Blogue

17 mai 2019

Les tensions commerciales affligent les marchés

Par PRATTE

Blogue 9 fev FR

Les tensions commerciales affligent les marchés

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine continue cette semaine d’affecter directement les marchés, alors que la Chine a annoncé des représailles à la suite des dernières menaces américaines. Plusieurs gros titres tels qu’Apple et Caterpillar sont sensibles aux tensions entre les deux pays et ont connu des séances difficiles qui ont affecté les principaux indices. Voici donc ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

Marchés en bref

C’est un début de semaine catastrophique qu’ont connu les marchés. Ceux-ci ont été fortement ébranlés lundi par l’annonce de représailles de la Chine. Cette dernière a en effet indiqué qu’à partir du 1er juin, elle prévoyait une augmentation des droits de douane sur plusieurs produits américains, soit une valeur approximative de 60 milliards de dollars d’importations annuelles. Le Dow a terminé en baisse de 2,38 % et le S&P 500 cédait 2,41 %. Les deux indices ont enregistré leur pire séance depuis le début du mois de janvier. Le NASDAQ a pour sa part terminé la journée en baisse de 3,41 %, il s’agit, quant à lui, de sa pire séance depuis décembre. Le titre de Caterpillar a terminé la séance en baisse de 4,6 %, Apple perdait 5,8 % et Boeing cédait 4,9 %.

Rebond à Wall Street mardi à l’ouverture des marchés. La tendance s’est poursuivie tout au long de la journée alors que les trois principaux indices ont terminé en légère hausse. « Après cette rude chute des indices, leur progression mardi est avant tout à considérer comme un rebond » a affirmé Terry Sandven de US Bank Wealth Management. De plus, plusieurs titres sensibles aux tensions avec la Chine ont repris du volume mardi. Caterpillar a terminé en hausse de 1,7 %, Apple gagnait +1,6 % tandis que Boeing prenait 1,7 %.

Mercredi, les marchés américains ont ouvert en baisse mercredi, car les investisseurs sont inquiets face aux dévoilements de données économiques à la baisse provenant de la Chine et des États-Unis. La Chine a atteint son pire niveau en 16 ans après avoir annoncé une baisse de la croissance des ventes de détail. Aux États-Unis, les chiffres dévoilés affichent une production industrielle en baisse de 0,5 % en avril. Il s’agit de données inquiétantes pour les deux plus grandes économies mondiales. Les trois principaux indices américains ont toutefois clôturé la séance de mercredi en hausse. C’est une nouvelle annonçant un possible sursis de l’imposition de taxes douanières supplémentaires dans le secteur automobile qui a redonné un souffle positif.

De bons résultats trimestriels provenant de Walmart et de Cisco, jeudi, ont soutenu le Dow qui a ouvert en hausse de 100 points. Tout au long de la séance, les investisseurs se sont montrés optimistes face à une baisse de la tension entre la Chine et les États-Unis, permettant ainsi aux indices de terminer positifs. Après trois jours de bonnes performances, les indices « ont presque rattrapé tout le terrain perdu lors de la séance très mouvementée de lundi », a relevé Ken Berman de Gorilla Trades. Le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng, a déclaré jeudi, selon l’agence de presse officielle Xinhua, que les États-Unis avaient utilisé un « comportement d’intimidation ». Cette déclaration a de nouveau inquiété les investisseurs, faisant ainsi chuter les trois principaux indices à l’ouverture de la séance vendredi.

La bourse de Toronto a également souffert des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis terminant la journée de lundi avec un recul de 104,14 points. Le secteur de l’énergie a clôturé en baisse de 2,3 %, tandis que les titres des entreprises de cannabis fléchissaient ; Hexo cédait 7,2 % et Canopy Growth perdait 7,5 %. Retour à la hausse mardi pour le TSX qui a commencé la journée avec des gains de 34 points et a clôturé la séance avec une progression de 91 points alors que huit de ses onze secteurs ont fait bonne figure. D’ailleurs, plusieurs des titres des compagnies de cannabis ont effacé leur perte de lundi, permettant au secteur de la santé de progresser de 3,1 %. Mercredi, le TSX a clôturé en hausse de 33 points à l’aide des bonnes performances de titres tels que BlackBerry (+1,1 %), Aurora (+2,7 %) et Shopify (+4 %). La bourse de Toronto a poursuivi sa bonne performance lors de la séance de jeudi, terminant la journée avec des gains. Vendredi, le TSX, tout comme ses homologues américains a ouvert en baisse alors que l’optimisme de jeudi s’était déjà dissipé.

Uber

La compagnie a fait son entrée à la bourse vendredi dans un climat d’incertitude, les tensions sino-américaines continuant de secouer les marchés de Wall Street. Uber a clôturé la journée de vendredi en baisse de 7,6 %. Lundi, sa mauvaise performance s’est poursuivie et l’action a terminé la journée en cédant plus de 10 %, soit des pertes de 17,55 % en seulement deux séances. Depuis sa création, la compagnie éprouve énormément de difficulté en ce qui concerne sa rentabilité. En effet, son incapacité à prouver sa rentabilité auprès des investisseurs lui a causé une accumulation de pertes importantes sur une période de 10 ans.

« Il est très inhabituel de voir une chute si rapide pour une entreprise d’une telle ampleur. Mais c’est une société dont la valeur est très difficile à établir et elle devrait subir de gros mouvements de yo-yo » dans l’avenir, a commenté Jay Ritter, spécialiste des entrées en Bourse à l’Université de Floride, ajoutant que Facebook était déjà rentable lors de son entrée à la bourse.

Lundi, à la fermeture des marchés, Uber valait 62 milliards de valeurs boursières alors qu’il y a quelques semaines elle était estimée à 100 milliards. La concurrence entre Uber et Lyft nuit à la rentabilité des deux entreprises. Effectivement, les deux entreprises offrent de nombreuses promotions afin de devenir le leader de l’industrie. Toutefois, ces promotions ont plutôt l’effet contraire et font chuter les profits des compagnies. L’entrée en bourse des deux compagnies fut digne d’un cauchemar et plusieurs analystes estiment que c’est la faute des grandes banques. L’article publié dans Les Affaires tente de faire la lumière sur cette introduction catastrophique des deux entreprises à Wall Street.

Aurora

L’entreprise canadienne a dévoilé cette semaine des résultats trimestriels en dessous des attentes des analystes. La société de cannabis a enregistré des pertes de 160,1 $ millions canadiens. Les revenus provenant des consommateurs canadiens ont augmenté de 37 % pour atteindre 29,6 millions de dollars, dépassant les revenus médicaux de 29,1 millions de dollars, qui affichent eux aussi une hausse de 12 %. Le coût par gramme de produit séché est passé de 1,92 dollar à 1,42 dollar, mais le prix de vente net moyen a également diminué, passant de 6,80 dollars à 6,40 dollars.
« Nous avons enregistré une croissance solide de notre chiffre d’affaires et de solides résultats opérationnels au cours d’un trimestre éprouvé dans l’ensemble du secteur. Nous nous concentrons sur la création d’une entreprise durable à long terme », a déclaré la PDG Terry Booth. Le titre de la compagnie a enregistré une baisse de 3,8 % depuis le début de l’année et reculait de 2,4 % à l’ouverture des marchés mercredi après le dévoilement de ses résultats.

Walmart

La société américaine a déposé jeudi de solides résultats trimestriels, son bénéfice net ayant bondi de 80 % pour s’établir à 3,84 milliards de dollars. Les ventes de Walmart ont également augmenté. Ses ventes en magasin ont connu une hausse de 3,4 %, pendant que les ventes en ligne ont observé une augmentation de 28 %. Toutefois, la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine pourrait contraindre Walmart à accroître ses prix, frappant par ricochet les consommateurs directement dans leur portefeuille.

Walmart a cependant déclaré être en excellente position pour atteindre ses objectifs de 2019. Cette dernière concentre la majorité de ses investissements dans son service de livraison en une journée, tentant ainsi de prendre les parts de marché d’Amazon. L’entreprise a annoncé cette semaine le début de son service de livraison en une journée au pays pour plus de 200 000 articles, sans toutefois révéler le montant exact des dépenses. C’est une annonce qui arrive quelques jours seulement après qu’Amazon ait dévoilé que son expédition en une journée serait gratuite pour les membres Prime. Le titre de Walmart est en hausse de 18 % depuis le début de l’année et gagnait 3,5 % à l’ouverture des marchés jeudi.

 

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS