Blogue

25 janvier 2019

Les disputes commerciales affectent les marchés

Par PRATTE

Blogue 25 jan FR

Les disputes commerciales affectent les marchés

Cette semaine fut écourtée en raison de la fermeture de Wall Street à l’occasion du jour de Martin Luther King. En début de semaine, le Fonds Monétaire International a revu la croissance économique mondiale à la baisse. De son côté, le taux d’endettement au Canada continue de grimper et le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis influence toujours les marchés. Voici donc ce qui s’est passé sur les marchés cette semaine.

Marchés en bref

Les marchés américains étaient fermés lundi à l’occasion du Martin Luther King Day. Le retour du long weekend fut toutefois difficile pour Wall Street, les trois principaux indices américains ouvrant à la baisse. Certaines nouvelles ont, de plus, causé des commotions en ce qui concerne l’économie globale. En effet, la publication de données peu encourageantes concernant l’économie chinoise ainsi que l’annonce du Fonds Monétaire International (FMI) touchant ses prévisions quant à la croissance de l’économie ont ravivé certaines craintes.

C’est en hausse que la bourse de New York a ouvert mercredi, stimulée par l’annonce de solides résultats trimestriels de plusieurs grandes sociétés telles qu’IBM (+8,08 %), Procter & Gamble (+5,22 %) et United Technologies (+5,36 %). « Leurs résultats aident les investisseurs à détourner leur attention des craintes sur l’économie mondiale et sur les relations sino-américaine, même s’ils continuent à surveiller de près tout ce qui se dit au Forum économique de Davos », a souligné Josh Selway, de Schaeffer. Wall Street a ouvert en baisse jeudi à la suite de la déclaration de Wilbur Ross, le secrétaire américain au Commerce, statuant que les États-Unis et la Chine seraient loin d’être en mesure de trouver un compromis en ce qui concerne le conflit commercial qui les oppose.

Les marchés américains ont commencé la séance de vendredi avec plusieurs gains, grâce à de solides résultats trimestriels. Le Dow a ouvert en hausse de 270 points, le S&P 500 gagnait 1 % et le Nasdaq avançait grâce aux bons résultats trimestriels de Starbucks (+3,80 %). « La majorité des entreprises qui publient leurs chiffres dépassent les attentes », a rappelé Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. « Mais les résultats sont aussi de qualité, il n’y a pas de gains exceptionnels, d’annonces de grands plans de suppressions d’emplois ou de réductions drastiques des dépenses », a-t-il ajouté.

Le TSX a terminé en hausse de 50,33 points lundi pour une douzième séance consécutive. Toutefois, les inquiétudes sur l’économie mondiale ont fait reculer les prix du pétrole, causant ainsi la chute de l’indice torontois mardi. L’indice canadien a commencé la journée de mercredi avec quelques gains, mais a reculé en milieu de journée, perdant 12 points. Les marchés canadiens ont ouvert sans direction jeudi, toujours marqués par l’inquiétude concernant les disputes commerciales. Le TSX progressait vendredi, entrainé par les actions des métaux précieux, alors que la demande d’or, un actif refuge, augmentait en raison des préoccupations concernant la croissance économique mondiale et des incertitudes politiques.

 

Fonds Monétaire International

Après révision, Le Fonds Monétaire International (FMI) a de nouveau révélé que leurs prévisions relativement à la croissance économique mondiale seraient à la baisse. « Bien que la croissance mondiale en 2018 soit restée proche des sommets atteints après la crise, l’expansion s’affaiblit, et à un rythme un peu plus rapide que prévu », a expliqué sa nouvelle économiste en chef, Gita Gopinath. « Ces révisions sont certes modestes », a-t-elle observé à Davos, dans les Alpes suisses, à la veille de la tenue du Forum économique mondial. « Cela ne signifie pas que nous soyons au bord d’une grande récession, mais il convient de dresser un état des liens des nombreux risques grandissants. »

Le FMI anticipe une croissance mondiale de 3,5 % pour 2019, alors qu’il avait estimé une augmentation de 3,7 % pour 2018. Dans sa dernière prévision en octobre dernier, il avait présagé une croissance de 3,7 % pour 2019. Pour ce qui est du Canada, le FMI estime que la croissance du pays sera de 1,9 % plutôt que de 2 % comme il avait anticipé en octobre dernier. Selon eux, les tensions commerciales sont un risque considérable pour la croissance de l’économie mondiale. « Une intensification de l’incertitude autour du commerce international briderait davantage l’investissement et perturberait les chaînes d’approvisionnement mondiales », a affirmé Gita Gopinath.

Taux endettement

Selon un récent sondage, le nombre de Canadiens qui sont à 200 $ ou moins de l’insolvabilité financière, et ce après avoir remboursé toutes leurs factures et leurs dettes mensuelles, est en hausse de 46 % ce trimestre. Cette même statistique se situait autour de 40 % au dernier trimestre. Le sondage, effectué en ligne par la société d’insolvabilité MNP au mois de décembre, révèle également que 31 % des gens interrogés affirment que leur salaire n’est pas suffisant pour payer l’ensemble de leurs dépenses mensuelles.

L’enquête démontre aussi que 45 % des gens soutiennent qu’ils devront s’endetter davantage afin d’être en mesure de payer leurs dépenses. « Les taux d’intérêt plus élevés, jumelés au fait que les dépenses des ménages sont supérieures à leurs revenus, font en sorte que certains sont incapables de réduire de manière considérable leur dette et, en fait, continuent à s’endetter, particulièrement s’ils doivent faire face à des dépenses imprévues », a déclaré Grant Bazian, président de MNP.

Conflit commercial

Alors que la dispute commerciale entre la Chine et les États-Unis persistent, les deux pays se sont donnés comme échéance le premier mars pour parvenir à un accord. Jeudi, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré sur CNBC qu’un accord était loin d’être conclu entre les deux pays. « Nous avons effectué un grand travail préliminaire, mais nous sommes à des milles et à des milles de trouver une solution », a-t-il déclaré, faisant chuter les marchés financiers, avant d’ajouter : « Il y a une chance raisonnable que nous trouvions un accord ». Il a d’ailleurs affirmé que le fait qu’un accord soit vraisemblablement encore loin « ne devrait pas surprendre », car « il y a de très nombreux points litigieux » alors que les négociations commerciales sont « compliquées ».

Les États-Unis tentent depuis plusieurs mois déjà d’amener la Chine à modifier ses pratiques commerciales jugées déloyales selon l’administration Trump. Washington souhaite que Pékin ouvre davantage son marché aux produits américains tout en cessant ses subventions aux entreprises. Le déficit commercial entre la Chine et les États-Unis a grimpé de 323,3 milliards de dollars en 2018, soit le plus important depuis 2006. Un litige qui pèse lourd sur les marchés depuis plusieurs mois déjà et qui inquiète de nombreux investisseurs.

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS