Blogue

27 septembre 2019

La possible destitution du président perturbe les marchés

Par PRATTE

 

Blogue 27 sept FR

 

La possible mise en place d’une démarche de destitution du président a ébranlé les marchés financiers cette semaine. Le titre de BlackBerry a baissé drastiquement mardi après avoir déposé des résultats trimestriels à la baisse. L’action de Netflix a également chuté cette semaine après qu’un analyste ait réduit de 32 % son objectif de prix dévoilant, par le fait même, ses préoccupations quant à sa profitabilité. Voici ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

Marchés en bref

Les trois principaux indices reculaient à l’ouverture des marchés lundi après la baisse de la semaine précédente. En effet, sur l’ensemble de la semaine passée, le Dow Jones a perdu 1,04 %, le NASDAQ a baissé de 0,72 % et le S&P 500 de 0,50 %, soit leurs premières pertes hebdomadaires en un mois. Wall Street a terminé la journée en ordre dispersé. « On a ouvert ce matin légèrement dans le rouge en réaction aux indices sur l’activité dans la zone euro qui étaient très décevants, avec des chiffres particulièrement terribles pour l’Allemagne », a souligné Christopher Low, économiste chez FTN Financial. « Il se répand la crainte que la Banque centrale européenne soit impuissante face au ralentissement de l’économie européenne. Alors même que le gouvernement allemand fait preuve de résistance à l’idée de tout stimulus budgétaire, on a le sentiment que la récession va être inévitable dans ce pays », a estimé M. Low. Lundi, l’activité manufacturière aux États-Unis a obtenu des chiffres dépassant les attentes, permettant ainsi de redonner de la vigueur aux indices.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête de destitution concernant l’appel que Trump a eu plus tôt cette année avec le dirigeant ukrainien, Volodymyr Zelensky. Lors de cet appel, le président aurait fait pression pour que monsieur Zelensky enquête sur la famille du candidat démocrate à la présidence, Joe Biden. Malgré une ouverture à la hausse, Wall Street a été ébranlé en milieu de séance par cette nouvelle visant Donald Trump. Le S&P 500 cédait 0,8 %, sa plus importante baisse en un jour depuis le 23 août dernier. Le NASDAQ a également connu sa pire journée du mois, enregistrant un recul de 1,5 % tandis que le Dow a clôturé en baisse de 142,22 points, ou 0,5 %, après avoir chuté de plus de 200 points en milieu de séance. Tesla reculait de 7,47 %, Twitter cédait 4,54 % et Facebook perdait 2,97 %.

Mercredi, les marchés américains ont ouvert en ordre dispersé. Les investisseurs restent sur le qui-vive face au processus de destitution qui pourrait chambarder la guerre commerciale avec la Chine. Les propos du président américain sur un futur accord avec la Chine « ont rassuré les marchés et fait monter les indices », a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. Les trois principaux indices ont ainsi terminé la journée en hausse. Pour sa part, le titre de Nike gagnait 6 % après l’annonce de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

La procédure de destitution continuait d’influencer les marchés jeudi tandis que les investisseurs analysaient la publication de la plainte du lanceur d’alerte visant le président des États-Unis. Les trois principaux indices américains ont terminé en baisse, le Dow perdait 0,30 %, le NASDAQ cédait 0,58 % tandis que le S&P 500 abandonnait 0,24 %. L’action de Beyond Meat bondissait de 11 % en fin de séance après l’annonce que les restaurants McDonald’s testeraient des sandwichs végétaliens utilisant leur viande végétale. Le titre de Micron reculait de 1,7 % tandis que les actions des grandes compagnies technologiques telles qu’Apple, Facebook, Netflix et Amazon ont terminé la séance en baisse. Ouverture en légère hausse vendredi pour Wall Street, attribuable à de nouvelles avancées dans les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis.

 

Du côté du secteur canadien, le TSX a aussi entrepris la semaine à la baisse après une semaine record. Cette mauvaise performance s’est poursuivie tout au long de la séance, l’indice terminant en baisse de 32 points, entrainée par les secteurs des finances et des télécommunications. Même scénario pour mardi alors que l’indice torontois a clôturé la séance en baisse de 0,41 %. Le titre de BlackBerry chutait de 22,7 % et Cronos Group cédait 8,6 %. Le secteur de l’énergie reculait de 2,4 % en grande partie à cause de la diminution du prix du pétrole ainsi que du prix de l’or. Même scénario mercredi, alors que le TSX était en baisse de 14 points pour une troisième séance consécutive, le secteur des matériaux, entrainé par la chute du prix de l’or, perdait 2,2 % tandis que le secteur de l’énergie reculait de 0,44 %. Malgré une ouverture à la baisse, le TSX a repris du tonus en fin de journée jeudi et a clôturé en légère hausse, mettant fin à une série de mauvaises séances. La TSX chutait de 0.2 % à l’ouverture vendredi, entrainé par une baisse de plus de 1% du prix de l’or et du repli des cours du pétrole qui a entraîné une vente massive des titres d’énergie.

Le bitcoin s’amène à Wall Street

Depuis dimanche, l’opérateur qui gère le New York Stock-Exchanges (NYSE) permet aux investisseurs de miser sur le bitcoin via des contrats à terme. Ces derniers pourront ainsi échanger des contrats à terme sur la plateforme de l’Intercontinental Exchange (ICE) en pariant sur une hausse ou une baisse de la valeur du bitcoin, comme il est possible de le faire pour le pétrole ou l’or. C’est la firme Bakkt, une entreprise soutenue par ICE, qui prendra en charge les opérations. Cette firme a pour objectif de rendre les transactions et les paiements avec des cryptomonnaies viables pour les investisseurs particuliers et institutionnels.

« Notre premier objectif est de fournir un écosystème dans lequel on peut avoir confiance », avait souligné la patronne de Bakkt, Kelly Loeffler, juste après l’ultime feu vert des autorités américaines mi-août. Les adeptes de la cryptomonnaie espèrent que ceci permettra d’offrir une légitimité indispensable à une classe d’actifs plongée dans la controverse à la suite d’une activité illicite dans l’industrie encore naissante.

Netflix

Mardi, la compagnie a vu la valeur de son action chuter après qu’un analyste ait réduit de 32 % son objectif de prix dévoilant, par le fait même, ses préoccupations quant à la profitabilité de la multinationale. Le titre chouchou a perdu ses lettres de noblesse dans les derniers mois, car les investisseurs craignent l’arrivée de nouveaux gros joueurs dans l’industrie dont Apple TV et Disney. Il y a deux mois seulement, le titre flirtait avec de nouveaux sommets. Toutefois, la perte d’abonnés et la montée de la compétition ont effacé les gains de 46 % que le titre avait accumulé depuis le début de l’année. Ces bénéfices étaient le résultat d’une hausse des prix mensuels que Netflix avait instaurés en janvier, faisant ainsi grimper le titre.

La plateforme a aussi perdu les droits sur « The Office » et « Friends », deux émissions populaires auprès des abonnés. Mardi, le titre a reculé de plus de 2 % à l’ouverture de la séance et a terminé la journée en baisse de 4 %. Son action a perdu plus de 30 % depuis son dernier sommet du 10 juillet dernier.

BlackBerry

La compagnie a dévoilé des résultats trimestriels décevants, annonçant des pertes de 44 millions. Cette nouvelle a fait très mal au titre qui a dégringolé mardi, perdant plus de 17 % au courant des trente premières minutes de négociations pour finalement clôturer la session en baisse de 22 %. Selon le chef de la direction, John Chen, cette diminution de revenus est due à un département fournissant des logiciels aux organisations nécessitant des communications sécurisées, telles que les agences gouvernementales et les services financiers.

« Toutes nos activités ont atteint, voire dépassé, nos attentes en matière de revenus, à l’exception des logiciels et services d’entreprise », a affirmé M. Chen lors d’une conférence téléphonique avec les analystes. « Nous sommes tous déçus des résultats à court terme », a-t-il poursuivi. L’entreprise canadienne a dévoilé un chiffre d’affaires du deuxième trimestre de 244 millions $ contre 210 millions $ US durant la même période l’an dernier. Le titre a vécu sa pire performance depuis 2015 et a perdu plus de 44 % dans les douze derniers mois.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS