Blogue

17 février 2017

La bourse continue d’atteindre des sommets record et la rencontre Trump-Trudeau

Par PRATTE

Blogue 10 FR

Cette semaine, les marchés financiers poursuivent leur lancer et atteignent des sommets record. La rencontre entre Justin Trudeau et le président Trump a capté l’attention de la plupart des médias internationaux alors que Janet Yellen se montre prudente face à la relance budgétaire de Trump. L’Accord économique et commercial global (AECG) entre l’EU et le Canada a finalement été approuvé par le parlement européen et la saison des REER tire à sa fin. Voici donc nos 5 meilleures lectures de la semaine.

Rencontre Trump-Trudeau

Cette rencontre était attendue par tous les milieux et l’entourage du premier ministre s’est montré enthousiaste à ce que la rencontre se déroule à Washington, évitant ainsi manifestations et autres désagréments. Malgré des orientations politiques différentes concernant des sujets importants, la réunion s’est bien déroulée. Il faut toutefois se rappeler que le président Trump avait annoncé lors de sa campagne électorale des mesures plus protectionnistes et avait même promis de déchirer l’ALÉNA. Le premier ministre Trudeau a donc usé de ses bonnes relations avec l’ancien premier ministre et père de l’ALÉNA, Brian Mulroney, lui demandant de lui prêter main-forte pour les discussions à venir avec le président américain concernant l’ALÉNA. Le président américain a finalement affirmé lors de la conférence de presse que l’ALÉNA n’aurait besoin que de quelques rajustements. « Nous apporterons des ajustements qui seront bénéfiques aux deux pays. La situation est beaucoup moins grave que ce qu’on a avec le Mexique. Nous voulons rendre le commerce plus équitable avec le Mexique. La relation que nous avons avec le Canada est remarquable et nous allons continuer de l’améliorer » a dit Donald Trump. Tous deux ont promis de joindre leur force pour stimuler la croissance économique des deux côtés de la frontière, avec comme but commun l’amélioration du sort de la classe moyenne. « Le Canada est le plus important marché étranger de 35 États des États-Unis et plus de deux milliards d’échanges commerciaux transitent quotidiennement des deux côtés de la frontière », peut-on lire dans le communiqué. Pendant la conférence de presse, Justin Trudeau a répété que le Canada continuerait de coopérer avec les États-Unis dans des projets d’infrastructures énergétiques, « qui créeront des emplois tout en respectant l’environnement », a dit M. Trudeau. De plus, les deux hommes s’entendent sur le projet du gigantesque oléoduc Keystone XL reliant le Canada aux États-Unis, qui avait été bloqué par Barack Obama et auquel Donald Trump vient de donner son accord.

Yellen se prononce sur les mesures de Trump

La présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed), Janet Yellen, a livré cette semaine son rapport bisannuel au Congrès sur l’état de l’économie. Cette dernière a lancé une invitation à la prudence face aux éventuelles mesures de relance budgétaires de l’administration Trump qui pourrait, selon elle, affecter la politique monétaire. « J’espère que les changements de politique budgétaire seront compatibles avec l’objectif de maintenir le budget des États-Unis sur une trajectoire viable », a affirmé Mme Yellen devant une Commission du Sénat. La présidente a également souligné « l’incertitude » et « le manque de clarté » des nouveaux projets économiques de la nouvelle administration. Les promesses de réduction d’impôt et d’engager de massives dépenses d’infrastructures pourraient avoir un impact sur les perspectives économiques. Janet Yellen a également réitéré que de nouvelles hausses de taux se dessinaient à l’horizon. Les taux ont été augmentés d’un quart de point de pourcentage en décembre et la Fed prévoit trois modestes hausses en 2017. Critiquée à maintes reprises par le président Donald Trump pendant la campagne électorale, Mme Yellen a demandé au gouvernement la possibilité d’examiner les conséquences « à long terme » de leur projet de relance budgétaire : « même si ce n’est pas dans mon intention de donner une opinion sur telle ou telle proposition d’impôt ou de dépense, je voudrais souligner l’importance qu’il y a à améliorer le rythme de croissance à long terme et à relever le niveau de vie des Américains à travers des politiques qui visent à faire progresser la productivité ». Elle a également affirmé que de ralentir l’immigration pourrait ralentir la croissance économique. «Attendre trop longtemps avant de restreindre la politique monétaire accommodante serait imprudent», a-t-elle signalé, avertissant que la Banque centrale serait alors conduite à relever le coût du crédit plus brusquement au risque «de perturber les marchés financiers».

L’accord de libre-échange entre le Canada et l’UE approuvé

L’Accord économique et commercial global (AECG) a finalement été approuvé par le parlement européen alors que 408 eurodéputés se sont prononcés en faveur tandis que 254 ont voté contre et 33 se sont abstenus. Pendant ce temps, plusieurs personnes manifestaient à l’extérieur du parlement pour proclamer leur désaccord. L’accord demeure controversé au sein de plusieurs pays européens et les opposants au AECG affirment que l’accord est antidémocratique, trop favorable aux multinationales, léger sur l’environnement ou encore dangereux pour l’agriculture. Le Canada demeure tout de même le 12e plus important partenaire commercial de l’Union européenne alors qu’en revanche, l’UE est le deuxième plus important partenaire commercial du Canada. En 2014, le Canada a exporté un total de 39,5 milliards $ vers l’UE tandis que ses importations s’élèvent à 53 milliards $. « Le Canada sait qu’une voix européenne efficace sur la scène mondiale n’est pas que préférable, elle est essentielle », a plaidé M. Trudeau, premier dirigeant canadien en exercice à s’exprimer dans l’hémicycle strasbourgeois. L’AECG va supprimer 99 % des droits de douane et préconise la coopération en matière sociale, sanitaire et environnementale. Le texte n’attend que le feu vert du parlement canadien pour pouvoir être appliqué de manière provisoire puisque ce dernier doit être ensuite ratifié par 38 Parlements nationaux et régionaux de l’UE. Une fois en place, les consommateurs canadiens commenceront à voir plus de variétés de fromage et d’autres produits sur les tablettes tandis que les agriculteurs canadiens et leurs produits auront un plus grands accès à l’Union européenne et ses 508 millions d’individus. Dans un environnement de plus en plus protectionniste (Brexit, Donald Trump, etc.), l’accord pourrait devenir un modèle. « Si nous réussissons, le AECG peut devenir le modèle de tous les futurs accords commerciaux ambitieux. Sinon, il pourrait bien s’agir du dernier », a averti le premier ministre libéral, qui considère cet accord comme l’un des « plus durables et progressistes au monde ». Le Globe and Mail offre un excellent résumé de l’accord.

Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

La saison des REER bat son plein et vous avez jusqu’au 1er mars pour contribuer à votre régime enregistré. Malgré un engouement de la part des médias, les dernières statistiques démontrent que le REER est de moins en moins populaire. En effet, un récent sondage de la firme Angus Reid démontre que moins d’un Canadien sur cinq a cotisé ou prévoit cotiser à un REER avant la prochaine date limite de cotisation pour l’année 2016. Selon l’étude, la difficulté financière des ménages canadiens au cours des dernières années justifierait ces chiffres. Malgré tout, ce régime d’épargne demeure une excellente façon d’épargner pour la retraite tout en économisant sur les impôts. Le REER n’est pas seulement un moyen pour épargner de l’impôt, il a aussi plusieurs autres avantages. Entre autres, le REER est un abri fiscal dans lequel on peut posséder des placements comme des liquidités, des fonds communs ou des titres individuels de même qu’une hypothèque. De plus, si êtes dans l’impossibilité de plafonner vos cotisations annuelles d’ici la fin de ce mois, vous pouvez alors garder ses droits de cotisation pour plus tard. Indépendamment de votre revenu total, vos cotisations pour l’année d’imposition 2016 ne peuvent dépasser 25 370 $, à moins d’avoir des droits de cotisation non utilisés. Il est important de ne pas cotiser davantage que ce montant puisque la déduction vous sera refusée pour le montant excédentaire et vous aurez droit à une pénalité de 1 % pour chaque mois où vous avez effectué une cotisation excédentaire. Nous vous proposons donc, pour une deuxième année consécutive, un guide sur les REER qui vous aidera certainement à mieux comprendre les avantages de contribuer à ce régime.

La bourse poursuit son rallye

Depuis l’élection de Trump, les marchés financiers sont en hausse. En effet, mercredi, la bourse a atteint des sommets record, le Dow Jones ayant progressé de 0,52 % et le Nasdaq de 0,64 %. Le S&P 500 a également clôturé la journée de mercredi en hausse pour la septième séance consécutive, sa plus longue  série depuis septembre 2013. Le S&P, le Dow Jones Industrial Average et le Nasdaq ont atteint des sommets record intra journaliers (intraday) tout en clôturant en hausse pour cinq séances consécutives cette semaine. : « Le Nasdaq n’avait pas atteint de nouveau sommet important, c’est-à-dire une percée aussi puissante depuis les années 2000. Avec le fort mouvement vers le haut que nous avons vu mercredi, nous nous rapprochons du prochain grand sommet, soit 6 000 points, » a affirmé Brad McMillan, le directeur des investissements au Commonwealth Financial Network. Le 9 février dernier, le président Donald Trump a promis une réforme fiscale « phénoménale » qu’il annoncera dans les prochains jours et depuis cette déclaration, les marchés sont en hausse. Plusieurs analystes estimaient que le rythme allait ralentir sauf que Wall Street a de nouveau montré sa vigueur en montant légèrement jeudi matin « Quand “tout le monde” s’attend à un repli et que ce repli n’arrive pas, on peut avoir des séances comme mercredi forçant les investisseurs à passer à l’action par peur de manquer de futurs gains », a prévenu Patrick O’Hare de Briefing dans une note. Les stocks mondiaux ont également atteint de nouveaux sommets jeudi alors que la dernière série de données mondiales est conforme aux espoirs que les grandes économies comme les États-Unis vont bientôt être stimulées grâce à des accommodations fiscales. L’optimisme observé sur les marchés financiers se résume par le fait que, contrairement aux dernières années, la perspective de hausses de taux d’intérêt américaines qui tendent à fixer la barre des coûts d’emprunt globaux ne semble pas étouffer les marchés. Donald Trump a également publié un message sur Twitter jeudi se félicitant des derniers résultats de la bourse. Malgré quelques signes d’essoufflement jeudi, les marchés ont continué leur progression. Plusieurs demeurent sceptiques et doutent de la longévité de ce rallye.

Bonne lecture!

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrit auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS