Max et Peacock est une concurrence accrue, mais nous sommes tous petits par rapport à la télévision linéaire. Alors que les nouveaux concurrents possèdent de très bons titres (en particulier des titres de catalogue), aucun n’a la variété, la diversité et la qualité de la nouvelle programmation originale que nous produisons dans le monde entier » a déclaré la compagnie. À la suite de cette nouvelle, le titre a bondi de 10 %, permettant au titre de rattraper ses pertes du deuxième trimestre, l’action avait perdu plus de 21,8 % dans les derniers trois mois.

Coca-Cola

La compagnie a publié vendredi de solides résultats trimestriels. Coke a déclaré un bénéfice net au troisième trimestre de 2,6 milliards de dollars, contre 1,8 milliard de dollars, un an plus tôt. Les ventes nettes ont également augmenté de 8%.Les recettes organiques ont augmenté de 5%, grâce à la hausse des prix, les clients achetant des boissons plus cher. La société s’attend désormais à une croissance de ses ventes de 5%, malgré les tensions commerciales affectant la croissance mondiale et l’appréciation du dollar.. Dans la société américaine actuelle, les consommateurs sont moins enclins à boire des sodas. Donc, Coca-Cola s’intéresse depuis peu aux boissons moins sucrées dans des emballages plus petits. Une stratégie qui a porté fruit, alors que les ventes de ses mini canettes de soda de 7,5 onces ont augmenté de 15%.

« Notre performance nous conforte dans l’idée que notre stratégie prend auprès des consommateurs », s’est félicité le PDG, James Quincey, cité dans le communiqué. Le titre de la compagnie était en hausse de 2,9% en début de séance vendredi, alors que son titre a progressé de 14% cette année.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS