Blogue

30 novembre 2018

Les commentaires de la Fed redonnent de la vigueur aux marchés

Par PRATTE

blogue 30 nov FR

Wall Street a encore vécu une semaine rebondissante. Les plus récents commentaires de la Fed en rapport au marché ont donné de la vigueur aux indices américains mercredi pour ainsi terminer la journée en forte hausse. Toutefois, les tensions commerciales continuent d’affecter les marchés. General Motors a annoncé cette semaine une restructuration de ses dépenses avec la fermeture de plusieurs usines dont celle d’Oshawa, au Canada.   Cette annonce a fait bondir le titre de la compagnie. Voici donc ce qui s’est passé cette semaine sur les marchés.

 

Marchés en bref

Bon début de semaine pour les marchés qui ont terminé la séance en hausse lundi grâce à un rebond des valeurs du secteur de la technologie ainsi que celui de la consommation. Apple a clôturé avec des gains de 1,4 %, Facebook gagnait 3,5 % et Alphabet prenait 2,5 %.

Mardi fut toutefois plus difficile. Les trois principaux indices américains ont ouvert à la baisse après les doutes émis par le président américain sur un éventuel accord entre son pays et la Chine. En entrevue avec le Wall Street Journal, Donald Trump a annoncé qu’il était « hautement improbable » qu’il annule la hausse prévue de taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine. Cette annonce a donc réitéré sa menace d’imposer des taxes supplémentaires sur les 267 milliards de dollars de produits chinois. La plupart des indices technologiques ont ouvert à la baisse mardi.

Mercredi, les marchés américains ont ouvert en hausse en attente d’un discours du président de la Réserve fédérale américaine (Fed). Ce dernier a affirmé dans son allocution vouloir ralentir le rythme de la montée des taux d’intérêt. Les investisseurs ont salué les commentaires de Jérôme Powell et Wall Street a terminé en forte hausse mercredi.

Jeudi, on observe un retour à la baisse pour les trois principaux indices américains. Les marchés surveillent de près une possible rencontre entre la Chine et les États-Unis au sommet du G20 en Argentine. Les marchés ont finalement clôturé la journée en baisse, marquant une pause après trois bonnes séances. Vendredi, Wall Street a ouvert en ordre dispersé alors que les investisseurs demeuraient sur leur garde avant la rencontre entre le président américain et le président chinois pendant le G20.

Le TSX a, lui aussi, connu un bon début de semaine, clôturant la journée en hausse de 1,92 point, soutenue par le secteur de la technologie de l’information. Effectivement, celui-ci a gagné 2,5 % grâce aux titres de Shopify et BlackBerry. Mardi, la bourse de Toronto a ouvert en baisse de 8,55 points. Le TSX a, quant à lui, commencé la journée en terrain positif mercredi, aidé par de solides résultats trimestriels de la Banque Royale du Canada. L’indice torontois a clôturé en hausse de 227,16 points, soit sa plus importante hausse quotidienne depuis le 17 février 2016. Le TSX a poursuivi sur sa lancée jeudi, débutant la journée en hausse, en partie grâce à une bonne performance du secteur de l’énergie. L’indice torontois a ouvert en baisse vendredi, entrainé par la mauvaise performance du pétrole.

General Motors

Près de dix après son sauvetage, la survie de General Motors a de nouveau été remise en cause cette semaine. Le producteur automobile a annoncé la fermeture de sept usines, soit quatre aux États-Unis, une au Canada et deux à l’extérieur de l’Amérique du Nord. La fermeture de son usine d’Oshawa en Ontario provoque une perte de plus de 2500 emplois affectant grandement la région et la province. Une annonce difficile alors qu’en 2008, le gouvernement canadien et celui de l’Ontario avaient injecté plus de 13,7 milliards afin de sauver GM Canada et Chrysler Canada de la faillite.

À la suite de cette nouvelle, le titre a bondi de 4,8 % alors que les investisseurs se sont réjouis de cette annonce. GM réduira de 15 % son nombre d’employés salariés et de 25 % ses effectifs, offrant donc une possibilité d’augmenter ses profits au courant des prochaines années. Le constructeur a également annoncé la fin de la fabrication de plusieurs modèles soit la Volt, la Cruze et l’Impala. Cette décision a été prise pour tenter de plaire aux consommateurs américains qui sont de plus en plus attirés par les multi segments, les véhicules utilitaires sport et les camionnettes. Mercredi, le président Trump a demandé à GM, via Twitter, de rembourser tout l’argent qui leur avait été prêté lors de la crise financière de 2008. À la suite de cet avertissement, le titre de la compagnie reculait de 1,21 %.

Fed

Wall Street a accueilli avec optimisme les derniers commentaires de la Réserve fédérale américaine qui envisage une pause dans la hausse des taux d’intérêt. Un changement de ton pour la Banque qui a semblé plaire aux investisseurs qui craignaient une montée trop rapide des taux provoquant un ralentissement économique aux États-Unis. « Il a dit les mots magiques, “rates are just below neutral”, c’est ce qui a fait bondir le marché, a déclaré Gregori Volokhine, analyste chez Meeschaert Financial Services. Les analystes s’attendent tout de même à une hausse des taux lors de la prochaine rencontre de la Fed en décembre prochain.

“Les taux d’intérêt sont toujours bas selon les critères historiques et ils demeurent juste au-dessous (…) d’un niveau qui serait neutre pour l’économie, c’est-à-dire sans stimuler ni ralentir la croissance”, a expliqué le président de la Banque centrale américaine Jérôme Powell, justifiant ainsi des hausses à venir. La Fed a haussé ses taux six fois depuis l’élection de Donald Trump. De son côté, le président continue de critiquer les dernières décisions de la banque centrale. La Fed tente de trouver un certain équilibre entre sa vitesse d’exécution et la croissance économique. Ainsi, ils hésitent entre deux options soit : ralentir leur niveau d’exécution et risquer de raccourcir la croissance économique, ou accélérer leur niveau d’exécution et ainsi risquer surchauffer l’économie.

Pétrole

La dégringolade de l’or noir s’est poursuivie cette semaine, alors que le prix du baril du Brent a perdu plus de 20 % pendant le mois de novembre. Le baril texan WTI a quant à lui chuté de 21 % en novembre et de 10,84 % en octobre. En quelques semaines seulement, les prix du brut sont passés de leur plus haut sommet en quatre ans à une chute les positionnant dans un marché baissier. Les prix vivent la pression d’une surabondance ainsi que d’un ralentissement économique mondiale qui a fait baisser la demande. La demande pour l’Or noir est en baisse, l’Europe, l’Asie et l’Inde ayant diminué récemment leurs appétits pour le pétrole. L’article de CNN sur le sujet explique bien cette soudaine chute.

RBC

La Banque Royale du Canada a déposé cette semaine des résultats trimestriels meilleurs que prévu. L’institution financière affiche une hausse de 15 % de ses profits et un record de 12,4 milliards en gain. La hausse des taux d’intérêt ainsi que la dernière réforme fiscale aux États-Unis ont soutenu cette belle performance de la banque. “Même si la montée du protectionnisme et les risques géopolitiques ont créé de l’incertitude tout au long de l’année, nos résultats ont bénéficié de la hausse des taux, de la progression du produit intérieur brut et des (baisses d’impôt) Américaines”, a expliqué le président et chef de la direction de la RBC, Dave McKay, mercredi.

La banque a de plus augmenté son bénéfice net par action, maintenant établie à 2,20 $ alors qu’il était à 1,88 $ au quatrième trimestre l’an dernier. Cette bonne performance de la plus grande Banque canadienne est surtout due à l’amélioration des résultats provenant des secteurs des Services bancaires aux particuliers et aux entreprises, des Marchés des Capitaux et de celui de la Gestion de patrimoine et Assurance.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrit auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS