Blogue

2 novembre 2018

Un mois d’octobre sanglant

Par PRATTE

 

Blogue 9 fev FR

Le mois d’octobre se termine enfin et un nouveau mois s’amorce, qui espérons-le, sera moins turbulent. La majorité des indices et des titres ont terminé le mois dans le négatif. Les actions du groupe FAANG, en tête des récents déboires de la bourse, ont vécu un mois plutôt volatile. Notre vice-président et chef de la conformité, Raymond Pratte, a récemment participé au Forum exécutif de Morningstar à titre de panelliste. Voici ce qui s’est passé sur les marchés cette semaine.

Marchés en bref

Après une semaine difficile, les marchés ont ouvert à la hausse lundi, pour chuter drastiquement en milieu de journée et finalement clôturer en baisse. Le Dow perdait 1 %, le Nasdaq cédait 1,6 % et le S&P 500 reculait de 0,7 %. Bref, une journée où les investisseurs se sont montrés nerveux face à une volatilité à la hausse. Mardi, malgré quelques hésitations à l’ouverture, les trois indices grimpaient lentement après avoir ouvert en baisse, laissant un peu de répit aux investisseurs. De gros noms tels que Netflix et Amazon reculaient en début de session, imposant une pression sur le Nasdaq.

Les trois principaux indices américains ont ouvert en hausse mercredi, pour une deuxième journée consécutive soutenue par une montée des titres du groupe FAANG et par la publication de solides résultats trimestriels. Le Dow a débuté la journée à la hausse avec une augmentation de 300 points, le S&P gagnait 1,4 % tandis que le Nasdaq avançait de 2,3 %. Le titre de Facebook gagnait plus de 6 % et celui de General Motor bondissait de 7 % après de bons résultats trimestriels.

Jeudi, nouveau mois, nouveau départ pour les indices boursiers qui ont tous ouvert en hausse. En matinée, le président américain a déclaré que sa dernière conversation avec la Chine sur les tensions commerciales avait été positive ce qui a fait bondir le Dow de 200 points. Les indices ont clôturé la journée à la hausse, poursuivant leur récent rebond. Vendredi, le Dow et le S&P 500 ont ouvert en hausse, optimistes face aux récentes discussions sur le commerce entre les États-Unis et la Chine. Le Nasdaq a débuté la séance sans direction, tiré vers le bas par le titre d’Apple qui perdait 4,2 %, ramenant sa capitalisation boursière à moins de 1 000 milliards de dollars. Les investisseurs se sont montrés déçus face aux prévisions de revenus à la baisse pour le trimestre en cours et celui qui couvre la période des fêtes. Toutefois, les revenus de la société sont en hausse de 32 % par rapport à la même période l’an dernier. Apple a engrangé des profits de 14,1 milliards lors de ce trimestre.

Le TSX a imité ses homologues américains lundi en terminant la journée en baisse de 166,51 points. Mardi, l’indice était toujours dans le rouge, entrainé par la baisse des prix du pétrole. En effet, les signes d’une possible augmentation de l’offre mondiale ont mis de la pression sur les stocks d’énergie. Mercredi, le TSX a ouvert en hausse de 0,6 % aidé par un regain des titres du secteur de la santé (+2,3 %) qui incluent les titres du cannabis et ceux de l’énergie (2,1 %). Ainsi, Aphria gagnait 7 %, Aurora ajoutait 5,6 % tandis que Canopy avançait de 4,6 %. Jeudi, le TSX a commencé la journée positif, aidé par la hausse du prix de l’or. L’indice canadien a ouvert en hausse de 62 points vendredi, alors que l’économie canadienne ajoutait 11 200 emplois en octobre avec une embauche à temps plein plus élevée, alors que le taux de chômage a diminué de 0,1 pour se fixer à 5,8 %.

Les marchés en octobre

Historiquement, le mois d’octobre est souvent difficile pour les marchés alors que plusieurs journées noires (black days) ont lieu durant ce mois. Comme le « crash » de 1987 communément appelé le « Black Friday » qui a eu lieu le 19 octobre et durant lequel le Dow a perdu plus de 22 %. Cette année en fut une particulièrement sanglante, entre autres marquée par les tensions commerciales et la hausse des taux d’intérêt. Après avoir clôturé dans le vert pour la dernière journée du mois, les trois principaux indices ont enregistré des performances mensuelles à la baisse. Le Dow a subi sa pire chute mensuelle depuis 2016 perdant plus de 5 %, le Nasdaq a, quant à lui, obtenu son pire record depuis 2008 avec une baisse de 9,2 % tandis que le S&P a cédé 6,9 % sa pire performance depuis 2011. La bourse de Toronto n’a pas été épargnée alors qu’elle a également enregistré sa pire performance depuis mai 2012.

« Rechercher les occasions d’achat lors de baisses du marché est devenu une proposition plus risquée pour les investisseurs. Non seulement parce que les marchés s’ajustent après avoir surévalué le potentiel de croissance des résultats, mais aussi parce que leur repli survient tardivement dans les cycles économique et boursier » estime Martin Roberge, de Canaccord Capital. Toutefois, le mois de novembre est souvent un excellent point de transition. En effet, le début de celui-ci annonce l’arrivée des six meilleurs mois de l’année. Est-ce que nous sommes en train de vivre la fin du plus long marché haussier ? Où vivons-nous une correction technique ? Le mois de novembre saura certainement répondre à nos questions.

La réglementation des donneurs de conseils s’alourdit

Notre vice-président et chef de la conformité, Raymond Pratte, a participé récemment à titre de panelliste au Forum exécutif de Morningstar. Le forum portait sur les occasions ainsi que les défis pour l’industrie du conseil financier. La majorité du panel a déclaré appréhendé l’impact que les nouvelles dispositions du Règlement 31-103 et la loi 141 auront sur les représentants et leurs clients. « Ce fut un défi technologique », concède Raymond Pratte. « Mais ça a été réglé à temps. Une fois tout en place, ça s’est bien passé. Certains clients ont posé des questions, mais rien de significatif », poursuit le vice-président et directeur de la conformité de la firme de Gatineau.

Ce dernier s’inquiète toutefois de la subjectivité de ces règles. « Par exemple, si je prends le KYC (Know Your Client c.-à-d. les exigences en matière de connaissance du client). On exige des informations exhaustives au sujet du client. Est-ce que les règles actuelles (actifs, revenu, situation financière, objectifs de placement, tolérance au risque) suffisent ? Prenons la tolérance au risque. Je ne suis pas certain qu’un client qui a investi le mois passé ait la même tolérance au risque si le marché a subi une correction. », poursuit-il. « Moi, comme conseiller ou firme, suis-je responsable ? C’est subjectif et cela m’inquiète. » Un article à lire pour mieux comprendre la mise en place de ces nouvelles lois.

Titres technologiques

Ce fut un mois pénible pour les titres technologiques du groupe FAANG (Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google) qui sont à la tête de la récente chute des marchés. Les investisseurs se sont retirés des actions composant le FAANG, habituellement hyper performantes, alors que cinq des six entreprises les plus profitables font partie de ce groupe. Les investisseurs craignent les récentes politiques protectionnistes du Président Donald Trump. « Du point de vue des fondamentaux, les investisseurs s’inquiètent pour les bénéfices des entreprises, ils craignent de voir les tensions commerciales augmenter leurs coûts et donc rogner sur les marges, et ils redoutent l’impact d’un ralentissement de la croissance », a déclaré Karl Healing de LBBW.

Facebook a perdu plus de 7,7 % pendant le mois d’octobre, malgré la publication de résultats trimestriels qui se sont avérés meilleurs que prévu. En effet, selon ses résultats, Facebook aurait réussi à amasser plus de 13 milliards de dollars en revenu. Amazon a, quant à lui, chuté de plus de 20 % perdant plus de 200 milliards en capitalisation boursière, sa pire performance depuis 2008. Netflix a reculé de 19,3 % et Google a terminé octobre en chute de 9,8 %. Le titre d’Apple est celui qui a subi le moins de turbulence durant le mois, clôturant le mois en baisse de 3,3 %. Les entreprises du groupe ont perdu collectivement plus de 400 milliards en capitalisation boursière en octobre. Malgré un retour à la hausse mercredi pour les titres du groupe, ce fut tout de même un mois volatile pour les titres du secteur technologique.

 

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrit auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS