Blogue

7 juin 2019

Retour vers la hausse

Par PRATTE

 

Blogue 21sept

 

Malgré un début de semaine difficile, Wall Street a finalement accumulé des gains. Les investisseurs se sont montrés enthousiastes face aux derniers commentaires du président de la Fed qui a annoncé une possible baisse des taux d’intérêt. Voici donc ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

Marchés en bref

C’est un début de semaine plutôt difficile pour les marchés américains qui ont été entraînés par la baisse des titres du groupe FAANG. En effet, le titre d’Alphabet (Google) chutait de 6,1 %, celui de Facebook perdait 7,5 %, Amazon reculait de 4,6 % et Apple de 1 %. Ce déclin a gravement affecté le NASDAQ qui a clôturé la journée en baisse de 1,6 %. Pour sa part, le S&P 500 a reculé de 0,28 % alors que le Dow, seul gagnant de la journée, a terminé en légère hausse de 0,02 %. Le taux de l’obligation américaine à dix ans a poursuivi son plongeon pour atteindre 2,06 %, sa performance la plus faible depuis septembre 2017.

Mardi, les trois principaux indices ont profité d’une hausse, aidés « par des nouvelles positives sur deux fronts, celui des tensions commerciales et celui des taux de la Réserve fédérale (Fed) », selon Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. L’annonce d’un dénouement entre la Chine et les États-Unis a donné un vent d’espoir aux investisseurs. En effet, selon ses derniers commentaires, le ministère chinois du Commerce estime que la guerre commerciale devrait être résolue sous peu. Le Dow terminait la séance avec des gains de 2,06 %, le NASDAQ avançait de 2,65 % et le S&P 500 gagnait 2,14 %. Les actions technologiques ont également repris du tonus mardi. Ainsi, Alphabet (+1,5 % mardi), Facebook (+2 %), Amazon (+2,2 %) et Apple (+3,7 %) ont tous terminé la journée en hausse.

Cette bonne performance s’est poursuivie mercredi à l’ouverture des marchés. Les résultats de cette performance sont en grande partie dus à l’annonce de la tête dirigeante de la Fed qui a laissé sous-entendre une possible baisse des taux. Cette baisse pourrait être nécessaire afin de soutenir une économie grandement affectée par la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine. Les marchés ont clôturé en hausse mercredi, toujours soutenus par l’espoir d’une baisse des taux. « Le marché continue à réagir aux commentaires de Jerome Powell qui, en affirmant mardi que la Fed était prête à agir (pour maintenir l’expansion), a clairement signalé que la Fed n’allait pas laisser l’économie glisser vers la récession, que la Fed était prête à abaisser les taux », a commenté Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.

Les trois principaux indices ont débuté en légère hausse jeudi alors que les investisseurs demeuraient prudents après la bonne séance de mercredi.

La bourse canadienne a également commencé la semaine du mauvais pied terminant la séance de lundi à son pire niveau depuis février. Comme son homologue américain, on a eu droit à un retour à la hausse mardi pour le TSX qui a clôturé la séance en hausse de 150 points. Le secteur de la santé avançait de 5,4 % aidé par les titres d’Aurora Cannabis (+9,5 %) et Aphria Inc. (+6,8 %). Le TSX a terminé la séance de mercredi en hausse de 46,42 points (+0,3 %), soutenue par des gains de 10 % de l’action de Bombardier. L’indice torontois a ouvert en légère hausse jeudi, après l’annonce de la réduction du déficit commercial du pays, signifiant ainsi que l’économie se redresse après un ralentissement, comme la hausse du prix de l’or a aidé le secteur des matériauxFAANG

Les actions du groupe des FAANG ont lourdement chuté lundi à la suite d’une annonce troublante. Effectivement, les géants technologiques américains se retrouvent sous la loupe des régulateurs après une accusation de pratiques anticoncurrentielles. Le comité judiciaire de la Chambre a annoncé une vaste enquête antitrust sur des sociétés de technologie non spécifiées. Dans un communiqué, il a promis « un examen approfondi du pouvoir de marché détenu par les plateformes technologiques géantes ». Ce serait la première fois qu’une telle démarche du Congrès serait entreprise.

Malgré de lourdes pertes lundi, l’effet-surprise s’est dissipé mardi alors que les investisseurs estiment que les enquêtes prendront plusieurs années et que les impacts seront limités. « Les enquêtes antitrust prennent beaucoup de temps : elles sont factuelles et nécessitent une évaluation de plusieurs aspects du comportement en question », résument les analystes de Bloomberg Intelligence. Plusieurs jugent que la réaction de lundi qui a fait plonger les titres FAANG était excessive. La majorité des analystes ont d’ailleurs réitéré leur recommandation à « acheter » les actions du groupe.

Air Transat

La compagnie, qui était en négociation avec Air Canada depuis le 16 mai dernier pour son rachat, a reçu une nouvelle offre qui semble s’avérer plus alléchante. C’est la compagnie March qui fait monter les enchères, se montrant plus généreuse avec son offre de 14 $ l’action. Toutefois, cette offre est conditionnelle à une aide financière de 120 millions de dollars du gouvernement du Québec. La proposition d’achat comprend aussi la signature d’une entente de soutien et de dépôt d’actions avec le Fonds de solidarité FTQ et la Caisse de dépôt et placement du Québec. L’offre d’Air Canada propose, quant à elle, une somme de 520 millions de dollars, soit 13 $ pour chacune des actions en circulation.

« L’offre de Mach pourrait intéresser la Caisse de dépôt et le Fonds de la FTQ parce qu’elle leur offre l’occasion de participer au potentiel de création de valeur à long terme de sa stratégie hôtelière. En revanche, nous croyons qu’Air Canada pourrait offrir davantage (que 13 $) pour Transat étant donné les synergies importantes à tirer de l’exploitation », a écrit l’analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux. Contrairement à Air Canada, l’offre de March propose de conserver tous les emplois de Transat au siège social de Montréal. Un dossier à suivre.

Chine

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour la Chine, à peine deux mois après les avoir revues à la hausse. « La croissance économique de la Chine s’est stabilisée début 2019 et devrait atteindre un rythme modéré […]. Les incertitudes autour du commerce mondial demeurent élevées, avec un risque de baisse », a indiqué dans un communiqué le FMI.

Le FMI a dévoilé que le PIB de la Chine devrait atteindre 6,2 % pour cette année et 6,0 % l’an prochain, alors qu’elle l’avait estimé à 6,3 % et 6,1 % dans ses prévisions précédentes. L’institution considère qu’en ce moment « aucun assouplissement supplémentaire n’est nécessaire ». Toutefois, « si les tensions commerciales s’intensifient » un rajustement sera inévitable. Cette nouvelle survient alors que plusieurs indicateurs démontrent un essoufflement de l’économie chinoise.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS