Blogue

6 décembre 2018

Les marchés toujours à la recherche d’un rebond

Par PRATTE

Blogue 9 fev FR

Les marchés toujours à la recherche d’un rebond

Malgré un bon départ, les marchés ont dégringolé tout au long de la semaine. Saluée par les investisseurs lundi, l’annonce d’une trêve commerciale de 90 jours entre la Chine et les États-Unis ne les a pas rassurés et ils continuent de craindre qu’un accord ne soit pas possible. L’arrestation de la fille du fondateur de la compagnie chinoise Huawei est venue remettre en doute la trêve commerciale entre les États-Unis et la Chine. Le pétrole a continué sa chute, perdant plus de 30 % de sa valeur dans les deux derniers mois. Voici donc ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

Marchés en bref

La trêve commerciale de 90 jours entre la Chine et les États-Unis a été largement applaudie lundi par les investisseurs. Cette annonce a fait bondir les trois principaux indices américains. Le Dow et le S&P 500 ont terminé la journée en hausse de 1,1 %, tandis que le Nasdaq prenait 1,5 %. Les entreprises pétrolières ont, quant à elles, profité du rebond du baril de pétrole. Chevron a clôturé avec des gains de 1,5 %, ExxonMobil de 2,2 %, ConocoPhillips de 4,4 % et Schlumberger de 2,7 %.

Le répit fut de courte durée et retour à la baisse pour les marchés au lendemain de la trêve entourant la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. Les investisseurs se montraient inquiets face aux nombreux enjeux entourant celle-ci. Ainsi, Boeing perdait 1,40 % et Caterpillar lâchait 3,77 %. Les trois principaux indices américains ont chuté drastiquement en fin de journée. Le Dow perdait 799,36 points, le S&P 500 chutait de 90,30 points et le Nasdaq cédait 3,8 %. Malgré la trêve commerciale, « les gens commencent à disséquer les détails du cessez-le-feu et s’aperçoivent qu’il va être difficile de trouver un accord définitif dans les 90 jours », a estimé Nate Thooft, de Manulife AM. Les investisseurs surveillaient de près le taux d’intérêt de dix ans qui reculait à 2.907 % ainsi que l’indice de volatilité. Effectivement, il s’agit d’un recul pour l’indice qui se retrouve au même niveau que le 23 novembre dernier. « Bien qu’il soit beaucoup trop prématuré de parler de récession pour l’instant, le marché est clairement en train de nous dire que la croissance et l’inflation vont ralentir l’an prochain », a commenté Karl Haeling, de LBBW.

Mercredi, les marchés boursiers américains étaient fermés pour les funérailles de l’ancien président des États-Unis, George H. W. Bush, décédé il y a quelques jours. La dégringolade des marchés s’est poursuivie jeudi alors que l’arrestation de la fille du fondateur de la compagnie chinoise Huawei, à Vancouver, a semé un doute sur la trêve commerciale entre les États-Unis et la Chine. Par conséquent, le Dow a ouvert en baisse de 451 points, le Nasdaq perdait 2 % et le S&P 500 abandonnait 1,5 %. « Les investisseurs craignent que la Chine se retire des négociations. Huawei est une énorme entreprise, plus grosse que Boeing, et c’est le deuxième plus gros vendeur de téléphones derrière Samsung », a ajouté M. Low. Wall Street a ouvert en ordre dispersé vendredi après un rapport sur l’emploi moins bon que prévu aux États-Unis.

Du côté du secteur canadien, le TSX a terminé en hausse lundi soutenu par le rebond des cours du pétrole, gagnant 77 points à la fermeture des marchés. Mardi, journée difficile pour le marché canadien, le TSX a terminé la journée en baisse de 211 points, tirés vers le bas par les titres du secteur de la santé (-4,6 %). Aphria perdait 20 % à la suite d’une publication d’un rapport d’un vendeur à découvert qui affirme que la société avait trop payé pour ses actifs. L’action est d’ailleurs en baisse de 65 % depuis le début de l’année. Les titres de Canopy Growth et d’Aurora Cannabis ont, quant à eux, clôturé la journée avec des pertes de 5 %. Le TSX était ouvert mercredi et a fermé en hausse de 119,05 points profitant d’une bonne performance du secteur de l’énergie. Jeudi, Le TSX a conclu la journée à son plus bas niveau en deux semaines, entrainé par les prix du pétrole alors que la Banque du Canada a prédit que cette baisse de l’or noir pourrait nuire à l’économie canadienne.

Pétrole

Bon début de semaine pour l’or noir qui a bénéficié d’une légère hausse lundi avec l’annonce d’une trêve commerciale entre la Chine et les États-Unis et une possible diminution de la production au sein de l’OPEP et du Canada. « C’est une bonne nouvelle parce qu’une escalade aurait pesé sur la demande de pétrole des deux premiers consommateurs mondiaux », ont souligné les analystes de Commerzbank. Lundi, le baril de WTI gagnait 4 % à la fermeture des marchés. Un rebond de courte durée alors que le pétrole était de retour à la baisse jeudi. Le prix du Brent passait sous le seuil des 60 $ après une déclaration du ministre saoudien de l’Énergie. « L’Arabie saoudite a suggéré une baisse de la production plus faible que ce que le consensus estimait », a expliqué David Madden, analyste pour CMC Markets.

L’Alberta a annoncé vouloir diminuer sa production de 325 000 barils par jour (une réduction de 8,7 %) pour lui permettre d’écouler ses stocks. C’est plus de 35 millions de barils qui attendent actuellement d’être exportés et qui coûtent 80 millions $ par jour au pays. Une décision qui fut applaudie par les investisseurs permettant ainsi un rebond du baril de pétrole canadien lundi. Il s’agit d’une augmentation de 9,58 % pour le Western Canadian select et de 7,88 $ pour le Canadian Crude Index. Le baril de West Texas Intermediate a également profité de cette annonce, accumulant des gains de 4,28 % lundi. Les membres de l’OPEP, en réunion depuis deux jours, sont parvenus à un accord de réduction de leurs productions. À la suite de cette nouvelle, le prix du pétrole a rebondi de 5 %.

Panier d’épicerie

Mauvaise nouvelle pour les Canadiens, un rapport indique que le panier d’épicerie devrait augmenter de 3,5 % au Canada en 2019. C’est une augmentation de 411 $ par année pour une famille moyenne. Selon le rapport, ce sont les légumes qui subiront la plus forte augmentation alors que le prix de ces derniers grimpera de 4 % à 6 %. La bonne nouvelle est que le prix de la viande devrait quant à lui connaître une réduction.

Cette augmentation se fera ressentir plus fortement dans les provinces de l’Ontario, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique, et se situera dans la moyenne au Québec et au Manitoba.
Selon le plus récent Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation 2019, cette augmentation serait liée à la fin de La Niña en 2019 et le retour probable d’El Niño « Pendant que l’Amérique du Sud et certaines parties de l’Asie seront affectées par des pluies abondantes, l’Amérique du Nord pourrait manquer d’eau. Comme c’est souvent le cas, El Niño sera vraisemblablement un facteur déterminant pour les prix alimentaires durant la prochaine année. »

Banque du Canada

La Banque du Canada a annoncé mercredi le maintien du taux directeur à 1,75 %, prenant une pause après la hausse d’un quart de point en octobre dernier. On se rappelle que l’institution bancaire a également renforcé son taux directeur cinq fois depuis l’été 2017. Dans son communiqué, elle explique cette décision face à une économie qui ne démontre aucun signe de surchauffe et que « l’expansion économique mondiale se modère » comme prévu par les experts. Malgré une bonne performance de l’économie canadienne au dernier trimestre, la Banque centrale estime qu’elle sera moins « dynamique » au quatrième trimestre.

Un ralentissement économique mondial est ressenti depuis quelques mois, marqués par des tensions géopolitiques. De plus, la chute récente du pétrole a ralenti l’activité pétrolière canadienne. Toutefois, la Banque du Canada affirme que le taux directeur pourrait augmenter au Canada pour permettre l’atteinte des cibles d’inflation.

Arrestation de la directrice financière de Huawei

L’arrestation de la directrice financière de Huawei, Wanzhou Meng, s’est ajoutée aux enjeux géopolitiques entourant la Chine et les États-Unis. Cette dernière a été arrêtée à la demande des États-Unis. La fille de Ren Zhengfei, fondateur de la compagnie, a été arrêtée alors qu’elle effectuait une escale à Vancouver. La compagnie […] n’est pas au courant d’un quelconque méfait de la part de Mme Meng a déclaré Huawei par voie de communiqué. Toutefois, selon un article de Radio-Canada, le Wall Street Journal a révélé il y a quelques mois que les autorités américaines menaient une enquête depuis 2016 sur « des allégations selon lesquelles Huawei aurait envoyé des produits américains vers l’Iran et d’autres pays, violant ainsi les lois et les sanctions américaines sur l’exportation ». Cette arrestation s’ajoute aux nombreux conflits qui opposent la Chine et les États-Unis, le tout affectant directement les marchés mondiaux.

Huawei, fondée par un ancien général de l’armée chinoise, a souvent fait l’objet d’accusations d’espionnage par les occidentaux, pour le compte des autorités chinoises. La société est également en compétition directe avec les grandes compagnies occidentales telles que Nokia et Ericsson pour la mise en place de la technologie 5G, qui devrait remplacer celle du 4G en 2019. Les États-Unis ont déjà convaincu plusieurs pays à ne pas faire affaire avec Huawei par crainte pour la sécurité nationale.

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrite auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS