Blogue

8 février 2019

La saison des résultats trimestriels se poursuit

Par PRATTE
Blogue 10 fev FR

La saison des résultats trimestriels se poursuit

Cette semaine était toujours marquée par le dévoilement des résultats trimestriels, dont ceux très attendu de Twitter et Alphabet. Bill Gross a annoncé sa retraite après une année difficile. Voici donc ce qui s’est passé sur les marchés cette semaine.

Marchés en bref

Nous avons eu droit à un bon début de semaine pour Wall Street qui a ouvert et terminé en hausse lundi grâce à des gains du secteur technologique. Apple a gagné 2,8 %, Microsoft a avancé de 2,9 % et Facebook était en hausse de 2,1 %. Mardi, la tendance haussière de la veille s’est poursuivie pour les trois principaux indices américains pour une deuxième séance consécutive. L’annonce de plusieurs résultats trimestriels positifs est d’ailleurs responsable de ce regain. Le titre d’Estée Lauder gagnait 10 %, tandis qu’Alphabet perdait 0,1 % et Seagate reculait de 1,5 %.

Wall Street a ouvert en ordre dispersé mercredi après le dévoilement de résultats trimestriels contrastés. Le Dow perdait 41 points, le Nasdaq avançait de 0,1 % et le S&P 500 reculait de 0,1 %. Après de solides résultats trimestriels, GM gagnait 2 %, Disney avançait de 1 % tandis que Snap bondissait de 23 %. Wall Street a ouvert en baisse jeudi, les investisseurs se montrant inquiets face à un déclin de la croissance mondiale après une série de statistique décevante en Allemagne, ainsi qu’une révision à la baisse de la croissance au Royaume-Uni par la Banque d’Angleterre. Le titre de Twitter reculait de 9,15 % en début de séance tandis que Tapestry, maison mère des marques Coach et Kate Spade, chutait de 16,97 %. Le Dow perdait 174 points en début de séance, le S&P 500 reculait de 0,6 % et le Nasdaq abandonnait 1 %.

Vendredi, le Dow a ouvert en baisse de 123 points, entrainé par le déclin des actions de Boeing (-0,83 %) et de Caterpillar (-0,96 %). Le S&P 500 reculait de 0,4 % tiré vers le bas par les secteurs de la technologie et de la consommation discrétionnaire tandis que le Nasdaq glissait de 0,65 %.

Au Canada, l’indice torontois a obtenu sa meilleure performance en quatre mois lundi, clôturant en hausse de 96,01 points grâce à plusieurs gains provenant des titres de producteurs de cannabis. Le TSX a poursuivi sa lancée mardi, clôturant la journée avec des gains de 100,37 points. L’indice canadien a terminé la séance de mercredi sans direction alors que les titres des producteurs de cannabis ont tiré le secteur de la santé vers le bas. Le titre de Cronos Group Inc. perdait 9,7 %, Aphria reculait de 9 % et Canopy Growth abandonnait 3,7 %. Le TSX a ouvert en baisse jeudi entrainé par le recul des prix du baril de pétrole. Le même scénario s’est répété vendredi alors que le TSX perdait 56,44 points à l’ouverture, les investisseurs se montrant inquiets face à une croissance économique mondiale à la baisse.

Alphabet

La maison mère de Google a dévoilé des résultats trimestriels favorables lundi, annonçant des bénéfices nets de 8,95 milliards de dollars au dernier trimestre. Toutefois, l’annonce d’une baisse de 29 % de ses coûts par clic semble déplaire aux investisseurs, faisant ainsi plonger le titre de 3 % vers 18 h 30. La compagnie, grande rivale de Facebook dans le secteur de la publicité numérique, duquel provient l’essentiel de ses revenus, détient presque le tiers du marché pour l’instant. Elle fait toutefois face à la pression de l’arrivée de nouveaux acteurs dans ce domaine, dont le géant Amazon.

Afin de se diversifier, Alphabet a augmenté ses dépenses en 2018. Celle-ci a embauché de nouveaux employés et investi une grosse somme d’argent dans l’environnement infonuagique et dans ses centres de traitement de données. La société a également utilisé beaucoup de capitaux dans le but de limiter le partage de fausses nouvelles sur ses plateformes. Il s’agit d’une augmentation de 31,07 milliards de dollars lors du dernier trimestre, comparativement à 24,66 milliards en 2017.

Bill Gross

Lundi, le « tsar des obligations » a annoncé sa retraite de Janus, conséquence de l’obtention de performances décevantes l’an passé. Cofondateur de Pimco en 1971, il a réussi au courant de sa carrière à devenir le plus grand gestionnaire d’obligations tout en contribuant à changer l’industrie. Ce dernier rédigeait mensuellement des lettres, très attendues par les investisseurs et le public, dévoilant stratégies, idées, conseils financiers et observations sur l’économie. Il en avait surpris plusieurs lorsqu’en 2014 il avait quitté le navire Pimco pour rejoindre la société de gestion d’actifs Janus Henderson.

Il a annoncé vouloir se concentrer sur sa fondation qu’il codirige avec ses enfants. « J’ai mené une carrière fantastique pendant plus de 40 ans, essayant à chaque fois de faire des intérêts des clients la priorité tout en réinventant le métier de gestionnaire d’actifs », a-t-il déclaré lundi dans un communiqué. Une sage décision après une année plutôt difficile alors que le fonds qu’il administrait chez Janus a perdu plus de 3,9 % en 2018. Ce dernier éprouvait également de plus en plus de difficultés à conserver ses clients après avoir fait de mauvais paris.

General Motors

Le plan de restructuration de la compagnie semble porter fruit. C’est ce qu’on peut en déduire après la présentation de résultats trimestriels meilleurs que prévu. Le constructeur automobile a annoncé avoir accumulé des profits de 8,1 milliards US en 2018 alors qu’en 2017, il avait encaissé une perte de 3,9 milliards US. Son bénéfice net s’est établi à 2,1 milliards de dollars, soit 1,40 $ par action, comparativement à une perte de 5,1 milliards de dollars, ou 3,46 $ l’action, un an plus tôt.

La compagnie a su profiter d’une hausse des prix ainsi que d’une augmentation de ses ventes de camions. General Motors s’apprête également à supprimer plus de 14 000 emplois, ce qui lui permettra d’économiser plus de 6 milliards de dollars en 2020. Le titre de la compagnie gagnait 4,8 % après la fermeture des marchés mardi et gagnait plus de 2 % à l’ouverture de la séance mercredi.

Twitter

La société américaine a présenté des résultats trimestriels meilleurs que prévu jeudi, avec un bénéfice net en hausse de 28 % alors que son chiffre d’affaires a augmenté de 24 %. 2018 devient donc la première année profitable pour Twitter qui a enregistré un bénéfice net de 1 206 milliards $ alors que l’année dernière, le réseau social avait annoncé des pertes de 108 millions. Elle a également annoncé une augmentation de 20 % de ses dépenses pour 2019.

L’entreprise a supprimé plusieurs faux comptes dans un nettoyage des utilisateurs de sa plateforme, dans le but de disséminer les contenus haineux ou violents ainsi que les fausses nouvelles. Dans cette optique, le réseau a dévoilé dans ses résultats une nouvelle mesure d’audience surnommée le mDAU soit les usagers quotidiens monétisables, à savoir qui utilise les applications où ils peuvent être exposés à la publicité. Lors du quatrième trimestre, ces mDAU ont augmenté de 9 % toutefois, son nombre d’utilisateurs mensuels actifs (MAU) est en baisse de 9 millions comparativement à l’an passé. Twitter a cependant déclaré vouloir abandonner cette mesure (MAU) après le premier trimestre pour se concentrer sur le mDAU. Le titre de la compagnie perdait plus de 10 % avant l’ouverture des marchés jeudi.

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO).
Destiné à fournir des renseignements généraux sur les marchés et les titres et non à répondre à vos besoins spécifiques, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles et ne constituent pas des activités de conseil en matière d’investissement en valeurs destinés à répondre à vos besoins spécifiques.
Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.
Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS