Blogue

14 avril 2017

L’action d’United Airlines en chute et la Banque du Canada maintient son taux

Par PRATTE

14 avril avion FR

 

 

Cette semaine, la vidéo virale où l’on voit un homme être évacué de force d’un avion d’United Airlines a frappé la compagnie de plein fouet et fait chuter le prix de son action à Wall Street. La Banque du Canada a annoncé le maintien de son taux directeur à 0,5 % et déclaré que l’économie canadienne se portait de mieux en mieux. Puis, l’action de BlackBerry a augmenté après que la compagnie ait annoncé avoir gagné sa cause en arbitrage contre le géant de télécommunication, Qualcomm. Loblaws a annoncé la création de 10 000 emplois en 2017 et le pétrole continue de vivre les hauts et les bas des producteurs. Voici nos 5 meilleures lectures de la semaine.

L’action d’United Airlines chute

Quel désastre pour la compagnie aérienne United Airlines qui vit une crise majeure de relation publique qui pourrait grandement affecter sa marque de commerce ! En effet, la publication par un passager d’une vidéo où l’on voit un homme être évacué de force de l’avion a fait le tour de la planète alors que les réseaux sociaux se sont enflammés face à ce geste de violence. Le titre a vécu des heures difficiles suivant la publication de la vidéo virale et a chuté de 4 %. Plusieurs consommateurs se sont insurgés face aux pratiques douteuses des compagnies aériennes à travers le monde alors que ces dernières utilisent la surréservation des sièges. Cette pratique signifie qu’un billet d’avion ne garantit pas un siège à bord du vol choisi sauf qu’il existe des indemnités pour les voyageurs qui sont victimes de cette façon d’agir. Plusieurs experts affirment que sans la surréservation de sièges, les billets d’avion seraient plus dispendieux. En réponse à l’incident, les premiers commentaires qui ont émergé du président de la compagnie, Oscar Munoz, ont qualifié le voyageur de « perturbateur et d’agressif » alors que la compagnie ne remettait aucunement en question son intervention. Avec la tempête médiatique grandissante, le président s’est finalement rétracté, 24 heures plus tard, et a présenté ses excuses à tous les passagers du vol. Oscar Munoz a également affirmé, lors d’une entrevue, qu’United Airlines ne ferait plus appel à la police pour expulser des passagers ayant « acheté leur billet (ou) déjà assis » dans l’avion. « Nous ne le ferons plus », a-t-il confirmé. À l’ouverture de la bourse mercredi, l’action avait repris du tonus, mais il demeure que cet évènement a ouvert la porte à plusieurs questionnements face aux agissements des compagnies aériennes. Au Canada, le ministre des Transports, Marc Garneau, a annoncé mardi que le gouvernement canadien allait protéger les droits des passagers aériens afin qu’un incident comme celui qui s’est passé sur le vol d’United Airlines ne se produise jamais au Canada. Une « charte des droits » qui avait vu le jour en novembre dernier, sera remise à l’ordre du jour et devrait entrer en vigueur en 2018.

Banque du Canada

Sans grande surprise, la Banque du Canada a annoncé mercredi qu’elle maintiendrait à nouveau son taux directeur à 0,5 %. La Banque « reconnaît la robustesse des données récentes, qui est temporaire dans certains cas, et tient compte des incertitudes considérables pesant sur les perspectives » pour justifier sa décision. Cette dernière accorde néanmoins que la croissance économique a été plus rapide au pays que ce qu’elle avait prévu en janvier. « La croissance a été stimulée de façon temporaire par une reprise des dépenses dans le secteur pétrolier et gazier et les effets de l’Allocation canadienne pour enfants sur les dépenses de consommation ». Toutefois, la Banque demeure prudente sur une possible reprise de l’économie canadienne qu’elle juge, apparemment, de temporaire. « La croissance des exportations a été inégale face aux défis qui subsistent sur le plan de la compétitivité. De plus, malgré une amélioration récente de la confiance, les investissements des entreprises demeurent bien inférieurs à ce qu’on pourrait attendre à ce stade de la reprise. Par conséquent, bien que le redressement du PIB observé dernièrement soit encourageant, il est trop tôt pour conclure que l’économie suit une trajectoire de croissance soutenable », a-t-elle mentionné. La Banque admet cependant que l’économie roule à bon train, ce qui l’amène à rehausser amplement son scénario de croissance pour 2017. De 2,1 % en janvier, le rythme d’expansion est maintenant calculé à 2,6 %. Le logement serait un des principaux facteurs de l’augmentation de la prévision pour 2017. « La contribution de l’investissement résidentiel à la croissance du PIB réel cette année devrait être beaucoup plus élevée qu’on ne l’envisageait en janvier, » lit-on dans le Rapport sur la politique monétaire. Il s’agit là de la principale raison expliquant la révision à la hausse de la croissance du PIB en 2017. Lors de son dernier rapport en janvier dernier, la Banque prévoyait que l’économie canadienne tournerait à plein régime au milieu de l’année 2018, elle prévoit désormais que ce sera dans un an.

BlackBerry

L’action de BlackBerry était en hausse mercredi matin alors que la compagnie a déclaré avoir obtenu en arbitrage la somme 815 millions US provenant de la compagnie Qualcomm. La compensation finale, soit celle incluant les intérêts et les frais juridiques, sera annoncée le 30 mai prochain. Cette déclaration a fait grimper l’action de BlackBerry de 16 %, à 8,94 $ alors que le titre de Qualcomm a pour sa part perdu 1 % à 54,81 $. Qualcomm est une compagnie reconnue pour la conception et la commercialisation de processeurs pour téléphones portables et se spécialise dans la conception et la mise en place de solutions de télécommunication. Les deux sociétés avaient convenu l’année dernière d’arbitrer un désaccord concernant l’acceptation par Qualcomm de certaines redevances appliquées aux paiements effectués par BlackBerry en vertu d’un contrat de licence. Le patron de BlackBerry, John Chen, affirme que les deux compagnies entretiennent une relation de longue date tout en continuant d’être des partenaires valorisés. « Nous sommes ravis que le comité d’arbitrage se soit prononcé en notre faveur et nous espérons collaborer avec Qualcomm », a déclaré Chen dans un communiqué. De son côté, Qualcomm a déclaré que bien qu’elle soit en désaccord avec la décision, celle-ci est obligatoire et qu’un appel à la décision ne semble pas possible. La société a déclaré que la décision est limitée aux dispositions propres au contrat de licence entre les deux compagnies et n’a aucun impact sur les autres ententes de licence. Le gouvernement américain a récemment accusé Qualcomm de recourir à des tactiques anticoncurrentielles pour maintenir un monopole sur les principaux semi-conducteurs dans les téléphones portables. BlackBerry, qui a une évaluation de marché d’environ 5,45 CA $ milliards, a enregistré un chiffre d’affaires de 1,31 milliard de dollars canadiens en 2016, tandis que Qualcomm, qui possède une capitalisation boursière de 81,75 milliards de dollars, a enregistré un chiffre d’affaires de 23,5 milliards de dollars. BlackBerry souhaite investir davantage dans la croissance de ses logiciels et la sentence arbitrale devrait renforcer le bilan de l’entreprise et ainsi augmenter ses probabilités d’acquisition, estime l’analyste de Canaccord Genuity Michael Walkley. Ce dernier a augmenté son prix cible, le faisant passer de 8 $ à 9,50 $.

Loblaws

Loblaws a annoncé jeudi qu’elle ouvrira 30 nouveaux magasins et créera 10 000 emplois. La compagnie a également indiqué qu’elle prévoit l’investissement de 1,3 milliard de dollars dans l’économie canadienne en créant des milliers d’emplois dans la vente au détail, des secteurs d’activité connexes et de la construction. La compagnie veut également effectuer la rénovation de plus de 500 magasins. Loblaws aimerait s’orienter vers le commerce électronique tout en continuant de miser sur l’intégration de produits frais dans certains de ses magasins Shoppers Drug Mart/Pharmaprix. Rappelons que la chaîne Loblaws possède plus de 2 400 magasins et détient également les bannières Maxi et Provigo. Le géant de l’alimentation a effectué des plans d’expansion similaires au courant des deux dernières années, dépensant plus de 1,2 milliard de dollars tout en ajoutant 50 magasins en 2015, et un autre milliard de dollars l’an dernier pour rénover les emplacements existants. L’expansion de cette année comprendra « le déploiement du programme de Click & Collect e-commerce, l’amélioration des services de santé et de bien-être et l’inclusion de produits frais dans certains magasins Shoppers Drug Mart », a déclaré la société dans un communiqué. Une nouvelle qui permettra certainement à l’économie canadienne d’en bénéficier.

Pétrole

Le secteur pétrolier commence enfin à atteindre un équilibre a affirmé le chef de l’industrie pétrolière et division des marchés à l’Agence internationale de l’énergie (AIE). « Nous constatons que la croissance de demande est constante sur le marché du pétrole et nous pensons que l’équilibre devrait être atteint bientôt alors que les chiffres sont là pour l’appuyer », a déclaré Neil Atkinson peu de temps après que l’AIE ait publié son rapport mensuel sur le pétrole. Le 7 avril, les réserves commerciales de brut ont reculé de 2,2 millions de barils pour revenir à 533,4 millions de barils. Pendant trois ans, le marché a été submergé par une trop grande offre, incitant les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et certains producteurs non-OPEP à accepter de réduire la production au premier semestre de 2017 afin de freiner la surabondance. « Le marché est maintenant revenu à quelques dollars de ses plus hauts niveaux de l’année, mais, pour continuer à monter, il va lui en falloir plus », a résumé Gene McGillian, de Tradition Energy. Alors que les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) continuent d’imposer des plafonds sur la production du nombre de barils, les États-Unis eux continuent de s’accélérer. Les plafonds imposés par les pays membres de l’OPEP sont censés prendre fin vers le milieu de l’année 2017. Cependant, plusieurs rumeurs circulent selon lesquelles l’Arabie saoudite compterait proposer une extension de ces plafonds. Cette semaine, les prix à la pompe ont explosé à travers le pays. « Le premier signe de l’arrivée du printemps, c’est la hausse des prix de l’essence. L’augmentation du prix du carburant à ce temps-ci de l’année n’a rien d’inhabituel, mais la hausse pourrait être plus importante en 2017 » affirme Phil Flynn, analyste pour Price Futures Group. D’après lui, les consommateurs devraient s’attendre à une hausse de 10 à 15 ¢ au cours des 30 prochains jours. Les prix du pétrole ont remonté jeudi après la déclaration de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) indiquant que le marché était proche de l’équilibre alors que les données démontrent une production américaine plus élevée. Les gains de jeudi ont été plafonnés par de nouvelles données démontrant que la production des États-Unis continue d’augmenter, ce qui pourrait miner les réductions de l’offre menées par l’OPEP.

Bonne lecture!

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrit auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS