Blogue

9 septembre 2016

La Banque du Canada maintient son taux directeur et Apple annonce la sortie du iPhone 7

Par PRATTE

Blogue 25 mars

 

Cette semaine, nous vous présentons plusieurs nouvelles économiques reliées au Canada. Tout d’abord, plusieurs attendaient l’annonce de la Banque du Canada et son rapport économique du deuxième trimestre. Le marché immobilier canadien continue de faire les manchettes tandis qu’Apple annonce la sortie de son I Phone 7. Voici nos 5 meilleures lectures de la semaine.

La Banque du Canada

Plusieurs se doutaient bien que la Banque du Canada maintiendrait son taux directeur à 0,5% et c’est bien ce qu’elle a indiqué plut tôt cette semaine. Le gouverneur de la Banque du Canada a déclaré que l’économie canadienne avait ralenti depuis le dernier rapport économique de juin. En effet, on peut constater un recul du PIB au deuxième trimestre sous l’effet des incendies en Alberta ainsi que la chute des exportations, plus importante que prévu. Un ralentissement s’est également fait remarquer aux États-Unis ainsi que dans l’économie mondiale. «La croissance de l’économie mondiale au premier semestre de 2016 a été plus lente que la Banque ne l’avait projeté dans le Rapport sur la politique monétaire (RPM) de juillet, quoique celle-ci prévoie encore qu’elle se raffermira graduellement au deuxième semestre de cette année», dit la Banque du Canada dans un communiqué expliquant sa décision. La Banque estime cependant que l’économie canadienne devrait reprendre du tonus pendant le troisième trimestre avec la reprise de la production de pétrole en Alberta. Voici ce que vous devez savoir sur le rapport présenté cette semaine.

Le marché immobilier

Au cours des derniers mois, le marché immobilier canadien a subi des augmentations considérables, principalement dans les villes de Toronto et Vancouver. Un nouveau rapport de Statistique Canada a révélé cette semaine que les prix à Toronto ont continué leur progression de 1% dans le dernier mois et de 0,6 % à Vancouver. Une nouvelle taxe de 15 %, mise en place pour rendre le marché plus abordable pour les acheteurs, a donc été instaurée dans la province de la Colombie-Britannique, pour les acheteurs étrangers. À la suite de l’imposition de cette taxe, on a pu voir une baisse de 26 % pour les ventes de maison à Vancouver. À Toronto, la vente du prix de maison a augmenté de 23,5% au mois d’août, si l’on compare au mois d’août l’an passé. De plus, cette semaine, la ville de Vancouver s’est mérité le titre de la première «ville millionnaire » du Canada avec un salaire moyen des ménages de 1.036.202 $, une augmentation de 7,1 % depuis 2014. Alors que de nombreux Canadiens sont devenus plus riches, ceux des provinces dépendantes du pétrole, comme l’Alberta, ont vu leur valeur nette des ménages diminuer de 0,7%. Le Globe and Mail a regroupé les dernières données dans des graphiques qui démontrent bien la valeur de ces derniers chiffres.

Le marché de l’emploi au Canada

Statistique Canada a annoncé, vendredi, que 26 200 nouveaux emplois ont été créés en août après la perte de 31 200 emplois enregistrée le mois précédent. Ces chiffres sont plus élevés que les estimations des économistes en août dernier. Selon Thomson Reuters, les économistes avaient prédit un gain de 15 000 emplois et un taux de chômage stable à 6,9 %. Malgré ces chiffres, le taux de chômage a grimpé à 7 % comparativement à 6,9 % en juillet alors que davantage de personnes en quête d’un emploi ont fait leur entrée sur le marché du travail. L’économie canadienne est devenue de plus en plus dépendante de la croissance de l’emploi pour soutenir les dépenses de consommation et compenser la baisse des investissements des entreprises face à la baisse des prix du pétrole. Le nombre d’emplois a progressé au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador, a reculé au Nouveau-Brunswick et a peu varié dans les autres provinces. « Après le rapport décevant de juillet, il est encourageant de voir un maigre rebond dans l’embauche », a déclaré l’économiste de la Banque TD Brian DePratto. « La croissance de l’emploi provenait des emplois à temps plein, et le taux de chômage a augmenté pour les bonnes raisons puisque plus de Canadiens ont été engagés sur le marché du travail en août, inversant une tendance de quatre mois. »

iPhone 7

Beaucoup moins attendue que par le passé, la conférence de septembre d’Apple a eu lieu mercredi passé. Le géant connait une année difficile alors que ses ventes ont diminué au cours des derniers trimestres. Apple a dévoilé ses nouveaux iPhone 7 et iPhone 7 Plus, a mis à jour sa montre connectée Apple Watch, et a présenté un tout nouveau modèle d’écouteurs sans fil, se positionnant ainsi en vue du temps des fêtes. Plusieurs investisseurs doutent de la capacité à relancer les ventes du célèbre téléphone, ce qui a fait chuter l’action jeudi, pour finalement perdre 2,62% à la Bourse de New York. Contrairement aux années précédentes, Apple a pris la décision de ne pas rendre publics ses chiffres de vente pour le premier week-end, apportant encore plus de doute quant à la relance des ventes pour la pomme. Plusieurs ont avancé que le géant américain allait sortir un modèle beaucoup plus innovateur en 2017. «Le téléphone a suffisamment de nouvelles fonctions pour satisfaire les consommateurs et soutenir la demande jusqu’à l’iPhone du 10e anniversaire qui sortira en 2017», note ainsi Michael Walkley, analyste chez Canaccord Genuity.

Analyse des marchés

Notre gestionnaire de portefeuille, Philippe Pratte, a répondu aux questions du journaliste du journal Les Affaires cette semaine. Il effectue une analyse des marchés et estime que le contexte est favorable aux banques américaines: « Les banques américaines profiteront d’une éventuelle hausse des taux d’intérêt aux États-Unis. La seule question est de savoir à quel moment la prochaine augmentation sera annoncée. De plus, les derniers résultats trimestriels ont été excellents et leurs revenus sont en croissance. » Il croit également que les banques américaines ont plus d’avenues de croissance devant elles que les banques canadiennes. Il mentionne entres autres qu’historiquement, septembre n’est pas favorable aux marchés boursiers et au secteur de l’énergie. Après un été très calme, Philippe Pratte voit que l’activité reprend sur le marché à la suite des vacances. Il mentionne qu’il entend détenir un peu plus de liquidités qu’à l’habitude afin de saisir les occasions. À lire dans Les Affaires (abonnement).

Bonne lecture!

 

Pratte Gestion de portefeuille est une firme inscrit auprès de l’autorité des marchés financiers (AMF) ainsi que la commission de valeur mobilière de l’Ontario (CVMO).

Destiné à fournir des renseignements particuliers aux clients, le présent bulletin est le fruit du seul travail de l’auteur. Les opinions (y compris les recommandations, s’il y a lieu) exprimées dans le présent bulletin sont celles de l’auteur seulement et ne représentent pas nécessairement celles de Pratte Gestion de portefeuilles.

Les renseignements que contient le présent bulletin proviennent de sources considérées comme fiables, mais leur exactitude et leur exhaustivité ne peuvent être garanties et, en les fournissant, l’auteur et Pratte Gestion de portefeuilles n’assument aucune responsabilité. Ces renseignements étaient à jour à la date indiquée dans le présent bulletin, et ni l’auteur, ni Pratte Gestion de portefeuilles n’assument quelque obligation que ce soit en vue de les mettre à jour ou de signaler tout fait nouveau en ce qui a trait à ces renseignements. Le présent bulletin est destiné à la diffusion dans les territoires où l’auteur et Pratte gestion de portefeuilles sont inscrits en vue de pratiquer le commerce des valeurs mobilières. Toute distribution ou diffusion du présent bulletin dans un autre territoire est interdite. L’auteur, Pratte Gestion de portefeuilles ses sociétés affiliées et leurs administrateurs, dirigeants et employés respectifs, de même que les entreprises auxquelles ils sont associés peuvent, de temps à autre, détenir des titres dont il est fait mention dans le présent bulletin.

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS