Blogue

14 juin 2019

Le pétrole bouscule les marchés

Par PRATTE

 

 

4-nov-fr

Après plusieurs bonnes séances, les investisseurs ont pris une pause afin de se concentrer sur une prise de profit. Le pétrole a connu une semaine mouvementée tandis que Beyond Meat continue de surprendre. Voici ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

Marchés en bref

Les bourses américaines ont commencé la semaine à la hausse, soutenue par l’accord entre le Mexique et les États-Unis, évitant ainsi de nouveaux tarifs. « Pour le moment, la nouvelle aide le marché à poursuivre son rebond de la fin de semaine dernière », a commenté Patrick O’Hare de Briefing. Le titre d’Amazon prenait 3,35 %, Alphabet (maison mère de Google) 2,24 %, et Apple 1,86 %, profitant eux aussi de la baisse des tensions commerciales. Cette bonne performance s’est poursuivie jusqu’à la clôture des marchés. D’ailleurs, le Dow affichait sa sixième hausse de suite, terminant avec une augmentation de 0,3 % tandis que le NASDAQ a monté de 1,1 % et le S&P 500 a grimpé de 0,5 %.

Les dernières mesures de soutien à l’économie chinoise dévoilé par Pékin ont permis aux marchés de maintenir leurs gains mardi. Les analystes de Charles Schwab ont affirmé que « Le stimulus chinois apporte de la vigueur au marché », et ce, en pleine guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, soit les deux premières économies mondiales. Ainsi, plusieurs grandes compagnies chinoises cotées à la bourse ont profité de cette montée ; Alibaba a augmenté de 3,53 %, JD.com de 4,37 % et Baidu de 4,19 %. Cependant, malgré ce bon départ, les trois principaux indices américains ont terminé la journée en légère baisse. « Après cinq ou six séances de gains à la suite, l’heure est à la digestion », a réagi mardi Nate Thooft, de Manulife AM.

Mercredi, Wall Street a débuté la journée à la baisse. Les investisseurs prenaient une pause après plusieurs bonnes séances afin de surveiller de près les dossiers commerciaux. La pause s’est poursuivie tout au long de la séance mercredi, alors que les trois principaux indices ont clôturé en légère baisse. « Il existe une certaine inquiétude sur le fait que la banque centrale américaine (Fed) pourrait finalement ne pas baisser ses taux d’intérêt d’ici à l’été comme c’est largement attendu, précisément en raison de la résolution du conflit avec le Mexique », a déclaré Quincy Krosby de Prudential Financial.

Retour à la hausse jeudi, grâce au rebond des titres technologiques au lendemain d’une mauvaise séance. Les titres des fabricants de puces (chipmaker) étaient en hausse en matinée ; VanEck Vectors Semiconductor ETF (SMH) gagnait 0,5 %. Applied Materials et Micron Technology avançaient de 0,7 % et 0,8 %, respectivement tandis que le titre d’Apple gagnait 0,4 %, propulsant ainsi le secteur technologique. Le Dow a ouvert avec des gains de 126 points, soutenus par le titre de Disney qui gagnait 1 %, le S&P 500, quant à lui, gagnait 0,4 % et le NASDAQ avançait de 0,5 %.

Wall Street a ouvert en baisse vendredi au lendemain d’une bonne séance. Le Dow reculait de 100 points, tiré vers le bas par les titres d’Intel et d’Apple tandis que le S&P 500 perdait 0,3 % et le NASDAQ cédait 0,6 %. La chute des titres du secteur des fabricants de puces survient après que la compagnie Broadcom ait déclaré une baisse de la demande pour les puces à la suite de la publication de résultats trimestriels décevants qui sont venus tirer les marchés vers le bas.

Au Canada, le TSX a terminé la journée de lundi en baisse de 14,70 points. Sa faible performance résulte de la chute des cours des matières premières. « Un ralentissement des mises en chantier en mai, ainsi que la baisse des cours de l’or et du pétrole, a eu une incidence sur le marché canadien. Le Canada a des problèmes différents, l’un étant le logement, l’autre les matières premières. Ce sont deux très gros secteurs qui alimentent l’économie canadienne », a affirmé Anish Chopra, directeur général chez Portfolio Management. Le TSX a réussi à se maintenir en terrain positif mardi grâce aux secteurs des matériaux et de l’énergie. La chute du pétrole a affecté les marchés canadiens mercredi. Effectivement, le secteur de l’énergie a clôturé la séance en baisse de 1,3 % alors que le TSX perdait 21 points. Encana Corp perdait 6,6 % tandis que Crescent Point Energy Corp. a accumulé des pertes de 5,2 %. Le TSX a ouvert en baisse vendredi, tiré vers le bas par la baisse des titres technologiques.

