Blogue

10 mai 2019

Les marchés s’effondrent

Par PRATTE
Blogue dec 1 FR

Semaine difficile pour les marchés mondiaux alors que les tensions commerciales sont montées d’un cran lundi à la suite d’une série de « tweets » publiés par le président américain. Les investisseurs ont tout d’abord cru à une tactique de négociation du président Donald Trump. Toutefois, en milieu de semaine, ces derniers ont commencé à craindre des représailles de la Chine. Un climat tendu qui s’est reflété sur les différentes bourses mondiales. Voici donc ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

Marchés en bref

Dimanche, le président américain a publié une série de « tweets » dans lesquels il menaçait d’augmenter les tarifs douaniers. La publication de ces « tweets » a ébranlé les marchés lundi. Le Dow a débuté la séance en baisse de 450 points, le NASDAQ reculait de 1,20 % et l’indice élargi S&P 500 cédait 1,01 %. Donald Trump est venu rajouter de la pression sur les négociations en cours. « Le succès (de Wall Street) cette année repose sur trois éléments : le virage de la Banque centrale américaine vers une position plus accommodante, des résultats d’entreprises meilleurs que prévu et l’anticipation d’un accord commercial avec la Chine au premier semestre », rappelle Art Hogan de la société d’investissement National. En fin de journée, le Dow est remonté quelque peu, clôturant la séance en baisse de 0,26 %.

La majorité des analystes avaient interprété les propos mentionnés lundi par le président Donald Trump comme une tactique de négociations. Toutefois, ces derniers se sont avérés inquiets mardi à la suite de la confirmation des tarifs par le négociateur en chef américain, Robert Lighthizer. Cette inquiétude s’est transgressée sur les marchés et les trois principaux indices ont oscillé dans le rouge tout au long de la séance. Plusieurs titres sensibles aux tensions commerciales ont fléchi pendant la séance : Apple (-2,7 %), Caterpillar (-2,3 %) et Boeing (-3,9 %). Le secteur des semi-conducteurs a également été affecté : Advanced Micro Devices a reculé de 2,8 %, Nvidia de 3,8 %, et Micron Technology de 4,4 %.

Même scénario mercredi à l’ouverture, alors que les trois principaux indices ont débuté la journée en baisse pour finalement terminer la journée en ordre dispersé. Le Dow a terminé la séance en légère hausse de 3 points, le NASDAQ en baisse de 0,3 % et le S&P 500 reculait de 0,2 %. L’indice de volatilité Cboe, le VIX, qui mesure la volatilité implicite sur 30 jours du S&P 500, a atteint un nouveau sommet de 23,38 jeudi, son plus haut niveau depuis le 4 janvier dernier. Encore une fois jeudi, plusieurs titres ont souffert des tensions commerciales  : Intel perdait 6 %, Nvidia reculait de 4,4 % et Micron de 3,5 %.

Les bourses chinoises ont plongé jeudi, peu avant l’ouverture des marchés américains, à quelques heures seulement d’une rencontre entre les négociateurs chinois et américains. La Bourse de Shanghai reculait de 1,48 % à 2850,95 points. Plusieurs titres provenant de compagnies chinoises étaient également en baisse ; Tencent chutait de 2,39 %, Lenovo (fabricant d’ordinateurs) perdait 2,73 % tandis que l’assureur AIA reculait de 3,42 %. Les trois principaux indices américains ont poursuivi leur chute jeudi en début de séance, heurtée par les propos du président.   Ce dernier a affirmé lors d’un rallye en Floride que la Chine avait « rompu l’entente » (broke the deal). Le Dow chutait de plus de 300 points quelques minutes après l’ouverture des marchés alors que le S&P 500 et le NASDAQ oscillaient dans le rouge.

« Nous allons accroître les tarifs douaniers en Chine jusqu’à ce qu’ils cessent de voler nos emplois », a encore lancé mercredi soir le président américain lors d’une réunion publique en Floride. « La Chine ne capitulera pas face à la pression et nous avons la détermination ainsi que les moyens de défendre nos intérêts », a averti de son côté à Pékin le porte-parole du ministère chinois du Commerce. Ces déclarations ont perturbé les marchés mondiaux jeudi.

Malgré l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs douaniers, les Bourses chinoises ont clôturé la séance de vendredi en hausse. Selon les analystes, les investisseurs chinois avaient déjà « digéré » la nouvelle, se montrant optimistes face à la poursuite des négociations entre les deux pays. « Ces nouveaux tarifs douaniers américains ne seront pas appliqués aux marchandises chinoises actuellement en transit », ce qui signifie qu’« il reste une possibilité que ces droits de douane ne soient pas effectivement appliqués » pour peu qu’un accord soit trouvé dans les prochaines semaines, étant donné les temps de transport transpacifiques, note Michael Hewson, analyste du courtier CMC Markets.

Les marchés ont ouvert vendredi avec des pertes moins importantes que prévu, les investisseurs gardaient espoir d’un accord entre la Chine et les États-Unis. Le Dow a commencé la séance avec des pertes de 100 points, le S&P 500 cédait 0,24 % et le NASDAQ abandonnait 0,1 %.

Le TSX a débuté la semaine en baisse, alors que, tout comme ses homologues américains, il fut ébranlé par les dernières menaces des États-Unis contre la Chine. Il a ouvert la séance de lundi en baisse de 151 points et a terminé la journée à la baisse. Le TSX a poursuivi sa baisse mardi, terminant la journée avec une perte de 135 points. Le secteur de la santé a mené le bal en chute de 2,2 %, suivi des secteurs technologiques, énergiques et industriels. Shopify a perdu 2,54 %, Crescent Point Energy reculait de 4,4 %, SNC-Lavalin reculait de 4,13 % et First Quantum Minerals Ltd cédait 5,9 %. Après deux séances à la baisse, le TSX a réussi mercredi à finir la journée en hausse de 39 points, aidés par la bonne performance de l’or noir. Le secteur de l’énergie a gagné 1,7 %, soutenu par l’action de Crescent Point Energy (5,2 %). Le TSX a ouvert en baisse jeudi, entrainé par les titres du secteur de la santé en baisse de 2,75 points. La bourse de Toronto a finalement terminé la journée avec des pertes de 75,65 points, à 16 321,75 points et a poursuivi sa baisse vendredi à l’ouverture des marchés.

Tensions commerciales

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine perturbe les marchés et le commerce mondial depuis plus d’un an. Lundi, cette tension a une fois de plus secouer la bourse mondiale. Le président américain, Donald Trump, a déclaré que les négociations entre les deux pays n’avançaient pas assez rapidement à son goût et a décidé de menacer la Chine. Effectivement, le président menace d’augmenter les droits de douane de 10 % à 25 % sur 200 milliards US de produits chinois exportés chaque année aux États-Unis, et ce, dès vendredi. « Les droits de douane apporteront BEAUCOUP PLUS de richesse à notre pays qu’un accord traditionnel, même exceptionnel », a tweeté jeudi M. Trump, bien que les négociations entre Washington et Pékin se poursuivent selon lui « de façon très agréable ».

De récentes données ont démontré que la guerre commerciale a grandement affecté le commerce extérieur de la Chine avec des exportations en baisse de 2,7 % sur un an en avril. Plusieurs études qui ont été faites depuis la mise en place des derniers tarifs douaniers ont révélé que malgré les revenus engrangés par l’État américain, la facture des consommateurs aux États-Unis pourrait être plus élevée. « Les tarifs douaniers sont des taxes payées par les entreprises américaines et les consommateurs, pas par la Chine » met en garde David French, un dirigeant de la fédération américaine des détaillants (NRF). L’article de La Presse (lien disponible dans le titre) permet de mieux comprendre cette réalité.

Lyft

La compagnie a dévoilé cette semaine les chiffres de son premier trimestre depuis son entrée à la bourse en mars dernier. Les chiffres de cette dernière confirment des pertes de plus d’un milliard de dollars. La compagnie a investi énormément de capitaux dans son entreprise au courant des derniers mois alors que ses dépenses ont explosé de plus de 200 % en un an. Lyft a cependant réussi à presque doubler ses revenus, qui se sont chiffrés à 776 $ millions, une hausse de 95 % comparativement à l’an passé.

La compagnie a augmenté son nombre d’utilisateurs avec plus de 20,5 millions comparativement à 14 millions au trimestre précédent. L’entreprise a annoncé mardi s’être associée à Waymo, filiale de Google qui produit des voitures autonomes soit des « robots taxis » qui seront bientôt disponibles sur la plateforme de Lyft. Son titre est en baisse de 20 % depuis le dernier mois et se négocie 13 $, plus bas que lors de son entrée à la bourse. À la suite de cette nouvelle, l’action de Lyft reculait de 3 % après la fermeture de Wall Street.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS