Blogue

22 avril 2016

La réunion de Doha, Netflix dévoile ses résultats trimestriels et une autre compagnie québécoise menace de vendre. Voici nos 5 meilleures lectures de la semaine.

Par PRATTE

 

La réunion de Doha fut sans aucun doute le sujet chaud de la semaine. Suite à l’échec de l’accord, le cours du pétrole a réussi à maintenir ses gains malgré une semaine de rebond et de perte. C’était au tour de Netflix cette semaine d’annoncer ses résultats trimestriels tandis qu’un autre succès québécois menace de vendre. Voici nos 5 meilleures lectures de la semaine pour vous mettre à jour sur les dernières nouvelles économiques.

Netflix

L’action de Netflix a plongé drastiquement de plus de 12 % suite au dévoilement de ses résultats trimestriels. Malgré le fait que le champion de la vidéo en ligne en streaming ait annoncé avoir augmenté ses revenus à 1,96 milliard de dollars US pour le trimestre et a gagné 6,74 millions d’abonnés. Ce sont plutôt ses prévisions de croissance qui ont fait chuter l’action. Devant l’arrivée d’un nouveau compétiteur, Amazon Prime, le nouveau joueur dans le domaine de la télévision numérique, Netflix devra mettre les bouchées doubles pour arriver à recruter de nouveaux abonnés.

Doha

Tous les yeux étaient tournés vers la réunion de Doha dimanche dernier où les pays producteurs de pétrole se réunissaient afin de trouver un terrain d’entente pour freiner la chute du baril de pétrole. Au final, cette réunion extraordinaire n’aura pas permis de s’entendre sur un possible gel de la production de pétrole. Dès l’ouverture des marchés asiatiques, l’échec de l’accord s’est fait ressentir, occasionnant une baisse du baril de pétrole. Malgré cette chute, le pétrole n’a pas flanché et a fini par rebondir lundi, entrainant avec lui Wall Street qui a atteint son plus haut sommet de l’année. Alors que tous s’attendaient à une semaine de calvaire pour le pétrole, ce dernier a réussi à garder sa traction ouvrant même en hausse ce vendredi à 45$ le baril. Cependant, plusieurs analystes affirment que le marché du pétrole est encore loin d’équilibrer l’offre et la demande. Pourquoi alors l’échec de l’accord pourrait avoir un effet bénéfique sur le prix du baril à long terme? Voici ce que CNBC tente de nous expliquer.

Canal Argent

Seule et unique chaîne francophone économique au Québec, la chaîne Argent s’est fait montrer la porte par son propriétaire, le Groupe TVA. Lancée en 2005, cette chaîne spécialisée était déficitaire depuis 2012. «La marque Argent continuera d’être visible à la télévision sur nos autres chaînes et sur Internet», a annoncé la vice-présidente aux communications du Groupe TVA, Véronique Mercier. La chaîne qui comptait un peu plus de 950 000 abonnés en 2011 comparativement à 440 000, dernières statistiques compilées par la chaîne. Au total ce sont 9 postes permanents qui seront supprimés et ces employés seront réaffectés ailleurs dans le groupe.

BCE

La Banque Centrale européenne (BCE) a annoncé cette semaine qu’elle allait conserver sa politique monétaire, soit le taux de dépôt reste négatif à -040%, le taux de refinancement à 0% et le taux de prêt marginal à 0.25%. Ainsi, la BCE maintient sa décision de mars dernier ayant pour but de freiner le risque de déflation dans zone euro tout en soutenant l’économie européenne. Plusieurs politiciens allemands ont critiqué cette politique monétaire affirmant que cette décision pénalise l’épargne. «Avec cette politique, les gens qui veulent s’assurer pour leurs vieux jours ne reçoivent plus d’intérêts. Et compte tenu de l’inflation, ils pourraient même perdre de l’argent. Il devient de plus en plus hasardeux de mettre aujourd’hui de l’argent de côté pour demain», affirme Axel Kleinlein, responsable de l’Association des assurés (BDV). Face à ces critiques, le président de la BCE Mario Draghi, a déclaré jeudi que la banque est une autorité indépendante et obéissait à la loi et non aux responsables politiques.

Couche-Tard

Un autre fleuron de l’industrie québécoise menace de vendre. Après Rona et St-Hubert, c’est maintenant au tour de Couche-Tard qui est au cœur de ce tumulte. En effet, le PDG de couche-tard a affirmé cette semaine, en entrevue à La Presse, la possibilité de vendre Couche-Tard. Si les actionnaires refusent de changer leur fusil d’épaule, le président du conseil exécutif et actionnaire de contrôle, Alain Bouchard, pourrait envisager la vente de l’entreprise. Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a offert son aide à la compagnie tout en déclarant que Québec ne ferait un achat massif d’actions. Cette vente potentielle est due entres autres à la perte possible, pour la société en 2021, de ses actions à droit de vote multiple, qui la met à l’abri contre les offres d’achat.

Bonne lecture!

Blogue

Vous voulez devenir client?

CONTACTEZ-NOUS