Amazon détrône Apple et Google

Amazon est devenu cette semaine la marque la plus puissante du monde, détrônant Apple et Google. Selon le classement du Top 100 des marques les plus valorisées au monde par BrandZ pour l’année 2019, la compagnie vaut désormais 315,5 milliards de dollars. L’année dernière, elle se classait à la troisième place après Apple et Google qui ont passé les douze dernières années au sommet de la liste. Apple arrive en deuxième position, avec une valeur de 309,5 milliards de dollars, suivi de Google, avec 309 milliards de dollars.

Doreen Wang, directrice mondiale de BrandZ chez Kantar, a déclaré que le bond d’Amazon était dû à la vente de divers services « La croissance phénoménale de la valeur de la marque d’Amazon, de près de 108 milliards de dollars au cours de la dernière année, montre à quel point les marques sont désormais moins ancrées dans des catégories et des régions données. Les limites sont floues, car la maîtrise de la technologie permet aux marques telles qu’Amazon, Google et Alibaba d’offrir une gamme de services couvrant plusieurs points de contact avec les consommateurs », a-t-elle déclaré dans un communiqué envoyé à CNBC.

Pétrole

Les cours du brut ont accumulé des gains de 45 % durant les quatre premiers mois de l’année par rapport à leur plus bas niveau de janvier. Toutefois, ces derniers ont connu une baisse de plus de 15 % depuis la fin avril. D’après la Goldman Sachs, le ralentissement de la croissance mondiale et les anticipations face à une baisse de la demande de pétrole seraient « les principaux facteurs de la baisse (des cours du pétrole) le mois dernier. » Il ne faut pas oublier les tensions commerciales qui perdurent entre les États-Unis et plusieurs de ses partenaires commerciaux principaux. Ces facteurs freinent grandement l’activité économique et réduisent par le fait même la demande du pétrole.
Le Brent est maintenant en baisse de près de 20 % par rapport à son plus haut niveau atteint en avril dernier, tandis que le West Texas Intermediate (WTI) se négocie en baisse de 22 % pour la même période. Mercredi, l’annonce d’une hausse surprise des stocks de pétrole brut aux États-Unis est également venue mettre de la pression sur l’or noir qui continuait de reculer. Cependant, une attaque de deux pétroliers dans la mer d’Oman a réduit l’inventaire disponible faisant ainsi rebondir les prix de l’or noir jeudi matin. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août montait de 1,70 dollar (2,83 %) à 61,67 dollars tandis que celui du WTI pour livraison en juillet avançait de 1,38 dollar (2,70 %) à 52,52 dollars.

Beyond Meat

Le titre a vécu une semaine difficile, chutant de 25 % mardi à la fermeture des marchés après que la banque américaine J. P. Morgan ait abaissé sa perspective sur l’action la qualifiant de « trop chère ». Mercredi, aucun analyste de Wall Street ne recommandait l’achat du titre, un phénomène plutôt rare pour une compagnie qui vient de faire son entrée à la bourse. Ceci n’a cependant pas semblé affecter le titre qui, au lendemain de sa chute, reprenait du tonus, clôturant la séance de mercredi en hausse de 12 %.

L’annonce d’une collaboration avec Tim Horton a redonné de la vigueur au titre. En effet, la chaîne canadienne a mentionné qu’elle allait offrir des sandwiches petit-déjeuner produits avec de la « fausse viande » Beyond Meat dans près de 4 000 endroits au Canada. L’action de la compagnie a connu un début à la bourse fulgurant, voyant son titre explosé de 500 % depuis son entrée. Or, plusieurs se questionnent à savoir si la compagnie sera en mesure d’augmenter son offre pour répondre à la demande qui ne cesse de s’accroître. Il s’agit définitivement d’un titre à suivre.

 

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS