Blogue

12 avril 2019

Les marchés hésitent en début de semaine

Par PRATTE

Top 5 bear-bull

Les investisseurs restaient hésitants en début de semaine alors qu’ils attendaient le début de la saison des résultats trimestriels avec la publication vendredi des comptes trimestriels de JP Morgan Chase et Wells Fargo. Les entrées à la bourse se poursuivent cette semaine et c’était au tour de Pinterest de débuter sa tournée des investisseurs. Voici donc ce qui s’est passé sur les marchés cette semaine.

Marchés en bref

Wall Street s’est montré hésitant en début de semaine, attendant avec impatience le début de la saison des résultats trimestriels, clôturant la séance de lundi sans direction. Le Dow a terminé en baisse de 0,3 % tandis que le NASDAQ avançait de 0,2 % et l’indice S&P 500 s’est apprécié de 0,1 %. Il s’agit d’ailleurs, pour ce dernier, de sa huitième séance consécutive à la hausse avec des gains de 15 % depuis le début de l’année. Mardi, le Dow a encore une fois ouvert à la baisse, entrainé par le titre de Boeing qui continuait de chuter en début de séance après que la compagnie ait annoncé l’arrêt de la production de ses 737 Max jets. Le S&P 500 cédait 0,5 % tandis que le NASDAQ abandonnait 0,4 %.

Les marchés ont ouvert en légère hausse mercredi. Les investisseurs surveillaient de près plusieurs évènements ayant lieu dans la journée dont une réunion de la BCE, le Brexit et une audition des banquiers américains. Le Dow a ouvert en légère hausse +0,01 % à 26 152,79 points, le NASDAQ s’appréciait de 0,24 % à 7928,38 points tandis que le S&P 500 montait de 0,18 % à 2883,28 points. Les marchés ont ouvert sans direction jeudi alors que les investisseurs étaient hésitants à la veille de la publication des résultats trimestriels des grandes banques. Le Dow a ouvert en hausse de 34 points, le NASDAQ avançait de 0,08 % et le S&P 500 prenait 0,10 %. L’action de Tesla chutait de 2,46 % à l’ouverture tandis que le titre de la chaîne d’articles de maison Bed Bath and Beyond chutait de 8,14 % après de résultats trimestriels décevants. Le titre d’Apple reculait également à l’ouverture, en baisse de 0,3 % tandis que le titre de Chipotle perdait 1 %.

C’est un bon départ pour les trois principaux indices américains vendredi, emportés par les solides résultats des deux plus grandes banques américaines. Le Dow gagnait 223 points à l’ouverture, tandis que le S&P 500 et NASDAQ avançaient tous deux de 0,5 %. Le titre de Disney a bondi de 10 % en début de séance après l’annonce de la mise en ligne de sa nouvelle plateforme en novembre prochain faisant chuter celui de Netflix (-2,9 %).

Du côté de la bourse canadienne, cette dernière a clôturé la session de lundi à son meilleur sommet depuis sept mois. Elle a su profiter de la hausse des prix du pétrole brut qui ont atteint leur plus haut niveau depuis novembre. Après avoir terminé la journée de mardi à la baisse, le TSX reprenait du tonus mercredi et a clôturé la journée en hausse de 59 points. La bourse de Toronto a poursuivi sa bonne performance jeudi en début de séance, et ce grâce à des gains provenant des titres financiers. Le TSX a commencé la journée de vendredi avec des gains de 75 points, aidé par la hausse des prix du pétrole redonnant de la vigueur au secteur de l’énergie.

Pinterest

Fondée en 2010, la très populaire application de partage de photo a débuté cette semaine sa tournée de promotion pour son entrée en bourse dans les prochaines semaines. Toutefois, après les déboires de Lyft, les investisseurs se sont montrés moins enthousiastes que prévu alors que la valorisation de l’entreprise s’est dégonflée. La valorisation s’est établie à environ 11 milliards de dollars alors qu’au dernier tour de financement privé de l’entreprise en 2017, Pinterest était évalué à 12 milliards de dollars. Comme la majorité des « start-ups » qui planifient leur entrée à la bourse dans les prochains mois, la compagnie n’a jamais rapporté de profit.

L’entrée de Lyft à Wall Street a refroidi plusieurs investisseurs alors que le titre de la compagnie a plongé de 12 % à son deuxième jour à la bourse passant sous son prix d’introduction de 72 dollars.
La réception mitigée des débuts de Lyft à Wall Street « a démontré que les investisseurs publics sont quelque peu prudents vis-à-vis des sociétés très appréciées et non rentables ». Pinterest qui compte plus de 250 millions d’utilisateurs a de la difficulté à monétiser son contenu. L’entreprise a dévoilé des pertes de 63 millions en 2018, mais a réussi à générer 766 millions de dollars en vente soit une hausse de 60 % comparativement à l’an dernier. À surveiller dans les prochaines semaines.

 Fonds monétaire international (FMI)

Le FMI a revu à la baisse ses perspectives de croissance économique mondiale, passant de 3,5 % à 3,3 %. Elle a également diminué ses perspectives pour plusieurs pays, dont le Canada, les États-Unis, plusieurs pays européens ainsi que le Japon. L’institution a d’ailleurs invoqué le renforcement des tensions commerciales comme raison principale. « Une intensification de l’incertitude autour du commerce international briderait davantage l’investissement et perturberait les chaînes d’approvisionnement mondiales », a déclaré Gita Gopinath, économiste en chef du FMI. Le ralentissement affectera plus de « 70 % de l’économie mondiale », a-t-elle également souligné.

Ainsi, la prévision de croissance pour le Canada a été abaissée à 1,5 % alors qu’elle avait été estimée à 1,9 % en janvier dernier. Quant aux États-Unis, les économistes du FMI ont également revu à la baisse leur prévision de croissance pour cette année, passant de 2,9 % en 2018 à 2,3 %. Même chose pour la zone euro, alors que les perspectives de croissance du FMI pour les 19 pays utilisant l’euro ont été réduites à 1,6 % en comparaison à 1,8 % annoncé précédemment. Toutefois, les économistes du FMI estiment que d’ici 2020, la croissance mondiale pourrait rebondir à 3,6 %.

Pétrole

Après avoir atteint un nouveau sommet la semaine dernière, le cours du pétrole était à la baisse en début de semaine. Cette baisse s’explique entre autres par une diminution de l’offre de l’OPEP alors que nombreux pays membres ont diminué leur production. D’autre part, les exportations du Venezuela et de l’Iran sont réduites à néant par des crises économiques et politiques.

« Le marché pétrolier montre des signes de resserrement à l’aube du deuxième trimestre 2019, mais nous voyons des signaux mitigés quant aux perspectives de la demande », a déclaré l’Agence internationale de l’énergie, basée à Paris, qui conseille la plupart des grandes économies. Les risques liés à la demande sont « actuellement à la baisse ». La demande de brut provenant des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dont l’Australie, le Canada et la Belgique, a diminué de 300 000 barils par jour au quatrième trimestre de 2018. Il s’agit de la première baisse de la demande trimestrielle du groupe depuis 2014.

 

Début de la saison des résultats trimestriels

Les deux grandes banques américaines, J.P. Morgan et Wells Fargo, ont lancé vendredi la « saison des résultats » aux États-Unis. Ces données étaient fortement attendues par les investisseurs qui s’attendaient à un trimestre à la baisse. Les deux entreprises ont toutefois dévoilé des résultats meilleurs que prévu, remettant en doute les craintes des investisseurs. J.P. Morgan, soit la plus grande banque américaine en matière d’actifs, a dévoilé avoir enregistré un bénéfice net de 9,2 milliards de dollars, une hausse de 5,4 %, pour un chiffre d’affaires de 29,85 milliards (+4,7 %). Le PDG de la banque, Jamie Dimon, a rapporté que l’économie américaine « continue de croître, les salaires et le marché du travail progressent, l’inflation est modérée, les marchés financiers sont sains et la confiance des milieux d’affaires et des consommateurs est solide ». Pour sa part, Wells Fargo, soit la deuxième grande banque américaine, a enregistré un bénéfice en hausse de 16,4 % au premier trimestre, à 5,51 milliards de dollars. Selon plusieurs analystes, un secteur financier robuste pourrait laisser supposer que l’économie américaine est demeurée résiliente au ralentissement de la croissance mondiale. Le titre de Wells Fargo a ouvert en hausse de 0,4 % tandis que celui de J.P. Morgan prenait 3,3 %.

 

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS