Blogue

15 juin 2018

L’effet Trump

Par PRATTE

googleplus-505033250-FR

Les marchés financiers ont connu une bonne semaine malgré les différents affronts du président Trump envers ses alliés. Le géant des télécoms AT&T a finalement gagné sa bataille alors qu’un juge américain a tranché en sa faveur, lui permettant ainsi de faire l’acquisition de Time Warner. Mercredi, Donald Trump a accusé l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de faire augmenter les prix du pétrole, à quelques jours de la réunion à Vienne. Finalement, selon une étude de l’Université du Texas publiée mercredi, une manipulation des cours du bitcoin pourrait être à l’origine de sa flambée en 2017. Voici nos cinq meilleures lectures de la semaine.

Veuillez noter que ceci sera notre dernière publication alors que le blogue prendra relâche pendant la période estivale et sera de retour en septembre. Nous profitons de l’occasion pour vous souhaiter un bel été et pour vous remercier de votre fidélité.

 

Marchés en bref

Les marchés ont commencé la semaine en force malgré les ratés du G7, les investisseurs préférant se concentrer sur une semaine remplie d’événements politiques et monétaires. Cette performance s’est étalée jusqu’à la fin de la journée avec une clôture de séance à la hausse. Le Dow a terminé avec des gains de 0,02 %, le Nasdaq a monté de 0,2 % et le S&P 500 avançait de 0,1 %.

Mardi, le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-Un a été accueilli positivement par Wall Street et les trois principaux indices américains ont ouvert en légère hausse. « C’est un événement historique et c’est le début d’un processus prometteur, mais malgré les gros titres positifs il reste encore beaucoup de questions en suspens, d’où sans doute la réaction modérée du marché », a avancé Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. Le titre de Twitter gagnait 6,6 % et Tesla avançait de 6 %.

Mercredi, les marchés ont ouvert en légère hausse, influencé par les investisseurs qui attendaient avec prudence les détails de la réunion de la Fed. Le Dow a débuté la journée avec des gains de 0,11 %, le Nasdaq grimpait de 0,16 % et le S&P 500 avançait de 0,05 %. La journée s’est toutefois terminée à la baisse pour les trois principaux indices américains à la suite de la diffusion d’un communiqué de la Fed sur sa récente réunion. La banque centrale américaine s’est montrée plus optimiste concernant la santé de l’économie, un resserrement de sa politique monétaire pourrait donc être envisagé. « Les décisions de la Fed correspondaient plutôt aux attentes, mais le fait qu’elle se soit montrée un peu plus agressive que prévu a pu rendre quelques investisseurs nerveux », a souligné Art Hogan de Wunderlich Securities.

Jeudi, les marchés ont ouvert à la hausse, soutenue par de solides données économiques dépassant les attentes. De plus, les investisseurs se sont montrés optimistes face aux annonces de la BCE qui a décidé de conserver ses taux d’intérêt inchangés et précisé le calendrier de son programme d’achat d’obligations. Vendredi, l’annonce des tarifs douaniers imposés à la Chine par les États-Unis est venue secouer les marchés. Le Dow a ouvert en baisse de 0,23 %, le Nasdaq perdait 0,46 % et le S&P 500 abandonnait 0,17 %.

Du côté du secteur canadien, le TSX a fait bonne figure lundi, terminant la séance avec des gains de 60,60 points, soutenue par le secteur de l’énergie en hausse de 0,77 %. Le dollar canadien a limité ses pertes face aux menaces du président américain, se négociant 76,96 cents US, en baisse de 0,19 cent US par rapport à son cours moyen de vendredi. Mardi, la bourse de Toronto a ouvert en baisse de 0,06 %, toujours influencée par le secteur de l’énergie. Mercredi, le TSX était en hausse de 12,48 points à l’ouverture, soutenu par les secteurs de l’énergie et les titres financiers. Il a toutefois clôturé la séance en baisse de 23,16 points. Jeudi, il a ouvert en hausse de 6,09 points, neuf de ses onze secteurs étant positifs, avec en tête le secteur de l’énergie qui gagnait 0,3 %. Vendredi, le TSX a ouvert en baisse, comme ses homologues américains, étant lui aussi touché par la récente annonce des États-Unis.

La fusion d’AT&T et Time Warner

Le géant des télécoms AT&T a finalement gagné sa bataille mardi alors qu’un juge américain a tranché en sa faveur, lui permettant ainsi de faire l’acquisition de Time Warner. Une transaction de 85 milliards de dollars qui permettra la fusion de deux des plus grandes entreprises des médias et des télécoms. Les autorités américaines ainsi que l’administration Trump jugeaient que cette alliance viendrait créer des effets négatifs autant pour les consommateurs que pour la concurrence. Toutefois, AT&T et Time Warner le voyaient autrement, affirmant que cette fusion devenait nécessaire pour concurrencer contre les géants émergents de la Silicon Valley tels que Netflix et Amazon. Le juge a souligné dans son jugement de 170 pages que le gouvernement avait été incapable d’apporter la moindre preuve que cette transaction pourrait pénaliser les consommateurs.

Cette fusion qui va donner naissance à un mastodonte entrera en vigueur dès le 20 juin, et ce sans condition imposée par le jugement. AT&T est le plus grand câblo-opérateur aux États-Unis ainsi que le deuxième opérateur mobile. Time Warner, quant à lui, est propriétaire de la chaîne HBO, des studios de cinéma Warner et de la chaîne d’informations CNN pour n’en nommer que quelques-uns. Mercredi, au lendemain de sa victoire, le titre d’AT&T chutait de -3,82 % tandis que celui de Time Warner gagnait +3,70 %.

Trump accuse l’OPEP

Reconnu pour ses nombreux « tweets », le président américain a continué sa tirade quotidienne. Après avoir lancé plusieurs tweets en direction du Canada, voilà que mercredi, Donald Trump a accusé l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de faire augmenter les prix du pétrole. « Les prix du pétrole sont trop élevés, c’est encore l’OPEP qui est à la manœuvre. Pas bon ! », a tweeté le président. Les prix du pétrole sont en hausse d’environ 60 % depuis la dernière année à la suite d’un ralentissement de production des membres de l’OPEP et les non-membres en 2017. Cette manœuvre avait comme objectif de réduire l’offre excédentaire.

Le cartel se rencontrera la semaine prochaine pour discuter de la possibilité de prolonger cette entente. Le gouverneur iranien de l’OPEP, Hossein Kazempour Ardebili, a riposté rapidement aux propos de Trump. « Vous ne pouvez pas imposer de sanctions à deux membres fondateurs de l’OPEP et reprocher encore à l’OPEP la volatilité des prix du pétrole », a-t-il déclaré dans un communiqué à Reuters, se référant à lui-même et au Venezuela.

Le bitcoin manipulé ?

Selon une étude de l’Université du Texas publiée mercredi, une manipulation des cours pourrait être à l’origine de la flambée du bitcoin en 2017. L’étude accuse le Tether, une cryptomonnaie développée par Bitfinex, une des plateformes d’échange. La cryptomonnaie Tether est indexée sur le dollar US, ce qui la rend plus stable et permet également de se procurer des bitcoins. Bref, un Tether vaut toujours un dollar. « L’émission de Tethers pourrait significativement faire grimper les prix des cryptomonnaies en générant une demande artificielle pour celles-ci », selon l’étude. « Si le cours du bitcoin augmente, alors les fondateurs peuvent vendre les bitcoins acquis contre des dollars, probablement à un rythme plus lent et de manière opaque » dans le but d’empêcher une diminution des cours équivalents à la hausse qu’ils ont provoquée, et remettre leur réserve de billet vert en place.

D’après l’étude, le « Tether semble être utilisé pour manipuler et stabiliser les prix du bitcoin », indique le chercheur. « Moins de 1 % des heures avec de telles transactions en Tethers est associé à 50 % de la montée fulgurante du bitcoin et à 64 % de celles des principales autres cryptomonnaies », selon l’étude. Au mois de mai, les autorités américaines ont ouvert une enquête criminelle sur les cryptomonnaies afin de découvrir si les investisseurs en manipulaient le prix. Depuis le dernier mois, le bitcoin a perdu 25 % de sa valeur et s’échangeait mercredi à 6 485 $, une baisse de 13 % en seulement deux jours. Un article à lire pour mieux comprendre cette nouvelle étude qui pourrait venir ternir l’avenir des cryptomonnaies.

Tarifs douaniers

Vendredi était la date limite que l’administration Trump s’était fixée pour la publication de la liste des produits chinois qui seront frappés par les tarifs douaniers. Ainsi, le président américain a annoncé que son gouvernement imposerait des droits de 25 % sur plus de 50 milliards de dollars US d’importations de produits chinois alors que Donald Trump continue de croire que les pratiques commerciales de la Chine sont injustes. La Chine a rapidement répliqué en mentionnant que le pays « prendrait les mesures nécessaires pour défendre nos droits et intérêts légitimes ». Toutefois, les États-Unis ont besoin du soutien de la Chine dans sa négociation sur la dénucléarisation nord-coréenne.

Wall Street observe de près les tensions commerciales en cours alors que les investisseurs demeurent méfiants craignant que ces tarifs puissent nuire à la croissance économique en cours. « Si vous vous retrouvez avec une bataille tarifaire, vous allez vous retrouver avec une inflation des prix, et vous pourriez vous retrouver avec des dettes de consommation, des facteurs historiques pour un ralentissement économique », a déclaré Gary Cohn, ancien conseiller économique de Trump.

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrit auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS